Annonce
Annonce
- Des êtres et des herbes

Des êtres et des herbes

Salvia officialis

Texte également paru dans Le Tour de Sutton

L’histoire est une lunette permettant une plus grande acuité du regard sur le présent. La trajectoire de l’espèce humaine est pour moi un objet de pure fascination. L’histoire est truffée de mouvements, choisis pour certains, dictés pour d’autres, par quelque instance décisionnelle. Celle de la médecine m’interpelle particulièrement. On sait que les trousses des anciens médecins ont bien longtemps été constituées de plantes médicinales. L’étude de la botanique faisait d’ailleurs partie de leur formation. L’industrie pharmaceutique a changé la donne, malgré sa filiation avec la pharmacopée de la terre. Mais l’herboristerie demeure une des premières médecines. Elle est aujourd’hui le fruit d’un magnifique métissage international, historique par surcroît. Médecine et spiritualité ont aussi un lien profond et de nombreuses plantes portent cette combinaison. Je vous parlerai de deux d’entre elles.

L’armoise d’abord, Artemisia vulgaris, mugwort en anglais. Son usage remonte au début des temps. Les anciens Papyrus égyptiens font mention de ses propriétés, tout comme les écrits des médecins grecs et romains de l’Antiquité. C’est une des plantes de la déesse Artémis, grande protectrice des femmes et de leur santé. L’armoise est depuis toujours une plante de protection, de clairvoyance et de divination, connue de ceux qui utilisent les rêves comme outils médiumniques. La plante est principalement un tonique des systèmes digestif, nerveux et reproducteur. Elle stimule l’appétit ainsi que la sécrétion de bile et d’enzymes digestives. Étant antispasmodique, on l’emploie pour soulager les coliques et autres spasmes digestifs. Elle est calmante et relaxante pour les cas de grande nervosité, d’insomnie et de tremblements involontaires, pour les maux de tête de tension et, traditionnellement, pour calmer les crises d’épilepsie.

La plante aide les femmes durant leurs menstruations : irrégularité ou absence de règles, inflammations pelviennes et crampes menstruelles, du fait de ses propriétés antispasmodiques. Attention, comme elle stimule les menstruations, elle peut aussi provoquer un accouchement. Elle est donc contre-indiquée avant la fin d’une grossesse.

Artemisia vulgaris

Elle est également antiparasitaire et vermifuge. On s’en sert contre les parasitoses internes (vers, etc.,) et externes (puces, mites et autres « bibittes » fatigantes !). On a fait la preuve que l’espèce Artemisia annua pouvait traiter la malaria, d’où son emploi contre cette maladie. L’efficacité antipaludique de l’artémisinine (1), un de ses composants chimiques, est confirmée.

La sauge maintenant. Salvia officinalis, sage, en anglais. Une autre herbe utilisée depuis des millénaires. Plante de longévité et de sagesse, voire d’immortalité. Composante d’élixirs de vie dans l’Europe de jadis. Au Moyen-Âge, elle était considérée comme une panacée. En Amérique, c’est une plante chamanique primordiale. Elle purifie et marque l’aspect rituel de moments choisis.

En élixir floral ou en dose symbolique, la plante « augmente la capacité de tirer la sagesse de nos expériences de vie. Elle nous aide à accepter ce que la vie nous apporte, d’une manière calme et détachée ». (2)

La sauge agit surtout sur les systèmes digestifs, reproducteurs et respiratoires. Elle est carminative, antispasmodique, oestrogénique, légèrement bactéricide et puissamment antisudorifique.

Elle est employée par les femmes avant et durant la ménopause. Elle calme les sueurs et les bouffées de chaleur et contribue à adoucir la transition hormonale. Elle agit sur le contrôle thermique du corps. Elle est très asséchante pour les sécrétions corporelles. D’ailleurs, on s’en sert pour interrompre l’allaitement.

Comme pratiquement toutes les plantes culinaires, elle favorise la digestion et soulage spasmes, crampes, gaz et digestion lente et pénible.

Étant très asséchante, elle diminuera la production de mucus au niveau des bronches et des sinus. Elle est indiquée pour les troubles de la gorge et de la bouche : maux de gorge, infections buccales, saignements de gencives. De plus, elle est traditionnellement employée pour soulager les crises d’asthme.

Elle a des contre-indications à surveiller pour quiconque souhaite l’employer. Renseignez-vous.

Certains médecins conventionnels acceptent les concepts holistiques, considérant l’être comme un tout complexe et non segmenté. Aujourd’hui, parler de l’aspect psychique ou psychologique des troubles de santé ressemble un peu moins qu’autrefois à une conversation entre un Chinois et un Polonais, tous deux unilingues. Peut-être qu’en trouvant un équilibre entre références scientifiques et connaissances empiriques, les différentes formes de médecines pourront vraiment cohabiter et remplir leur rôle fondamental : soutenir les gens lorsqu’ils en ont besoin !

Annie Rouleau
Herboriste  praticienne
annieaire@gmail.com

(1)       http://fr.wikipedia.org/wiki/Artémisinine
(2)       Traduction libre. Tiré de Flower Power, Anne McIntyre, Henry Holt Reference Book.

Laisser un commentaire

Nous n’acceptons pas les commentaires anonymes et vous devez fournir une adresse de courriel valide pour publier un commentaire. Afin d’assumer notre responsabilité en tant qu’éditeurs, tous les commentaires sont modérés avant publication afin de nous assurer du respect de la nétiquette et ne pas laisser libre cours aux trolls. Cela pourrait donc prendre un certain temps avant que votre commentaire soit publié sur le site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avez-vous lu?
Consulter un autre numéro: