Annonce
Annonce
- Culture -

Capiteuse Italie

Appréciation du concert de dimanche 29 mai 2011 à Frelighsburg
Marc Thivierge

Antonio Vivaldi

Avec l’humidité de 100 % annoncée, les parfums d’Italie que nous proposait le chœur classique de l’Estrie ne pouvaient qu’embaumer l’air et nous transporter dans cette terre si fertile de belles mélodies. Ce dimanche après-midi, l’Église anglicane de Frelighsburg était remplie de l’élégance harmonique qui caractérise l’Italie de la période baroque. Nous étions invités à savourer les célèbres concertos Les Quatre Saisons du maître Antonio Vivaldi, mais réinventés. La curiosité l’emportant, nous n’avons pu résister à l’idée d’aller écouter ces mélodies bien connues, accompagnées d’une partition chantée, ce qui relève du jamais entendu. Nous avons appris que Vivaldi composa les concertos devenus célèbres à partir de quatre courts poèmes, racontant chacun une histoire. Et c’est avec brio que François Panneton, le directeur musical du chœur, les a mis en musique. Majestueusement exécutée par la chorale d’une cinquantaine de membres et de sept musiciens accompagnés de deux solistes, l’œuvre musicale qui de fait partie intégrale de ma jeunesse revêt une dimension nouvelle, une élégante fraîcheur.

Je m’en voudrais de ne pas mentionner la grande force et la justesse vocale du baryton soliste Cosimo Oppedisano.  Le programme offrait d’autres pièces savamment intégrées, des airs de Cerarini, Curti et Denza, entre autres, qui nous ont plongés dans le monde italianisant. Des bravos retentissants sont de mise. Mon seul regret est que la prestation n’ait pas été enregistrée. Dommage, on aurait voulu réentendre encore et encore ces concertos, revus façon Panneton.

Laisser un commentaire

Nous n’acceptons pas les commentaires anonymes et vous devez fournir une adresse de courriel valide pour publier un commentaire. Afin d’assumer notre responsabilité en tant qu’éditeurs, tous les commentaires sont modérés avant publication afin de nous assurer du respect de la nétiquette et ne pas laisser libre cours aux trolls. Cela pourrait donc prendre un certain temps avant que votre commentaire soit publié sur le site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avez-vous lu?
Consulter un autre numéro: