Annonce
Annonce
- Mot du président -

L’orange peut-être

Éric Madsen

Une vague orange a déferlé sur la province et le comté.

Un vote clair, qui réoriente l’axe Québec-Ottawa. Un vote qui caractérise encore une fois le côté distinct de notre société. Un vote qui rejette les politiques conservatrices, voire de droite, du gouvernement sortant. Un vote pour en finir avec les discours stériles du Bloc. Un vote comme une gifle aux Libéraux. Un vote assurément gonflé par le côté sympathique du chef néo-démocrate.

Un sondage n’a-t-il pas confirmé que parmi les chefs au fédéral, Jack est loin devant, celui avec qui on irait prendre une bière après le boulot. Un choix encore plus facile aujourd’hui puisqu’il n’en reste que deux.

Il sera intéressant de voir comment les Conservateurs vont traiter le Québec, qui leur a largement tourné le dos. Parallèlement, les attentes face aux néo-démocrates seront élevées, eux qui sont assurés d’être l’opposition officielle pour les cinq prochaines années. Souhaitons bonne chance à M. Pierre Jacob, notre nouveau député à la Chambre des Communes. Peut-être savez-vous qu’il existe en France une ville qui s’appelle Orange. Fondée par les légionnaires de Jules César en 35 av. J.-C., elle a longtemps été une principauté liée à la Hollande. Édifié sous le règne de l’empereur Auguste au premier siècle de notre ère, le Théâtre antique en constitue la fierté. Classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, c’est d’ailleurs l’un des mieux conservés du monde latin.

L’agent orange (2,4-D) est le surnom donné à l’herbicide le plus employé par l’armée des États-Unis lors de la guerre du Vietnam. Créé par la multinationale Monsanto, il a été utilisé pour défolier les forêts afin d’empêcher les Vietnamiens de s’y cacher et ainsi prévenir les attaques. Ces opérations de guerre chimique ont débuté en 1961 avec le feu vert du président John F. Kennedy. On estime que près de 80 millions de litres de ce défoliant ont été déversés. Selon des estimations récentes, 2,1 à 4,8 millions de Vietnamiens ont été directement exposés aux herbicides entre 1961 et 1971. À ce bilan doit s’ajouter un nombre inconnu de Cambodgiens, Laotiens, civils et militaires américains, alliés australiens, néo-zélandais, sud-coréens et canadiens.

Orange vous dites…

Bonne lecture !

Laisser un commentaire

Nous n’acceptons pas les commentaires anonymes et vous devez fournir une adresse de courriel valide pour publier un commentaire. Afin d’assumer notre responsabilité en tant qu’éditeurs, tous les commentaires sont modérés avant publication afin de nous assurer du respect de la nétiquette et ne pas laisser libre cours aux trolls. Cela pourrait donc prendre un certain temps avant que votre commentaire soit publié sur le site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avez-vous lu?
Consulter un autre numéro: