Annonce
Annonce
- Affaires municipales -

Bedford : affrontement, notamment à la mairie

François Renaud

St Damien and Rivière aux Brochets – Bedford, Quebec

À Bedford, le maire sortant, Claude Dubois, sollicite un troisième mandat au poste de maire. D’en trée de jeu, monsieur Dubois, tient à nous faire le bilan des quatre dernières années de son administration : « D’abord, au plan administratif, nous avons remis tous nos règlements au niveau, lotissement, urbanisme, zonage, enseignes, tout a été révisé, un exercice qui n’avait pas été fait depuis 1991 ! Nous avons également investi dans le maintien de nos infrastructures et nous avons refait les réseaux d’égouts, d’aqueduc et les sanitaires des rues Élisabeth et Du Pont ; nous voulions également refaire les réseaux de la rue Glaze, mais comme les soumissions que nous avons reçues étaient trop élevées, nous referons un appel d’offre au cours de l’année prochaine. Toujours au chapitre des infrastructures, nous avons raccordé le nouveau développement résidentiel Château d’eau à nos réseaux d’égouts et d’aqueduc, si bien que, aujourd’hui, il y a déjà quatre nouvelles résidences vendues, érigées et habitées de ce côté. Nous avons également équipé notre réseau d’aqueduc d’un quatrième filtre, de manière à ce que nos concitoyens ne soient plus importunés par les crises annuelles provoquées par la prolifération des cyanobactéries. Finalement, nous avons fait une mise à jour du site Internet de la municipalité et nous nous sommes associés à la Fondation Rue Principale, une OBNL fondée par les gens d’affaires de Bedford pour améliorer l’allure de notre rue Principale. »

Claude Dubois, maire de Bedford (photo : François Renaud)

Le maire Dubois est également bien présent dans les diverses structures administratives de la région : impliqué à la MRC, il est également vice-président du CLD Brome-Missisquoi, membre du conseil d’administration des maires et administrateur de la Régie intermunicipale des déchets solides de Brome-Missisquoi. « Cette Régie est une propriété collective de quatre municipalités, Dunham, Farnham, Cowansville et Bedford, précise Claude Dubois. Et nous sommes sur le point de signer une convention avec Gaz Métro, afin de créer un projet de bio méthanisation qui nous permettra d’extraire le gaz méthane des déchets, afin qu’il soit utilisé comme carburant dans l’industrie du camionnage. »

Un autre projet qu’affectionne monsieur Dubois, c’est le plan d’implantation du parc industriel Fred Gilman. « Il est clair que nous souhaitons attirer des entrepreneurs dans notre municipalité et, afin de rendre notre proposition plus séduisante, nous avons déjà deux terrains industriels raccordés à nos réseaux d’aqueduc et d’égoût, de sorte que, si un entrepreneur se présente, il pourra bénéficier d’un terrain “ clef en main ”, ce qui représente un net avantage économique.

« D’ailleurs, nous avons nous-mêmes un projet intéressant que nous souhaitons implanter dans notre parc industriel, poursuit Claude Dubois. Au cours de la dernière année, nous avons réalisé une étude sur l’utilisation de la biomasse forestière, un projet qui consiste à utiliser les résidus du bois, tels les rejets de l’industrie forestière, les rejets de bois des chantiers de construction et de rénovation, pour les traiter à l’aide d’un procédé de pyrolyse afin de produire de la chaleur, de la vapeur et de l’électricité. Cette étude sera bientôt déposée à Hydro-Québec et, si tout se passe tel que nous le souhaitons, nous pourrons éventuellement construire une telle usine dans notre parc industriel, une usine qui ne produira aucune cendre, aucune émanation et qui pourrait générer une quinzaine d’emplois permanents et très bien rémunérés. »

Un autre projet dont est particulièrement fier monsieur Dubois, c’est la mise en commun du Services des incendies des quatre municipalités voisines, soient Bedford, Canton de Bedford, Saint-Ignace-de-Stanbridge et Stanbridge Station. « Nous sommes arrivés à conclure une belle entente où chacune de nos municipalités contribue au Service des incendies en proportion de sa richesse foncière et de sa population. Ainsi, Bedford défraye 61 % des coûts, Canton de Bedford 19 %, Saint-Ignace 10,38 % et Stanbridge Station 9,62 %. Ces pourcentages sont révisés annuellement et, jusqu’ici, l’entente fonctionne à merveille.

« Cette expérience, poursuit Claude Dubois, m’amène à aborder une thématique qui me tient particulièrement à cœur : la nécessité, pour nos municipalités, de travailler ensemble, en harmonie, en synergie. Le contexte économique n’est pas facile, certes,  mais il serait contreproductif pour une municipalité de tirer la couverture sur son côté sans tenir compte de ses voisines. Il faut s’associer, faire front commun et traiter les enjeux collectivement, pour le bénéfice de tous les citoyens, qu’ils soient de Bedford, de Dunham ou de Saint-Armand.

« À cet égard, les projets que nous nous appliquons à mettre en place témoignent de notre philosophie : nous souhaitons, par exemple, augmenter notre offre de service en matière de loisirs, afin que les citoyens des autres municipalités puissent profiter des installations que nous avons à Bedford, tels nos terrains de tennis, notre aréna ou le gymnase de l’école Mgr. Desranleau. En retour, nous allons certainement faire appel à la solidarité des autres municipalités pour nous permettre de faire les pressions nécessaires pour conserver notre service de transport ferroviaire, car le chemin de fer est un outil essentiel au développement de certaines industries de notre région, comme Graymont ou la meunerie Bertrand, à Bedford. »

Yves Lévesque, candidat à la mairie de Bedford (photo : François Renaud)

À Bedford, une opposition se dessine aux élections municipales. Yves Lévesque, un homme d’affaires bien connu dans la région, petit-fils d’un ancien maire de Bedford, a décidé de briguer le poste de maire de la municipalité. « C’est une décision longuement réfléchie, affirme Yves Lévesque. Tout le monde le sait, je viens de vendre une entreprise composée de six succursales et, à 51 ans, je me considère trop jeune pour passer le reste de ma vie à ne rien de faire. Je suis natif de Bedford et j’ai décidé de rendre à mes concitoyens une partie de ce qu’ils m’ont donné.

« Je crois que nous n’avons pas notre juste part du développement économique qui retombe sur la région et je suis convaincu que, en y mettant l’énergie nécessaire, nous parviendrons à mieux tirer notre épingle du jeu. Je ne prétends pas connaître tous les enjeux liés à la vie politique municipale, mais je suis convaincu que mon expérience d’administrateur de six succursales RONA pourra servir mes concitoyens. Par exemple, je ne crois pas que nous puissions maintenir notre niveau de services avec une masse de payeurs de taxes qui ne cesse de s’effriter. En réaction à cette situation, j’estime que nous devons mettre en place un programme d’amélioration continue qui aura pour objectif une réduction des coûts d’opération et, ultimement, un gel du compte de taxes.

« Nous avons la chance de vivre dans une région où la qualité de vie est remarquable : le coût des terrains est encore abordable, nous avons une kyrielle de services de qualité que nous devons nous appliquer à conserver : un clinique médicale, un CLSC, des écoles primaires et une école secondaire, un bureau de poste, un CHSLD, trois succursale bancaires… Nous avons tout ce qu’il faut pour attirer de nouveaux concitoyens désireux de profiter de cette qualité de vie exceptionnelle, alors nous devons nous appliquer à vanter ces avantages pour attirer les acteurs de la nouvelle économie qui, eux, offriront des emplois de qualité et inciteront leurs travailleurs à s’installer chez nous.

« Nous devons nous appliquer à accueillir de jeunes familles tout en conservant nos aînés chez nous. Actuellement, il y a un projet de création de 20 nouveaux lits au CHSLD, et il importe de l’appuyer afin qu’il se concrétise. Par ailleurs, en ce qui concerne le développement résidentiel, il semble qu’il soit inférieur à celui que connaissent la majorité des municipalités environnantes. Les causes sont difficiles à saisir, mais il semble que le niveau élevé de taxation soit en cause.

« En somme, je crois qu’une nouvelle administration municipale devra s’appliquer à implanter un nouveau système de valeurs à Bedford : le respect du citoyen doit revenir au centre de l’activité administrative de Bedford ; toutes les décisions administratives devront être transparentes, incluant la rémunération des élus et leurs comptes de dépenses ; finalement, il nous faut améliorer le site Internet de la municipalité afin que chaque citoyen puisse prendre connaissance des procès-verbaux de chaque réunion municipale ainsi que du détail de chacun des chèques émis par la Ville de Bedford.

« En somme, ce que je propose, c’est de miser à fond sur nos avantages, de travailler fort à combler nos lacunes et de remettre le simple citoyen au centre de nos préoccupations. Et, s’il y a un facteur important dans cette équation, c’est la collaboration. Collaboration entre citoyens, collaboration entre élus, collaboration entre municipalités. Au cours des prochaines années, toutes les municipalités de la MRC devront faire front commun pour aider à la revitalisation de notre région ; sur ce plan, je m’engage à agir comme facilitateur afin que, tous ensemble, nous puissions arriver à redonner à notre municipalité la prospérité et la croissance qu’elle mérite. »

Laisser un commentaire

Nous n’acceptons pas les commentaires anonymes et vous devez fournir une adresse de courriel valide pour publier un commentaire. Afin d’assumer notre responsabilité en tant qu’éditeurs, tous les commentaires sont modérés avant publication afin de nous assurer du respect de la nétiquette et ne pas laisser libre cours aux trolls. Cela pourrait donc prendre un certain temps avant que votre commentaire soit publié sur le site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avez-vous lu?
Consulter un autre numéro: