Annonce
Annonce
- Cinéma -

Rencontre avec Guy Édoin

Finaliste aux Jutra
François Marcotte

Photo : François Marcotte

Parmi les films en compétition pour le prix du meilleur court métrage au gala des prix Jutra le 20 février dernier figurait Le pont, réalisé par Guy Édoin, jeune cinéaste originaire de Saint-Armand. Le Journal Saint-Armand a rencontré ce nouvel espoir du cinéma québécois dont le film a été projeté ou mis en nomination dans les plus grandes manifestations et festivals nationaux et internationaux, notamment le Toronto International Film Festival, le Vancouver International Film Festival, les Rendez-vous du cinéma québécois, le Festival du court métrage de Dresde (Allemagne) et les Rencontres internationales de Cannes.

Le pont couvert de Saint-Armand sert de théâtre à un couple décidé à noyer sa fille handicapée. Sur les entrefaites arrive une vachère, qui cherche à traverser la rivière avec sa bête. Un film étrange, troublant et dérangeant. Qu’est-ce qui peut donc pousser un jeune homme de 24 ans à aborder un thème aussi sombre ? « J’aime aborder les relations humaines sous tous les angles, en me servant du couple comme catalyseur, et bousculer les idées préconçues. Je veux vivre sur la corde raide. Je ne peux pas créer si je ne me mets pas en danger. En contrepoint, je juxtapose un traitement visuel empreint de beauté et de luminosité. »

Guy Édoin tournera le deuxième volet de Les affluents, trilogie dont Le pont fait partie, en octobre prochain à Saint-Armand. Le pont couvert servira de nouveau de théâtre à un tout autre scénario, une histoire d’amour cette fois. Le cinéaste profite de l’occasion pour remercier les Armandois qui les ont accueillis et aidés, lui et son équipe lors du tournage de son film. Guy Édoin entreprendra l’écriture du scénario de son premier long métrage à l’automne. Son rêve ? « Je veux aller à Cannes et je vais y aller. Je veux me positionner sur l’échiquier mondial du cinéma d’auteur. » À voir la passion et la détermination qui l’animent, on ne peut qu’être convaincu qu’il y parviendra.

En guise de conclusion, nous reproduisons une citation de O’Brien McDonald, tirée de la programmation du Toronto International Film Festival de 2004 : « Le Pont is a beautifully shot film that almost overwhelms the viewer with images and sound all in the service of sex and death. Haunting, beautiful and challenging, this is a film that leads the wave of new Quebec cinema ». Le pont sera bientôt porté à l’écran… à Saint-Armand. À ne pas manquer !

Laisser un commentaire

Nous n’acceptons pas les commentaires anonymes et vous devez fournir une adresse de courriel valide pour publier un commentaire. Afin d’assumer notre responsabilité en tant qu’éditeurs, tous les commentaires sont modérés avant publication afin de nous assurer du respect de la nétiquette et ne pas laisser libre cours aux trolls. Cela pourrait donc prendre un certain temps avant que votre commentaire soit publié sur le site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avez-vous lu?
Consulter un autre numéro: