Annonce
Annonce

L’ARMANDIE EN 1839

CARTOGRAPHIE ANCIENNE
Charles Lussier

armandie1839Suite à l’arrivée de ses premiers occupants loyalistes dans les années 1780, le territoire de Missisquoi s’est vite développé. L’extrait de la carte de Gore de 1839 nous informe que, 50 ans après le début de sa mise en valeur, cette région possède beaucoup de moulins et de hameaux, ainsi qu’un réseau routier développé.

La toponymie de la région représentait les deux premières générations d’occupants. De nombreux hameaux sont inscrits comme corner : par exemple, le village de Saint-Armand était nommé Moore’s corner alors que Stanbridge-Station s’appelait Allan’s corner. Plusieurs de ces noms de hameaux ont disparu : Burdens, Ingles, Cooke, Jenny, etc. Dunham était Dunham flats, Stanbridge East était encore Stanbridge et le lac Selby portait, sur cette carte, le nom de Dunham Pound. Deux éléments régionaux cartographiés sont les moulins riverains (mills) et les tavernes

Pour faire un lien avec la production actuelle de vins, spiritueux et autres alcools de fruits dans la région, remarquons que l’on quittait la région de Missisquoi, vers le lac Brome, par Cogniac street, correspondant aujourd’hui aux chemins du lac Selby, Hudon et de North Sutton. À l’est de Freleighsburg, il y avait une fabrique de fécule (–A–) où l’on devait extraire l’amidon des cultures adjacentes (pommes de terre, maïs, blé).

Il faut se rappeler que cet ouvrage cartographique, assez précis pour cette période, a été réalisé à la fois grâce à des descriptions visuelles et à des rapports de distances plus précis que par le passé. Un point d’intérêt de cette carte est la position des deux lignes marquant la frontière avec le Vermont. Suite à l’indépendance américaine (1776), le 45e parallèle, pour le sud du Québec, avait été choisi comme frontière après 1783. La ligne du bas (–B–, new line) correspond assez précisément à ce tracé. La ligne du haut (–C– old line) correspond à la frontière actuelle, située à une minute de degré au Nord du 45e parallèle. C’est l’une  des premières cartes où l’on voit ces deux lignes, pour lesquelles il existe plusieurs explications techniques et anecdotiques.

vol12no5_avril_mai_2015_34aConcrètement, selon le traité signé, nous avons perdu 1,8 kilomètre au profit de nos voisins américains.

Source : Charles Gore. Plan of the frontier of Canada East from St. Regis to Canaan : surveyed in the year 1839, carte géographique, Topographical Department of the War Office, zinco-graphed in 1863.

Cote : BAnQ, G/3451/F2/1863/P53 CAR

Avis aux intéressés : une version de cette carte, numérisée en très haute définition, a été acquise par Le Saint-Armand et sera remise au Musée Missisquoi de Stan-bridge East de même qu’à la Société d’histoire et de patrimoine de Frelighsburg.

 

Laisser un commentaire

Nous n’acceptons pas les commentaires anonymes et vous devez fournir une adresse de courriel valide pour publier un commentaire. Afin d’assumer notre responsabilité en tant qu’éditeurs, tous les commentaires sont modérés avant publication afin de nous assurer du respect de la nétiquette et ne pas laisser libre cours aux trolls. Cela pourrait donc prendre un certain temps avant que votre commentaire soit publié sur le site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avez-vous lu?
Consulter un autre numéro: