Annonce
Annonce
- Édito -

Que nous souhaiter pour cette nouvelle année ?

Pierre Lefrançois

La nouvelle année, c’est dans quelques semaines et, à cette occasion, il est d’usage de se souhaiter mutuellement plein de bonnes choses. Dans l’temps du jour de l’An, on échange des vœux de bonne année, on se donne la main, on s’embrasse Oups ! Peut-être que nous devrons revoir un peu nos façons de faire. Il semble que la pandémie qui perdure et un certain nombre d’autres catastrophes qui affligent notre monde nous, obligent à remettre en question deux ou trois choses que nous tenions pour acquises.

À l’issue de près de deux ans de confinement et de mesures sanitaires diverses, nous avions souhaité un retour à la normale ou quelque chose d’approchant. Cependant, ce virus continue de contrer nos espoirs. Il trouve encore suffisamment de personnes non immunisées, dans divers coins de la planète, pour se répandre, s’adapter et poursuivre sa marche mortelle ; en effet, il a déjà ôté la vie à plus de cinq millions d’entre nous. Alors peut-être devrions-nous envisager de garder encore une certaine réserve en ce qui concerne les poignées de mains et les bisous, câlins et autres embrassades. Qu’on le veuille ou non. Quelles que soient nos croyances. Envers et contre toutes nos naïves illusions. Ce virus est bel et bien parmi nous et il est loin d’être mis hors d’état de nuire.

C’est sans compter les fléaux qu’entraîne déjà le réchauffement climatique : augmentation du nombre d’épisodes de grandes canicules, de sécheresses et d’incendies de forêts qui en résultent et, d’autre part, inexorable montée des eaux causée par la fonte des glaciers, accroissement des précipitations intenses associées au dérèglement climatique ainsi que des inondations et des glissements de terrain qui s’ensuivent.

Lors de la COP26, la dernière conférence climatique, qui s’est déroulée en Écosse en novembre, on a compris que l’objectif de limiter le réchauffement à 1,5 °C ne serait vraisemblablement pas atteint et qu’on se dirige plutôt vers un réchauffement global d’au moins 2,7 °C à l’échelle de la planète. Selon Alain Bourque, directeur général d’Ouranos, le consortium québécois de recherche en climatologie, la hausse des températures serait plutôt de 3,5 °C, voire de 4 °C, pour la portion sud du territoire du Québec, c’est-à-dire chez nous. Plus au nord, ce réchauffement pourrait atteindre les 5,4 °C.

Comme pour la COVID-19, les changements climatiques sont bel et bien parmi nous et ils sont appelés à faire partie du décor pour les prochaines décennies. Oublions notre croyance naïve en un imminent retour à la normale. Nous devons maintenant faire face à la réalité factuelle en nous adaptant à la situation et en adoptant un mode de vie et une attitude qui contribueront à limiter les dégâts. C’est la seule lueur d’espoir possible.

Pour ce faire, nous aurons besoin de courage. Le courage d’accepter de voir les choses en face et celui de persister à faire ce qu’il faut pour garder espoir en des jours meilleurs. Par amour de nous-mêmes et de ceux qui nous suivront.

Souhaitons-nous donc,
pour cette nouvelle année,
le courage de garder espoir.
Bonne année !

  1. Il y a déjà longtemps, j’ai répondu au sondage sur le journal. Mon vœu pour le début de l’année 2022 est que les résultats dudit sondage soient publiés.
    Ce serait tout à fait normal et souhaitable que vous rendiez public ce que les gens pensent du Saint-Armand…

    1. Monsieur Monté, l’article de ce numéro « Ce que pensent nos lecteurs » résume bien les résultats du sondage. Par ailleurs, les membres en règle de l’OBNL qui gère le journal ont accès aux détails des résultats du sondage. Si vous êtes membre en règle, vous recevrez un hyperlien vous donnant accès toutes les données que nous avons. Un membre en règle est une personne qui habite une des dix municipalités de l’Armandie et qui a dument payé sa cotisation annuelle. On peut le faire en ligne sur le site du journal en cliquant sur « devenir membre » dans la bande verte au haut de l’écran sur le site web du journal.

Laisser un commentaire

Nous n’acceptons pas les commentaires anonymes et vous devez fournir une adresse de courriel valide pour publier un commentaire. Afin d’assumer notre responsabilité en tant qu’éditeurs, tous les commentaires sont modérés avant publication afin de nous assurer du respect de la nétiquette et ne pas laisser libre cours aux trolls. Cela pourrait donc prendre un certain temps avant que votre commentaire soit publié sur le site.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Avez-vous lu?
Consulter un autre numéro: