Annonce
Annonce

Des citoyens qui plantaient des arbres…

Nathalie Fortin, M. Sc. Conservation Baie Missisquoi

Un résident de Saint-Armand participant à la plantation.  (Photo Jean-Pierre Fourez)

Le samedi 8 mai dernier, une vingtaine de citoyens bénévoles provenant de différentes municipalités de la région et du Vermont ont participé à des travaux de restauration et de protection des bandes riveraines. Les travaux ont été effectués sur une des branches du ruisseau Lareau, une zone considérée prioritaire, située entre Saint-Alexandre et Notre-Dame de Stanbridge. Un projet instauré et dirigé par Richard Lauzier, du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ).

Sept agriculteurs ont accepté de revégétaliser les berges de leurs terres agricoles. Plus de 1200 arbres tels des mélèzes hybrides, des chênes à gros fruits et des chênes rouges ont été plantés par les citoyens sur une distance de 5,8 km, afin de diminuer l’érosion éolienne, le ruissellement des eaux de surface et l’érosion des sols.

Près de 2000 arbres seront plantés ce printemps dans le cadre du projet Brise-Vent du ruisseau Lareau. Des frênes de Pennsylvanie, des épinettes blanches et de Norvège seront plantés dans les prochaines semaines pour compléter cette initiative. Les arbres, qui provenaient de la pépinière du MRN, ont été distribués aux agriculteurs par le MAPAQ. Selon Richard Lauzier, 76 000 arbres et arbustes (160 projets) seront plantés cette année en Montérégie.

Les producteurs qui ont accepté d’élargir la bande riveraine de leurs terres agricoles à deux mètres sont les Fermes Colombettes, B.C. Guertin, Gasser, Cultures J. Bertrand, Luc Roussel et Thérèse Girard, Roger Santerre et Henriette Nolin Hannigan. Quelques agriculteurs sont venus saluer et remercier les volontaires en leur offrant des rafraîchissements. Ils étaient visiblement contents de participer à un tel projet car les racines de ces arbres vont les aider à retenir leur sol et à filtrer les pesticides et les éléments nutritifs.

Ces pratiques de conservation des sols et de l’eau contribueront à réduire les pertes de phosphore dans les ruisseaux et rivières qui s’écoulent dans la baie Missisquoi dans le but ultime d’enrayer la prolifération des cyanobactéries (algues bleues). Une stratégie considérée comme urgente et une activité à répéter pour améliorer la qualité de l’eau de notre baie.

Laisser un commentaire

Nous n’acceptons pas les commentaires anonymes et vous devez fournir une adresse de courriel valide pour publier un commentaire. Afin d’assumer notre responsabilité en tant qu’éditeurs, tous les commentaires sont modérés avant publication afin de nous assurer du respect de la nétiquette et ne pas laisser libre cours aux trolls. Cela pourrait donc prendre un certain temps avant que votre commentaire soit publié sur le site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avez-vous lu?
Consulter un autre numéro: