Annonce
Annonce

Daine et Lusignan

Charles Lussier

Les seigneuries françaises du lac Champlain (détail), Auger 1748  (Source : Mc Alee (1906))

Tôt ou tard, dans l’établissement des Européens en Amérique, la région des Abénakis missisquois devait être à son tour écorchée par les délimitations foncières propres à l’Humain Blanc. À l’est de la baie Missisquoi, ce furent un administrateur ardennais et un militaire, homme de lettres de La Rochelle, qui obtinrent les honneurs.

Il faut rappeler qu’une des premières occupations néo-françaises du territoire fut l’établissement, en 1700, de la mission jésuite de Saint-François, près du village horticole des Missisquois, située aux abords des premières chutes en amont de la rivière Missisquoi (près de l’actuel Swanton). Une église de bois fut érigée, ce qui en fait la première de l’histoire du Vermont. Vers 1745, les jésuites, dont le père Lauverjat, avaient ordre du roi de France, du gouverneur et de l’intendant de la Nouvelle-France de maintenir des liens amicaux avec les groupes Abénakis et les Loups (Mohicans de l’actuel État de New York) afin d’organiser des raids dans les établissements « anglois » plus au sud de la future Nouvelle-Angleterre.

Avant les années 1730, les autorités françaises jugeaient le territoire des Missisquois dangereux et inhospitalier pour sa mise en valeur, vu la présence d’Iroquois et l’éloignement de ses garnisons. Par la suite, la totalité du Pe-Ton-Bowk (lac de Champlain) étant en territoire de la Nouvelle-France, elles désirèrent peupler la région afin de la contrôler davantage. À l’ouest de la baie Missisquoi, la seigneurie de Foucault (Saint-Georges-de-Clarenceville) fut concédée au sieur de Foucault, écrivain pour la Marine et membre du Conseil supérieur de Québec, et celle de Noyan (Venise-en-Québec, Saint-Sébastien) à Pierre Jacques de Payan de Chavoy, sieur de Noyan, officier de la Marine française et chevalier de St-Louis de France.

Pour l’est de la baie Missisquoi, en avril 1733, le sieur François Daine, secrétaire du roi de France à partir de 1728, membre du Conseil suprême de la Nouvelle-France, obtint la seigneurie de Boisfranc délimitée par une lieue de front sur la baie Missisquoi par trois lieues de profondeur à partir de l’embouchure de la rivière du Brochet (majoritairement l’actuel territoire de Saint-Pierre-de-Véronne-à-Pike-River ; une lieue équivaut à environ 4 km). Ce territoire fut vendu à deux notables de Québec en décembre 1733 puis au curé de Chambly en 1739.

Paul-Louis Dazenard, sieur de Lusignan, officier de troupes de la Marine de France obtient la seigneurie au sud de celle de Daine. Le sieur de Lusignan fut commandant de forts en Illinois de 1735 à 1739 et de ceux de Chambly, Île-aux-Noix, Saint-Jean et Carillon, et commis en chef de la Cour supérieure de la Nouvelle-France, en plus d’être un homme de lettres et de sciences, membre de plusieurs société littéraires de France et de Nouvelle-France. La seigneurie de Lusignan était délimitée par deux lieues de front sur la baie, correspondant à la partie sud-est près de l’embouchure de la rivière du Rocher (de la Roche), par trois lieues de profondeur.

Ce furent les origines françaises du territoire de la partie sud des villages de Saint-Armand et Philipsburg incluant Swanton et Highgate Springs au Vermont. Il y a quelques personnes du nom de Lusignan sur le territoire.

Le 10 mai 1741, ces deux territoires seigneuriaux furent remis au Domaine royal, faute d’avoir été suffisamment mis en valeur.

***

Maintenant, fermez les yeux et imaginez que vous êtes un des quelques premiers résidents d’origine française à habiter ce pays, en partie palustre dans la région de la baie ; à cohabiter avec les Missisquois de la région ; à vous laisser enivrer aux abords de la rivière du Brochet par une belle journée de 1736, en période d’aoûtement de sa flore luxuriante, avec les envolées majestueuses d’oiseaux ; à marcher au travers des immenses chênaies et pinèdes blanches avec l’être bien-aimé. Souhaitons qu’ils ont vécu ce bonheur.

Sources :

Legault, F., 2000. Municipalité de Venise-en-Québec, Hier, aujourd’hui et demain. 1950-2000. Municipalité de Venise-en-Québec. 62 p. Montgomery, G. 1950. Missisquoi Bay (Philipsburg, Que.), Granby Printing and Publishing Co. Ltd.  Granby, Québec, 134 p.

Fournier, P. 2004. Les seigneuries du lac Champlain 1609-1854. Philippe Fournier éd., 274 p. Remerciements à Charles Benoît pour sa collaboration terrain à l’article « Celtes et Vikings près de Saint-Armand ».

Laisser un commentaire

Nous n’acceptons pas les commentaires anonymes et vous devez fournir une adresse de courriel valide pour publier un commentaire. Afin d’assumer notre responsabilité en tant qu’éditeurs, tous les commentaires sont modérés avant publication afin de nous assurer du respect de la nétiquette et ne pas laisser libre cours aux trolls. Cela pourrait donc prendre un certain temps avant que votre commentaire soit publié sur le site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avez-vous lu?
Consulter un autre numéro: