Annonce
Annonce
- Dossier Eau -

La baie Missisquoi se meurt

Pierre Lefrançois

Dès le 3 juillet 2014, on pouvait observer une fleur d’eau de cyanobactéries dans la baie, à Philipsburg (photo : OBVBM)

Les traitements qui lui sont prodigués ne suffisent pas à améliorer la qualité de ses eaux et des efforts supplémentaires devront être déployés pour en assurer la survie.

 La baie Missisquoi fait l’objet d’une attention particulière dans le cadre de l’Entente de coopération en matière d’environnement relativement à la gestion du lac Champlain, une convention tripartite signée en 1988 par les gouvernements du Québec, de l’État de New York et de l’État du Vermont en conséquence de la détérioration sérieuse de la qualité de ses eaux.

vol12no1_aout_sept_2014_2bLe stade avancé d’eutrophisation (voir l’encadré ci-contre) de ce vaste plan d’eau s’observe en période estivale par la prolifération des cyanobactéries, ce qui a amené l’État du Vermont et le Québec à signer, le 26 août 2002, une entente sur la diminution de l’apport en phosphore dans laquelle les deux parties s’engageaient à le réduire d’environ 40 % dans la baie Missisquoi de sorte que, en 2016, la charge maximale soit de 97,2 tonnes métriques l’an (tm/an). On estime que le Québec est responsable de la charge de phosphore à 40 % et le Vermont, à 60 %. Pour atteindre l’objectif de l’entente, le Québec devait dont réduire l’apport en phosphore d’environ 27,3 tm/an et le Vermont de quelque 42,8 tm/an.

Malgré les efforts déployés (assainissement des eaux usées, changements dans les pratiques agricoles) il est évident, aujourd’hui, que l’objectif de cette entente ne sera pas atteint et qu’un cadre réglementaire contraignant devra être envisagé afin de remédier à la situation. Rappelons que, en plus d’être un lieu de villégiature, la baie Missisquoi est la source d’eau potable qui alimente les citoyens de la Ville de Bedford, de même que ceux de Philipsburg (Saint- Armand) et de Stanbridge Station.

La gestion par bassin versant

Les experts estiment que, au Québec, plus de 80 % des apports en phosphore se font sous forme diffuse, c’est-à-dire par égouttement du contenu des terres agricoles, des fosses septiques et des eaux usées vers la baie ou l’un ou l’autre des cours d’eau qui s’y jettent. La concertation et la mise en place d’une gestion intégrée de l’eau réunissant les acteurs, chercheurs et utilisateurs ont permis d’établir les priorités d’action tout en tenant compte des impacts sur les écosystèmes aquatiques.

La gestion intégrée de l’eau par bassin versant constitue un engagement majeur de la Politique nationale de l’eau qui a été adoptée à l’automne 2002 par le gouvernement du Québec. Elle vise en premier lieu la réforme de la gouvernance de l’eau. Selon le ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, cette forme de gestion tient compte des enjeux tant locaux que régionaux et a pour fondement une approche écosystémique de la gestion des eaux par bassin versant.

L’acteur principal de cette gestion est l’organisme de bassin versant (OBV). On en compte 40 au Québec. L’Organisme de bassin versant de la baie Missisquoi (OBVBM) est celui qui est reconnu par le gouvernement du Québec comme le responsable de la gestion intégrée des eaux du bassin versant de la baie Missisquoi. Fondé en 1999, l’OBVBM réunit des acteurs impliqués dans tous les aspects de la gestion de l’eau dans le bassin versant. Son conseil d’administration est composé d’élus des municipalités régionales de comté (MRC) Haut-Richelieu, Brome-Missisquoi et Memphrémagog, de représentants des secteurs agricole, économique, touristique, communautaire ainsi que des citoyens. Des représentants du ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MDDELCC) et du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ) y siègent également, mais n’ont pas droit de vote.

Le bassin versant de la baie Missisquoi

Le bassin versant de la baie Missisquoi est un bassin transfrontalier, situé de part et d’autre de la frontière entre le Québec et le Vermont. Il s’agit du territoire qui draine les eaux de surface et les précipitations vers la baie Missisquoi, une immense étendue d’eau (de 70 km2 dont 46 km2 au Québec) peu profonde (moyenne 2,8 m) située à l’extrémité nord du lac Champlain. C’est en réalité un sous-bassin versant du lac Champlain, qui est lui-même le lac de tête du bassin versant de la rivière Richelieu. Le bassin versant de la baie Missisquoi draine une superficie totale de 3101 km2, soit environ 15 % du bassin du lac Champlain. La partie située au Québec couvre 1311 km2 (42 %) et celle du Vermont, 1789 km2 (58 %).

Au Québec, le bassin couvre 29 municipalités (des montagnes d’Eastman aux basses terres de Clarenceville), 4 MRC (Brome-Missisquoi 64 %, Memphrémagog 28,2 %, Haut-Richelieu 6,9 %, Val-Saint-François 0,4 %) et 2 régions administratives (Montérégie 71 %, Estrie 29 %).

Les trois principaux cours d’eau qui se déversent dans la baie Missisquoi sont la rivière Missisquoi, la rivière aux Brochets et la rivière de la Roche. Le territoire du bassin se divise ainsi en quatre principaux sous-bassins. Le plus grand est le sous-bassin de la rivière Missisquoi (2246 km2, soit l’équivalent de 72 % du territoire), dont le parcours se trouve presqu’exclusivement au Vermont, sauf pour un bref passage de Pot- ton (Highwater) à Sutton (Glen Sutton).

Les rivières Sutton et Missisquoi Nord sont les principaux tributaires québécois de ce sous bassin, dont le territoire est principalement occupé par la forêt (84 %) et les montagnes. On y trouve les lacs Parker, Orford, d’Argent, Libby, Long Pond et Trousers, et les étangs Fullerton, Sally et Sugar Loaf Pond.

baie2Qu’en est-il de l’Armandie ?

Le territoire couvert par le journal Le Saint-Armand correspond aux sous-bassins des rivières aux Brochets et de la Roche. Le premier (656 km2) est principalement situé en sol québécois (85 %). Ses principaux tributaires sont le ruisseau Morpions, le ruisseau Groat et la rivière aux Brochets Nord. Bien qu’en amont, cette rivière coule en territoire agroforestier ; en aval de Stanbridge East, son territoire est largement dominé par l’agriculture (plus de 50 %), surtout des grandes cultures. On y trouve le lac Selby.

Quant à la rivière de la Roche, 66 % de son bassin (141 km2) se trouve au Vermont. Les principaux tributaires québécois de ce sous-bassin sont les ruisseaux Swennen et Brandy, et son territoire est occupé à parts égales par la forêt (39 %) et l’agriculture (39 %).

Finalement, le sous-bassin de la baie Missisquoi comprend le drainage direct vers la baie ainsi que les bassins des ruisseaux Black, McFee, East Swamp, Beaver et Tipping. Ce sous-bassin est une vaste plaine inondable cultivée (30 % en agriculture) où l’on retrouve d’immenses milieux humides.

La qualité de l’eau

La qualité de l’eau dans le bassin versant de la baie Missisquoi est évaluée par 11 stations d’échantillonnage gérées par le MDDELCC : 6 dans le sous-bassin de la rivière aux Brochets (2 sur la rivière + ruisseaux Walbridge, Morpions, Ewing et Castor), 2 sur la rivière de la Roche (amont, aval), 2 sur la rivière Missisquoi (amont, aval) et 1 sur la rivière Sutton (aval).  De plus, la MRC Memphrémagog prélève annuellement des échantillons dans les cours d’eau de son territoire tandis que, de leur côté, les associations de lac du bassin effectuent un certain suivi de la qualité de l’eau de leurs lacs, ruisseaux et rivières.

Selon les données recueillies entre 2011 et 2013 dans le sousbassin de la rivière aux Brochets, on observe des dépassements des critères relatifs à la qualité de l’eau tant au niveau du phosphore, que de celui de l’azote total ou des matières en suspension dans plus de 60 % des échantillons prélevés, notamment dans les tributaires (plus de 80 % des échantillons indiquent des dépassements en phosphore) où les coliformes fécaux (plus de 50 % de dépassements) et les nitrates (33 à 48 % de dépassements) sont également en concentrations élevées.

C’est dans la rivière de la Roche que les dépassements en phosphore sont les plus élevés et ce, dans 100 % des échantillons, tandis que ceux de l’azote le sont dans plus de 80 % des cas. La qualité de l’eau est généralement bonne dans le sous-bassin de la rivière Missisquoi. On observe toutefois certains dépassements en phosphore (près de 50 %) dans la rivière Missisquoi et en coliformes fécaux (31 %) dans la rivière Sutton.

La baie Missisquoi est plus que jamais dans un état critique, c’està- dire hypereutrophe, la concentration moyenne en phosphore y ayant été de 65 ug/l en 2012, soit la plus élevée depuis qu’on enregistre ce paramètre, alors que le critère cible est de 25 ug/l. On y retrouve aussi des fleurs d’eau de cyanobactéries (algues bleues) chroniques.  Au lac Selby, les concentrations en phosphore s’améliorent, bien que les cyanobactéries y soient encore récurrentes.

Quant aux lacs de l’Est du bassin, la qualité de leurs eaux est généralement bonne, si on exclut certains problèmes de cyanobactéries dans le lac Trousers, de coliformes fécaux au lac Libby, de même que de sédiments et de phosphore au lac Parker.  Dans le prochain numéro, nous verrons en détail les divers aspects du plan d’action, les résultats obtenus à ce jour et ce qu’il reste à faire pour remédier au problème

Laisser un commentaire

Nous n’acceptons pas les commentaires anonymes et vous devez fournir une adresse de courriel valide pour publier un commentaire. Afin d’assumer notre responsabilité en tant qu’éditeurs, tous les commentaires sont modérés avant publication afin de nous assurer du respect de la nétiquette et ne pas laisser libre cours aux trolls. Cela pourrait donc prendre un certain temps avant que votre commentaire soit publié sur le site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avez-vous lu?
Consulter un autre numéro: