Annonce
Annonce

Branle-bas de combat pour l’école Saint-François d’Assise

« Nous avons tissé des liens et un sentiment d’appartenance très fort à cette école et à sa communauté. »
Claude Montagne

Parents d’élèves de Frelighsburg, en route vers une assemblée des commissaires de Val-des-Cerfs (photo : Claude Montagne)

Depuis quelques mois, la population de Frelighsburg se mobilise pour maintenir vivante l’école Saint-François d’Assise, qui compte une centaine d’élèves dont une trentaine proviennent du secteur de Stanbridge East. Le transfert envisagé de ces derniers vers Bedford, suite à une nouvelle politique du transport de la commission scolaire Val-des-Cerfs, affecterait les services existants et la vie future de cette école qui s’apprête à fêter, en 2014, son centenaire.

Le 15 février 2011 se tenait à la polyvalente Wilfrid-Léger de Waterloo une séance ordinaire du conseil de la commission scolaire Val-des-Cerfs. À la grande surprise des commissaires,  près de 60 parents de Frelighsburg et de Stanbridge East débarquent à l’assemblée pour faire part de leur opposition à la nouvelle politique du transport qui, selon eux, menace la vie même de l’école Saint-François d’Assise.

Les intervenants au micro sont nombreux à se prononcer sur le point 2.2 de l’ordre du jour, qui ouvre la parole au public. On dépose une pétition comptant plus de 250 signataires. En titre : « Pour un avenir durable de l’école Saint-François d’Assise ». Depuis 10 ans, de nombreuses familles de Stanbridge East ont choisi de fréquenter l’école S-F-A. Une nouvelle politique  entraînerait une perte du tiers des élèves.

Dans une lettre datée du 7 février 2011 et adressée à la commissaire responsable de leur localité, Mme Jeanine Barsalou, les parents et les citoyens de Stanbridge East insistent : « Nous avons tissé des liens et un sentiment d’appartenance très fort à cette école et à sa communauté… On retrouve à Frelighsburg les valeurs vécues à Stanbridge East : quiétude, bonté, simplicité et camaraderie des petits milieux. La nouvelle politique déracinera nos enfants de leur milieu scolaire pour les forcer à changer d’école, laquelle ne représente pas nos valeurs familiales ». La  de  municipalité Frelighsburg participe elle aussi au débat. Le conseiller municipal Marc-André Roy, qui s’est joint aux protestataires, se présente au micro pour remettre aux commissaires une résolution adoptée au conseil municipal le 7 février 2011. Il rappelle que, au moment des fusions des commissions scolaires en 1999, celle du Val-des-Cerfs avait soumis un projet annexant une partie du territoire de Stanbridge East à l’école Saint-François- d’Assise de Frelighsburg afin d’agrandir le territoire et permettre ainsi aux résidants de Stanbridge East, municipalité limitrophe de Frelighsburg, d’inscrire leurs enfants à cette école plutôt que d’allonger le circuit pour les inscrire à Bedford. Puis, il confirme que le conseil de Frelighsburg a résolu d’appuyer « la démarche de École-O-Village de demander à la commission scolaire d’annexer à Frelighsburg la partie du territoire des secteurs scolaires de Stanbridge East desservis depuis 10 ans par l’école Saint-François d’Assise. » Puis, au tour de l’organisme Tourisme, art, commerce (TAC) de Frelighsburg de déposer sa lettre d’appui au maintien du statu quo : « … la réputation de l’aspect innovateur de cette école n’est plus à faire », écrit la présidente Mme Ninon Chénier.

À titre d’ex-président du conseil d’établissement, M. Olivier Touchette exprime, quant à lui, toute sa stupéfaction face à la politique en puissance, qui aurait pour effet d’imposer des frais substantiels aux parents des élèves de Stanbridge East fréquentant l’école Saint-François d’Assise. Selon lui, il s’agit d’un manque flagrant de respect envers cette école. Il termine sa lettre en invitant les commissaires à considérer des principes tels que la préservation des services aux élèves, l’occupation du territoire, l’engagement de la communauté et le contrôle des coûts pour élaborer des solutions adaptées aux situations particulières. Enfin, il demande la suspension du projet de la politique du transport. Quant à madame Mélanie Dorval, présidente du conseil d’établissement, elle estime que 34 élèves sur un total de 101 seraient touchés par le projet en litige. Ce qui lui paraît inacceptable puisque le risque de perdre deux des sept élèves en maternelle entraînerait la fermeture de cette classe. Un signal précurseur, selon elle, d’une école sans continuité. Elle prévoit même des conséquences graves sur les services éducatifs et professionnels (orthopédagogie, psychologie, psychoéducation et orthophonie). Cela dans une région particulièrement affectée par le décrochage scolaire.

L’opposition

Suite à toutes ces interventions chaudement applaudies, la riposte est venue de Mme Annick Falcon, qui préside le Conseil d’établissement de l’école du Premier envol de Bedford et était accompagnée de sa collègue de l’école Mgr Desranleau. Mme Falcon demande aux commissaires d’appliquer intégralement la politique des secteurs telle qu’adoptée en 2000 et dans laquelle le territoire de Stanbridge East appartient à Bedford, et de mettre fin à la dérogation consentie depuis. Son intervention n’a reçu aucun applaudissement, une forte majorité de l’assistance penchant plutôt dans le sens contraire. En somme, nous voilà face à une guerre opposant Bedford à Frelighsburg et divisant la communauté de Stanbridge East. Le 21 mars 2011, environ 25 parents des élèves de Stanbridge East ont tenu une assemblée. Ils avaient convié la commissaire Mme Jeanine Barsalou qui les représente à la commission scolaire. Celle-ci déclare être venue pour les écouter, qu’elle n’a aucun chiffre… mais qu’elle tiendra compte de leurs souhaits. Même si les nouveaux élèves envisagent de fréquenter l’école de Frelighsburg, ils doivent s’inscrire à Bedford, car le territoire de Stanbridge East appartient, techniquement, à cette municipalité. Une partie des élèves de Stanbridge East (la partie Ouest, près de Bedford) fréquente déjà les écoles de Bedford. Les parents du secteur Est de Stanbridge East demandent une refonte des secteurs pour se détacher définitivement de Bedford. Plusieurs d’entre eux sont des couples comptant un parent anglophone. Ils envisagent même de demander un transfert de leurs enfants dans la commission scolaire anglophone Eastern-Township advenant un transfert forcé vers Bedford…

Quand la politique s’en mêle

Le problème prend une allure politique et rebondit aux conseils municipaux des localités concernées, à la MRC où une résolution en appui de Frelighsburg a été votée le 15 février 2011. Une contre-révolution, parrainée par le maire de Bedford, a aussi été votée le 15 mars 2011, demandant le respect des territoires scolaires actuels et l’application des règles et critères relatifs à l’inscription des élèves dans les écoles de la commission… avec copie au député Pierre Paradis. Cette résolution était appuyée par M. Albert Santerre, maire de Saint-Ignace-de-Stanbridge, lui qui a pourtant assisté à la fermeture de son école de village… Le 21 mars 2011, la commissaire Barsalou affirmait à Stanbridge East que la commission scolaire ne tenait nullement compte des représentations des maires de la MRC quand arrive le temps de décider des questions qui la concernent. Autrement dit, à chacun sa juridiction décisionnelle et sa souveraineté.

Selon la commissaire, si les parents des élèves du secteur Est de Stanbridge East demandent à la commission scolaire leur séparation du secteur de Bedford pour être définitivement incorporés au secteur de Frelighsburg, cela aura pour effet de démarrer tout un processus d’auditions multiples impliquant tous les intéressés et incluant les municipalités. Dans le secteur Est de Stanbridge East, les parents de la trentaine d’enfants qui fréquentent actuellement l’école Saint-François d’Assise ne veulent rien savoir des écoles de Bedford et des problèmes résultant de la baisse du nombre d’élèves dans ce milieu. Ils sont résolus à mener le combat pour le maintien de leurs enfants à l’école de Frelighsburg jusqu’à la séparation de la commission scolaire Val-des-Cerfs, c’est-à-dire en rejoignant la commission scolaire anglophone. Pour eux, l’avenir de cette petite école ne doit pas s’achever à la veille de son centenaire.

Le 21 mars 2011, nous apprenions que la commission scolaire aurait avisé les parents qu’elle suspendait, pour l’instant, son projet de rapatriement à Bedford des élèves de Stanbridge East qui fréquentent l’école de Frelighsburg.

Laisser un commentaire

Nous n’acceptons pas les commentaires anonymes et vous devez fournir une adresse de courriel valide pour publier un commentaire. Afin d’assumer notre responsabilité en tant qu’éditeurs, tous les commentaires sont modérés avant publication afin de nous assurer du respect de la nétiquette et ne pas laisser libre cours aux trolls. Cela pourrait donc prendre un certain temps avant que votre commentaire soit publié sur le site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avez-vous lu?
Consulter un autre numéro: