Annonce
Annonce
- Des nouvelles de Notre-Dame-de-Stanbridge -

La lamproie marine, toujours capturée à Notre-Dame

Carole Dansereau

La lamproie marine (Photo : Municipalité de Notre-Dame-de-Stanbridge)

L’année dernière, je vous parlais de la lamproie marine, ce poisson ressemblant à une anguille, mais extrêmement destructeur et qui, assoiffé de sang, attaque une grande variété de poissons de nos lacs et rivières. Originaire de l’Atlantique Nord, elle s’est répandue à l’intérieur du continent américain au début du 20e siècle, lors du rejet dans nos canaux de navigation de l’eau de ballast de navires transatlantiques. Entre 35 et 40 % des poissons du lac Champlain portent des blessures causées par la lamproie, qui serait responsable de la diminution des populations de salmonidés et de dorés jaunes. Ce prédateur contribue au déséquilibre écologique et à l’effondrement de plusieurs espèces de poissons, causant des dommages importants aux industries de la pêche récréative et commerciale, dommages qui se traduisent par des pertes qui se comptent en millions de dollars.

Dans les États du Vermont et de New York, des pesticides sont employés pour tuer les œufs et les jeunes rejetons (à l’état larvaire) afin de limiter la croissance des populations de cette espèce envahissante. En vertu des réglementations environnementales provinciales, cette pratique est interdite au Québec. À l’instar des scientifiques américains, des chercheurs des universités Concordia au Québec et Algoma en Ontario explorent des pistes permettant de gérer l’envahissement de manière acceptable sur le plan environnemental. C’est ainsi qu’un partenariat entre la municipalité de Notre-Dame-de-Stanbridge et la Commission des pêcheries des Grands Lacs (administrée conjointement par les gouvernements des États-Unis et du Canada) a permis, en 2014, l’installation à Notre-Dame d’une barrière grâce à laquelle on a pu capturer 522 lamproies. Les initiatives de ce genre sont actuellement mises en péril par la volonté du président américain de sabrer dans les budgets destinés à la protection des eaux transfrontalières (voir l’article en page X).

Jusqu’à la fin juin, vous pouvez assister, à l’hôtel de ville de la municipalité, au prélèvement des captures les lundis, mercredis et vendredis, de 8 à 11 heures. Pour en savoir davantage, les groupes de cinq personnes ou plus peuvent, sur rendez-vous, participer à une visite guidée avec projection de vidéo. Il suffit de s’adresser à la municipalité en composant le (450) 296-4710 ou en allant sur le site suivant :

www.notredamedestanbrige.qc.ca 

Courriel :
www.notredamedestanbridge@videotron.ca

Laisser un commentaire

Nous n’acceptons pas les commentaires anonymes et vous devez fournir une adresse de courriel valide pour publier un commentaire. Afin d’assumer notre responsabilité en tant qu’éditeurs, tous les commentaires sont modérés avant publication afin de nous assurer du respect de la nétiquette et ne pas laisser libre cours aux trolls. Cela pourrait donc prendre un certain temps avant que votre commentaire soit publié sur le site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avez-vous lu?
Consulter un autre numéro: