Annonce
Annonce
- Des êtres et des herbes

Prevenire è meglio curare è

Annie Rouleau

Codonospsis

La fin de l’été signifie moult choses, allant du merveilleux mais laborieux temps des récoltes, à la magnificence des couleurs automnales, en passant par la fin des vacances et la rentrée scolaire… Ce dernier élément apporte, on le sait, son lot de rhumes et d’autres désagréments liés à la vie en société. Mais peu importe, un changement de saison requiert une période d’adaptation au cours de laquelle il est possible d’aider son corps à garder son équilibre.

Dans les précédentes chroniques, il a été régulièrement question de plantes « adaptogènes ». Ces dernières exercent un effet global sur le corps, permettant d’atténuer les effets du stress. Plusieurs d’entre elles vont aussi tonifier le système immunitaire en profondeur. Tonifier signifie augmenter la vigueur, fortifier. N’est-ce pas là une stratégie louable pour qui souhaite passer l’hiver à l’abri du rhume ou de la grippe ? !

Le vaccin contre la grippe prépare le corps à affronter la saison à risque. Il le prépare, oui, en induisant une souche virale inoffensive dans le but de stimuler le corps à fabriquer des anticorps spécifiques au virus injecté. Les plantes qui tonifient le système immunitaire augmentent la capacité de réponse immunitaire non-spécifique, c’est à dire que tous les anticorps seront interpellés sans être d’emblée associés à un seul virus. Ces plantes sont souvent nutritives. Elles ont un effet sur la moelle osseuse, où se forme les globules blancs, ou anticorps.

Quand on choisit de tonifier son système immunitaire, il importe de se donner du temps. Plusieurs mois sont de mise, des années parfois, pour des cas de maladies auto-immunes ou dégénératives ; mais nous n’en sommes pas là. Pour se préparer simplement à la saison des rhumes et de la grippe, il convient tout à fait de commencer à la fin de l’été.

Il existe des dizaines de plantes toniques immunitaires mais deux d’entre elles sont merveilleuses à cet effet ; l’astragale (Astragalus membranaceus) et le codonopsis (Codonospsis pilosula). Elles sont toutes deux appropriées pour la plupart des gens, ne présentent pas de risques et se trouvent plutôt facilement sous nos climats. Elles ont toutes deux une affinité particulière avec les poumons, les rendant doublement intéressantes pour les personnes chez qui les rhumes se transforment en bronchite à la moindre occasion. Les deux plantes permettront de diminuer ce risque !Un système immunitaire tonifié peut subir des attaques microbiennes et y succomber ; il n’en sera que plus fort et en meilleure position pour réagir à l’adversaire.

Les deux plantes sont indiquées pour les enfants, les adultes, les personnes âgées, les femmes enceintes, surtout durant les deux premiers mois de leur grossesse, et celles qui allaitent, ainsi que les personnes souffrant de maladies chroniques. La seule réelle contre-indication serait pour les personnes ayant des troubles reliés à un excès de chaleur, comme certaines maladies inflammatoires, les deux plantes pouvant être réchauffantes. Le cas échéant, je suggère de vous renseigner auprès d’une personne qualifiée si vous souhaitez utiliser des plantes toniques. En contrepartie, elles sont formidables pour les éternels frileux. Par contre, elles sont à retirer du protocole médicinal en période aiguë d’infection, durant une fièvre par exemple, l’astragale en particulier. Ces plantes sont des outils de prévention. Elles sont donc indiquées avant et après la maladie, non pas durant celle-ci. Mais ainsi utilisées, elles font des merveilles !

Les constituants médicinaux principalement responsables de l’effet tonique immunitaire sont mieux extraits dans l’eau, ce qui signifie qu’il faut idéalement les infuser. Les produits disponibles en magasin peuvent être appropriés, en autant qu’ils soient de qualité supérieure et qu’ils aient été conseillés par une personne de confiance.

Je vais, pour ma part, vous donner une recette de sirop tonique. Il vous faudra 20 à 30 grammes de plantes pour un litre d’eau. Il suffit de porter l’eau à ébullition, puis de baisser le feu, d’y ajouter les plantes, de couvrir et de laisser mijoter à feu moyen au moins une heure. Découvrez et laissez le liquide réduire de moitié. Filtrez le tout dans une passoire fine ou un coton à fromage, puis remettez à chauffer à feu doux de manière à obtenir, au final, une tasse de liquide. Ajoutez un quart à une demi-tasse de miel ou de mélasse, mélangez puis conservez dans un contenant pratique, idéalement en verre. Prenez 30 ml (2 c. à soupe), matin et soir. Gardez au frigo. À noter qu’il est possible de préparer de plus grandes quantités, à la condition de respecter les proportions. Salute !

 

Laisser un commentaire

Nous n’acceptons pas les commentaires anonymes et vous devez fournir une adresse de courriel valide pour publier un commentaire. Afin d’assumer notre responsabilité en tant qu’éditeurs, tous les commentaires sont modérés avant publication afin de nous assurer du respect de la nétiquette et ne pas laisser libre cours aux trolls. Cela pourrait donc prendre un certain temps avant que votre commentaire soit publié sur le site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avez-vous lu?
Consulter un autre numéro: