Annonce
Annonce
- Environnement -

Nos déchets bientôt transformés en biogaz

La rédaction

Un nouveau projet de valorisation de biogaz contribuera grandement à la protection de l’environnement. Les quatre villes propriétaires de la Régie intermunicipale de gestion des matières résiduelles de Brome-Missisquoi (RIGMRBM), soit Bedford, Cowansville, Dunham et Farnham, cherchaient depuis longtemps une solution de rechange écologique à la combustion du gaz émis par le site d’enfouissement situé le rang Saint-Joseph à Cowansville. Récemment, elles annonçaient donc qu’une unité de traitement WAGABOX®, mise au point par Waga Energy, transformera le biogaz en gaz naturel renouvelable. L’entente conclue avec cette firme est le premier pas vers la réalisation d’un projet destiné à produire une énergie propre et renouvelable.

L’entreprise en est à son deuxième projet en Amérique du Nord après celui de la Mauricie annoncé il y a quelques mois. En misant sur la transformation du biogaz, la Régie a donc la possibilité à son tour de contribuer activement à la transition énergétique du Québec. Elle contribue ainsi de manière significative à réduire l’impact environnemental des émissions de gaz à effet de serre produits dans la région et, en conséquence, à rehausser la qualité de vie de ses citoyens. « La Régie innove et ce projet en est la preuve ! Et elle n’entend pas en rester là. D’autres projets sont à venir toujours dans le but de réduire l’empreinte de ses activités sur l’environnement », de déclarer Sylvie Beauregard, présidente du conseil d’administration de la Régie.

Waga Energy, qui est implantée à Shawinigan depuis 2019, exploite dix unités WAGABOX® en France. Six autres sont en construction dans ce pays ainsi qu’en Espagne et au Canada. « Plusieurs experts ont été consultés afin de s’assurer d’avoir la meilleure technologie pour notre site, explique David Rumsby, directeur général de la Régie. Après de multiples démarches et des rencontres avec différentes entreprises d’ici et d’ailleurs, notre choix s’est arrêté sur l’entreprise qui offrait la meilleure technologie et surtout, avait un meilleur impact sur l’environnement. »

Les sept ou huit millions de mètres cubes de biogaz générés par la décomposition des déchets ne seront plus traités par destruction thermique, mais valorisés sous forme de gaz naturel renouvelable. D’ailleurs, Waga Energy s’engage à acheter, sur une période de vingt ans, le gaz produit par le site d’enfouissement de la RIGMRBM. Ce gaz sera injecté dans le réseau d’Energir, une entreprise québécoise innovatrice en matière d’efficacité énergétique. Conçue pour traiter 1000 mètres cubes de biogaz par heure, l’unité WAGABOX® préviendra l’émission dans l’atmosphère de 5000 tonnes d’équivalent CO2 par an. Dorénavant, traiter le biogaz ne constituera plus une dépense pour les municipalités, mais bien un revenu.

L’unité de traitement de 25 par 50 mètres construite par la filiale canadienne de Waga Energy avec l’appui de sous-traitants locaux, sera située sur le site d’enfouissement de Cowansville. En 2022, la Régie amorcera les travaux de préparation du terrain afin d’accueillir l’unité, qui sera mise service en 2023.

Mathieu Lefebvre, PDG et cofondateur de Waga Energy, se dit heureux d’aider la RIGMRBM à améliorer ses pratiques environnementales à travers ce projet de valorisation, sous forme de biométhane, du gaz des déchets enfouis. « Ce nouveau contrat au Québec, explique-t-il, est le résultat du travail de fond que nous menons depuis deux ans pour déployer en Amérique du Nord notre solution au service de la transition énergétique. Notre modèle d’investisseur-exploitant implique en effet un engagement à long terme, et passe par la mise en place d’une organisation industrielle locale pour construire et exploiter nos unités ».

 

 

 

Laisser un commentaire

Nous n’acceptons pas les commentaires anonymes et vous devez fournir une adresse de courriel valide pour publier un commentaire. Afin d’assumer notre responsabilité en tant qu’éditeurs, tous les commentaires sont modérés avant publication afin de nous assurer du respect de la nétiquette et ne pas laisser libre cours aux trolls. Cela pourrait donc prendre un certain temps avant que votre commentaire soit publié sur le site.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avez-vous lu?
Consulter un autre numéro: