Annonce
Annonce

Le parc de Philipsburg

Daniel Boulet

Daniel au parc, devant un des modules installés  (Photo : Jean-Pierre Fourez)

Il y a quatre ans, au mois de juin, j’étais assis au parc à Philipsburg, à regarder non pas un beau coucher de soleil, mais les quelques balançoires qui restaient, celles qui étaient devenues dangereuses, et même la glissoire disparue avec le temps. Pour moi, un parc, c’est le cœur du village, un lieu de rassemblement pour les jeunes, un arrêt pour les touristes et leurs premiers pas dans une municipalité.

Quand je suis entré au Conseil en 2003 pour un mandat de deux ans, j’avais déjà une bonne idée de ce que j’allais faire avec le parc. J’ai donc demandé de prévoir un montant de 25 000 $ au budget de 2005 pour le parc de Philipsburg. Cette somme ne faisait pas l’unanimité au Conseil, mais j’ai insisté pour l’obtenir. Avec Pierre Fontaine, responsable des loisirs à l’époque (initiateur du parc de planches à roulettes), nous avons rencontré Marie-Claire Archambault, de la compagnie Jambette, pour le choix des modules et l’implantation des jeux ; puis avec l’aide de Marielle Cartier, conseillère, qui travaille sur tous les dossiers ou demandes au Pacte rural, nous avons obtenu 23 000 $ de plus. Mon plan était de réaliser le projet en deux étapes :

Étape I

Installation d’un module 18 mois/5 ans, d’un module 5 ans/12 ans, d’une balançoire deux places pour bébés, d’une balançoire quatre places pour adultes, d’une bascule deux places et réparation du petit canard.

Étape II

Installation d’une marquise (ensemble de panneaux avec toit). On pourra trouver sous la marquise un panneau d’informations récréo et agrotouristiques, historiques et culturelles ; une carte routière de la municipalité ; deux panneaux qui expliquent les noms des modules du parc (le module 18 mois/5 ans s’appelle « Étang Streit », et le module 5 ans/12 ans, « Mer de Champlain ») et donne des informations historiques, géographiques et écologiques sur ces deux lieux ; un panneau qui présente l’historique du parc avec une photo de l’ancienne maison verte ; un babillard communautaire. La plaque historique existante sera placée sous la marquise.Le coût initial des modules, installation comprise, était de 34 000 $. Nous avons épargné 5 000 $ sur l’installation en la faisant nous-mêmes, et obtenu un rabais de 4 000 $ grâce à une promotion d’hiver du fabricant des modules. La prochaine chronique Saviez-vous que ? présentera le budget réel du coût du projet.

J’ai pris bénévolement en charge l’ensemble du projet, avec l’aide d’employés municipaux. Je voudrais remercier tous ceux qui m’ont appuyé et aidé dans ce projet.

Je voudrais aussi inviter les familles, autant de Saint-Armand que de Philipsburg, à venir s’amuser dans le parc. Même si vous avez quelques kilomètres à faire, cela en vaut la peine !

Laisser un commentaire

Nous n’acceptons pas les commentaires anonymes et vous devez fournir une adresse de courriel valide pour publier un commentaire. Afin d’assumer notre responsabilité en tant qu’éditeurs, tous les commentaires sont modérés avant publication afin de nous assurer du respect de la nétiquette et ne pas laisser libre cours aux trolls. Cela pourrait donc prendre un certain temps avant que votre commentaire soit publié sur le site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avez-vous lu?
Consulter un autre numéro: