Annonce
Annonce
- Chaîne d'artistes -

La Miel, « a » soude, Méchant moineau !

Maryse Messier

Amielle Doyon-Gilbert

Ah celle là… c’est un vent, une tornade, un ouragan. Pas facile de la décrire ; je ressors toujours décoiffée de mes rencontres avec elle.

Je la découvre à peine. La vie avare l’a mise sur mon chemin à petites gouttes, afin de préserver le mystère.

Mon premier souvenir d’Amielle Doyon-Gilbert

J’avais onze ans, on jouait au baseball, elle pour Frelighsburg, moi pour Saint-Armand, seules filles parmi les gars. J’ai pas pu m’empêcher de me dire, en la regardant de l’autre bord du terrain : celle-là, c’est sûr qu’elle « rock ». Plus tard, nous voilà sur les bancs d’école au cégep de Saint-Jean, toutes deux étudiantes en arts plastiques. Elle n’avait jamais froid aux yeux. C’est intimidant ce genre de femme.

C’est qu’elle avait déjà pas mal de vécu… à 20 ans. Faut être « couillue » pour partir de la maison à 15 ans. Ciao, bye Frelighsburg, famille et amis, je pars finir mon secondaire à l’école Face de Montréal. Faut bien que la bête exulte. Photo, théâtre, danse, musique, exaltant sans bon sens la « grand ville ».

Après, ça se corse, enfilez vos chaussures, prêts pour le parcours ?
Prenez une grande respiration...

À 17 ans, elle achète un billet pour LA et atterris à LV (Las Vegas). Maudite dyslexie ! Ne vous inquiétez pas, on va se rendre pareil. Elle pose son hamac dans un « truck » de la poste, devient gérante de boutique de linge à Santa Monica, part au Mexique sur le pouce, se déguise en G.O mexicaine de danse traditionnelle dans les tout-inclus. Pur entrainement militaire, c’est bon pour la santé, restons donc un an ! Elle revient, joue de la basse pour Capitaine Révolte et tourne et tourne jusqu’au Costa Rica. Elle crache du feu, enfile des échasses, fonde une école à Montréal – Le Clou de Girafe – est animatrice auprès d’enfants, des tonnes d’enfants, coud des costumes et encore des costumes, fabrique des accessoires pour les boites de production Nu Film et Aviva.

Une soudure ? On a toujours besoin d’une soudure, c’est tannant à la fin ! Et hop, retour à l’école, la voilà soudeuse depuis janvier 2011.

Essoufflés ? Pas Amielle !

So…Back to California. Elle monte une « shoppe » en palettes, avec bar et mobilier de patio en silencieux. Exotique !

Let’s call it the Frenchy bar. Après tout, c’est plate de souder toute seule ! L’année passe, puis elle prend la direction du Sud. Destination : les Caraïbes. Elle transforme un voilier en restobar- spectacle, avec sirènes en prime.

La trentaine se pointe le bout du nez. Déjà ? La nomade cherche ses racines, vaut mieux trouver une « shoppe » aux fondations solides. Stanbridge East tombe pile poil.

Son père lui a passé la première commande : un oiseau de jardin. Depuis, des oiseaux, elle en voit partout. Et pas n’importe lesquels. C’est qu’ils ont de la gueule. Si vous désirez observer un de ces spécimens rares, il y a un grand héron qui trône devant la Boutique Oneka, dans le village de Frelighsburg. Il se tient bien droit celuilà. D’autres ont l’air maladroit et sont cernés ; voila bien les boulons rouillés les plus expressifs qu’il m’ait été donné d’observer !

Avis aux vieux fermiers… sans offense ! Vous cherchez à faire revivre vos plus belles pièces de ferraille ? Elle est dévouée « La Miel », elle les ressuscitera de ses doigts huileux. Engrenages, ball joint et autres pièces trippatives auront une nouvelle carrière : équerrés, avec pour fardeau une enseigne de commerce, ou cordés en rang d’oignon dans un portail massif accueillant les visiteurs. Et s’ils charment « La Miel » au point de lui faire couler une larme de métal, peut-être joindront-ils le groupe qui formera le prochain grand bec. Gardez l’oeil ouvert sur la prochaine volée !

Trêve de poésie, si Amielle était une fleur, elle serait la colorée dans le fossé, celle qui pue, qui pique et qui donne vie à un bouquet comme pas une…

Laisser un commentaire

Nous n’acceptons pas les commentaires anonymes et vous devez fournir une adresse de courriel valide pour publier un commentaire. Afin d’assumer notre responsabilité en tant qu’éditeurs, tous les commentaires sont modérés avant publication afin de nous assurer du respect de la nétiquette et ne pas laisser libre cours aux trolls. Cela pourrait donc prendre un certain temps avant que votre commentaire soit publié sur le site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avez-vous lu?
Consulter un autre numéro: