Annonce
Annonce
- Édito -

Un journal juste pour nous autres

La rédaction

Le territoire desservi par Le Saint-Armand, appelons-le l’« Armandie », comprend les municipalités de Saint-Armand, Pike River, Bedford, Bedford Canton, Notre-Dame-de-Stanbridge, Stanbridge Station, Stanbridge East, Saint-Ignace, Dunham et Frelighsburg. En Armandie, nous sommes un peu plus de 12 000 résidents. C’est en même temps peu et beaucoup. Peu, parce qu’une communauté de 12 000 personnes est généralement perçue, probablement à tort, comme une entité mineure au sein de laquelle il est pratiquement impossible de rentabiliser des activités commerciales. Beaucoup, parce que chacun d’entre nous ne connaît en réalité qu’une très faible proportion des autres résidents.

En 2003, la MRC de Brome-Missisquoi réunissait, dans chaque village, des groupes de citoyens dans le but d’identifier les besoins de leur population respective et d’établir un plan d’ensemble pour le Pacte rural. Les citoyens de Saint-Armand qui participaient à cet exercice ont alors formulé une priorité originale : « créer des outils et des lieux de rencontres et d’activités pour améliorer la vie collective des citoyens  ». Avec la disparition des rencontres hebdomadaires sur le perron de l’église, les occasions de bavarder, de faire des rencontres et d’échanger des nouvelles se faisaient rares. On sentait le besoin de recréer un lieu de rencontres, une occasion de souder les liens et d’accroître les échanges entre des gens qui ne se voyaient pratiquement jamais et ignoraient tout les uns des autres, un peu comme les citadins isolés dans la foule des grandes villes.

Illustration : Johanne Ratté

Quelques citoyens ont alors résolu de fonder un journal de village, Le Saint-Armand, qui serait distribué gratuitement, six fois l’an, dans toutes les maisons de la municipalité. Ils étaient cinq hommes et deux femmes. Deux d’entre eux avaient fréquenté l’école du village durant leur enfance tandis que les autres étaient installés à Saint-Armand depuis plus ou moins longtemps. Surprise ! Les gens des villages voisins en voulaient aussi : dès le début, le journal a donc été distribué gratuitement dans des points de chute des alentours. Le Saint-Armand répond à un besoin, celui d’avoir un média qui parle du territoire naturel que constitue l’Armandie, de ceux qui y vivent, de leurs activités et de leurs préoccupations. Devant la dévitalisation qui frappe les petites communautés rurales, les crises économiques qui se succèdent, la « montréalisation » de l’information, les gens d’ici sentent le besoin de se rapprocher les uns des autres et prennent conscience de la valeur de ce patrimoine naturel.

L’équipe qui fabrique Le Saint-Armand en a pris bonne note. Pour la première fois, le numéro que vous avez entre les mains est tiré à 7000 exemplaires et distribué dans toutes les résidences de la grande Armandie. Il faut marquer d’une pierre ce jalon important de l’histoire de la région.

Mais à qui appartient ce journal ?

Il est la propriété de la centaine de membres de l’organisme à but non lucratif Journal Le Saint-Armand. Il s’agit d’une institution communautaire au service des gens d’ici. Qui peut être membre de cette organisation ? Les citoyens majeurs qui résident à Saint-Armand, Pike River, Bedford, Bedford Canton, Frelighsburg, Notre-Dame-de-Stanbridge, Stanbridge Station, Stanbridge East, Saint-Ignace-de-Stanbridge ou Dunham. Qui dirige l’organisation ? Sept bénévoles élus par les membres, qui se réunissent une fois l’an lors de l’Assemblée générale annuelle. En plus, quelques dizaines de personnes collaborent, d’une manière ou d’une autre, à la production du journal et à la bonne marche de l’organisme qui le gère.

C’est quand cette assemblée annuelle ?

Le dimanche 6 mai prochain.

Laisser un commentaire

Nous n’acceptons pas les commentaires anonymes et vous devez fournir une adresse de courriel valide pour publier un commentaire. Afin d’assumer notre responsabilité en tant qu’éditeurs, tous les commentaires sont modérés avant publication afin de nous assurer du respect de la nétiquette et ne pas laisser libre cours aux trolls. Cela pourrait donc prendre un certain temps avant que votre commentaire soit publié sur le site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avez-vous lu?
Consulter un autre numéro: