Annonce
Annonce

Cartographie ancienne de Missisquoi

Charles Lussier

La cartographie est à la base des connaissances et de la mise en valeur d’un territoire. Une série d’une dizaine de chroniques débute aujourd’hui dans Le Saint-Armand sur la cartographie ancienne du territoire élargi de Missisquoi. Les cartes présentées seront surtout celles qui ont été produites sous le régime britannique. Le territoire de la baie Missisquoi a commencé à être significativement occupé vers 1790.

Les premières cartes détaillées du lac Champlain ont été produites dans les années 1730 par l’arpenteur du Roy de France, le seigneur Auger. Ces travaux d’arpentage avaient pour but de délimiter les seigneuries sous le régime français. Ces cartes ont été publiées dans d’autres éditions du journal. Autour des années 1780 et 1790, en plein siècle des Lumières, la cartographie prend un nouvel essor grâce aux expéditions des naturalistes, des découvertes faites en vue de l’expansion et de la colonisation par les empires de France, d’Angleterre et d’Espagne (Capitaine Cook, Louis-Antoine de Bougainville, comte de La Pérousse). À la fin du 18e siècle, la détermination des longitudes (ou méridiens) s’améliore grandement.

L’extrait de la carte de Mann(1) (1791) illustre surtout les éléments naturels de la région de la baie Missisquoi. Le cartographe situe les milieux humides (Swamp, Great Swamp, Swamp Island et lower end, qui correspond à l’embouchure de la rivière Missisquoi) du pourtour de la baie. Les tracés de ses tributaires sont assez bien positionnés. Certains éléments d’occupation humaine y sont présentés, comme le Indian castle (village horticole abénaki établi aux chutes de l’actuelle ville de Swanton, Vt). Un moulin à vent y est inscrit sur une pointe au début de la rivière Richelieu (nord-ouest de l’actuelle ville d’Alburg, N.Y.). Le tracé du 45e parallèle est décalé de 2,2 km vers le nord. La bathymétrie, soit les mesures des profondeurs des fonds du lac Champlain, est assez précise. Les données prises en pieds par des sondes à câbles sont cartographiées par rapport à la distance des rives. Les hauts fonds produits par la sédimentation des deux grandes rivières (Pike river et Missiskoui) y sont illustrés avec précision ainsi que le littoral rocailleux des rives du côté Est. On y indique la présence d’une petite île rocheuse au large des dépôts de l’embouchure de la rivière de la Roche (Small Rocky Island I.  ; sud-est de la baie Missisquoi). À l’Est, aucune inscription de l’Armandie.

Tous mes remerciements à Madame Arlene Royea, Musée du comté de Brome pour sa précieuse collaboration.

(1) PLAN of part of LAKE CHAMPLAIN ; showing the posts of St Johns, Isle aux Noix, Point  au fer and Dutchman’point. Scale one mile to one inch. Quebec, 13th June 1791, Gotheher Mann, C. Command. Royal Engineer.

Laisser un commentaire

Nous n’acceptons pas les commentaires anonymes et vous devez fournir une adresse de courriel valide pour publier un commentaire. Afin d’assumer notre responsabilité en tant qu’éditeurs, tous les commentaires sont modérés avant publication afin de nous assurer du respect de la nétiquette et ne pas laisser libre cours aux trolls. Cela pourrait donc prendre un certain temps avant que votre commentaire soit publié sur le site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avez-vous lu?
Consulter un autre numéro: