Annonce
Annonce
- Des êtres et des herbes

Graines d‘avenir

Annie Rouleau

Lorsque nos ancêtres foulaient le sol des forêts, ils y rencontraient souvent des plantes sauvages aux propriétés médicinales hors du commun. Nombreux furent-ils à en récolter d’énormes quantités. Quand nos enfants devenus adultes marcheront en forêt, auront-ils la chance de rencontrer des sanguinaires, des trilles o u de l’ail des bois ? Tant que la forêt est là, ces plantes précieuses peuvent y pousser. Si elles y sont déjà en petites colonies, leur territoire peut simplement être élargi. Parfois, un peu de débroussaillage suffit. Mais il est possible d’aller beaucoup plus loin ; en repeuplant une forêt, par semis ou plantation.

Une plante servira à illustrer mon propos : Panax quinquefolius, le ginseng américain. Ce ginseng n’est pas entièrement disparu, mais il est rare et protégé, et pour cause ; les récoltes de ginseng sauvage ont atteint des sommets aux 18e et 19e siècles. En 1824, plus de 600 000 livres de racines sauvages étaient exportées des États-Unis, principalement vers l’Asie. Évidemment, il s’agissait d’une manne pour les trappeurs et autres coureurs des bois. L’agriculture s’est mise de la partie vers la fin du 19e en multipliant les cultures de ginseng. Au Canada, en 1929, on a produit 45 000 livres de ginseng. Aux États-U n i s, culture, récolte et vente de ces racines sont maintenant très réglementées, notamment par le Département de l’agriculture. Mais cette plante est très prisée et le prix de vente est alléchant, si bien qu’il existe encore un marché noir, de même que des récoltes sauvages. Le statut du ginseng est aujourd’hui très précaire. En Chine, le ginseng américain est considéré comme le plus équilibré des ginsengs, en comparaison aux ginsengs chinois et coréen. Ce sont des plantes dites adaptogènes, c’est-à-dire qu’elles aident le corps à s’adapter aux différentes formes de stress. Le ginseng américain est un tonique profond aux propriétés restauratrices extraordinaires. Il protège le cœur et le foie. Il augmente la concentration, la mémoire et l’endurance physique. Le ginseng américain renforce aussi le système immunitaire. Il est aujourd’hui rare d’en voir d’importantes colonies à l’état sauvage. Nos forêts sont cependant d’excellents hôtes pour ce genre de plantes : érablières de montagnes, avec ruisseaux en contrebas, sols riches, pentes bien drainées, jonchées de feuillus et de grosses roches. Le ginseng américain se plaît dans ce genre de lieu !

Repeupler une forêt ne relève pas d’un acte de sorcellerie : il suffit d’étudier les besoins de la plante, de trouver l’endroit adéquat et de se procurer des semences ou de jeunes plants. Pour ceux qui souhaitent devenir producteurs, c’est une autre histoire. Mais pour nos enfants, pour les suivants, le geste d’en semer à tout vent est un legs précieux. Les racines du ginseng doivent être âgées de cinq ou six ans avant d’atteindre leur potentiel médicinal. On considère que la plante est pleinement mature au bout d’environ vingt ans. Généralement, plus la racine est grosse et âgée, plus elle a de la  valeur.

Où se procurer des graines et des plants ? D’abord chez Mycoflor, entreprise située à Stanstead, 819 876-5972. Son catalogue est une mine d’or et de bonheur ! Vous pouvez aussi télécharger un document très intéressant qui traite de la culture du ginseng et brosse un portrait assez complet de la plante. Des références y figurent aussi, dont quelques coordonnées de fournisseurs. L’adresse suivante vous permet de le télécharger directement :

http://www.agrireseau. qc.ca/erable/Documents/acer20.pdf

Un autre site de référence très intéressant et riche en ressources est celui de United Plant Savers. Leur adresse internet : http://www.unitedplantsavers.org

Ensuite, un livre fantastique, produit par le même groupe : Planting the future, aux éditions Healing Arts Press. Il contient une trentaine de monographies de plantes menacées d’extinction.

Pour terminer, un autre livre : Flore printanière, de Fleurbec Éditeur. Il est pratique et bien fait.

Sur ce, bonne fin d’hiver !

Laisser un commentaire

Nous n’acceptons pas les commentaires anonymes et vous devez fournir une adresse de courriel valide pour publier un commentaire. Afin d’assumer notre responsabilité en tant qu’éditeurs, tous les commentaires sont modérés avant publication afin de nous assurer du respect de la nétiquette et ne pas laisser libre cours aux trolls. Cela pourrait donc prendre un certain temps avant que votre commentaire soit publié sur le site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avez-vous lu?
Consulter un autre numéro: