Annonce
Annonce
- Chaîne d'artistes -

Michel Louis Viala rencontre Jean-Pierre Contant

Michel Louis Viala

Jean-Pierre devant une de ses œuvres  (Photo : Marie-Josée Roy) 

MLV : Qu’est-ce qui vous a amené à vous intéresser à l’art en général et au vitrail en particulier ?

JPC : Tout jeune, j’ai été sensibilisé à l’architecture, car ma mère nous emmenait faire des visites à la gare centrale et à d’autres endroits architecturaux. Ma mère avait une sensibilité d’artiste ainsi qu’une ténacité qui m’ont marqué. Pour le vitrail, j’ai eu un coup de cœur en visitant l’atelier d’Aristide Pigeon, à Mont-Saint-Grégoire, où j’ai pris mes premiers cours de fin de semaine.

Professionnellement parlant, comment vous décrivez-vous ?

Je suis un vitrailliste, un éternel débutant qui travaille en incluant dans ma créativité la simplicité et la nécessité.

Quels ont été vos premiers pas dans votre métier ?

Chez nous, dans la cave, il y a de cela 15 ans.

Quelle expérience a marqué significativement votre travail ?

La lecture d’un livre, L’alchimiste, la « légende personnelle » de Paulo Coelho. C’est un livre exemplaire de la quête d’une vision, puis de la persévérance qu’il faut pour respecter celle-ci.

Quel est l’objectif de votre recherche et quel rôle y jouez-vous ?

Mon rôle est celui de garder mon regard d’enfant lorsque je découvre avec surprise le résultat d’une cuisson de verre. Je pense qu’il n’y a jamais d’erreurs et que je dois toujours composer avec l’imprévu.

 

Quels sont vos vitraux favoris ou vos inspirations préférées ?

Mes inspirations sont les empreintes de la vie, les traces du cœur.

Dans quelle part de votre processus créateur trouvez-vous le plus de satisfaction ?

Le défi, la surprise et l’exaltation de mener quelque chose du début à la fin.

 

Quelle personne ou quelle chose a une  importance majeure dans votre travail ?

Laurent Viens, sculpteur et peintre, qui par son inspiration et ses réflexions me pousse à aller plus loin.

Avez-vous un projet en rêve… et un réalisable ?

Aller exposer à New York et m’y rendre en Harley Davidson.

Êtes-vous optimiste ou pessimiste face à un acheteur éventuel ?

Je me dois d’être optimiste et sensible, lors d’une commande par  exemple, car celle-ci va refléter mes sensations et mes émotions à l’endroit de l’acheteur.

Quel conseil donneriez-vous à un débutant ?

90 % de travail et 10 % de talent.

Que feriez-vous si vous gagniez le gros lot de la 6/49 ?

J’ouvrirais une galerie d’art à Saint-Armand.

Quel artiste allez-vous rencontrer pour la prochaine entrevue ? Ou bien est-ce une surprise ?

Je garde ça comme une belle surprise !

Laisser un commentaire

Nous n’acceptons pas les commentaires anonymes et vous devez fournir une adresse de courriel valide pour publier un commentaire. Afin d’assumer notre responsabilité en tant qu’éditeurs, tous les commentaires sont modérés avant publication afin de nous assurer du respect de la nétiquette et ne pas laisser libre cours aux trolls. Cela pourrait donc prendre un certain temps avant que votre commentaire soit publié sur le site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avez-vous lu?
Consulter un autre numéro: