Annonce
Annonce
- Des êtres et des herbes

Éloge de la grande sylvestre

Annie Rouleau  -  herboriste

Il existe, à Saint-Armand, des forêts magnifiques. Des lieux grandioses de beauté et de majesté. Des forêts non pas vierges parce que fréquemment pénétrées, mais inviolées de par la puissance de leur nature. Des forêts capables de danser avec les hommes qui les foulent et de s’ouvrir aux femmes qui les honorent.

Ces forêts sont précieuses, indispensables même. Bien sûr, elles contribuent à la production d’oxygène, au stockage de gaz carbonique, au nettoyage de l’air. Elles sont une source constante de nutriments pour le plancton marin qui lui, produit le plus gros de l’oxygène planétaire. J’en passe, la liste des fonctions vitales de la forêt étant longue.

Mais les forêts ont en outre, je dirais même surtout, une fonction d’aménité (NDLR – dans le sens d’agrément). Le contact avec la nature et la beauté sauvage, c’est aussi vital que respirer, boire et manger. La notion d’aménité est de plus en plus considérée par les gens soucieux d’environnement et de développement durable. Et l’aspect esthétique de la nature n’est pas le seul point estimé ; son rôle émotionnel et spirituel fait aussi partie de la conscience de nombre d’humains. Pas de tous, malheureusement. Il existe encore tellement d’hommes, et de femmes, qui voient la nature comme une chose à contrôler, à dominer. Erreur ! Grossière erreur ! Danger même ! À voir l’état dramatique dans lequel se trouvent, et la planète, et la race humaine, l’éloge de la beauté ne peut qu’avoir une résonnance salvatrice. Raymond Lévesque avait raison :  « Quand les hommes vivront d’amour, il n’y aura plus de misère ». Mais moi, j’aimerais ne pas être morte, mon frère !

Est-ce possible ? Est-il envisageable que « Le Majoritaire » soit un jour touché par l’époustouflante splendeur d’un paysage sauvage ? Franchement, est-ce possible ?

L’éducation demeure probablement la meilleure voie. Seriner combien il est important de respecter la nature, comment la connaître et l’utiliser intelligemment, comment s’en imbiber et s’en inspirer. Apprendre à marcher comme les renards quand on sort des sentiers. Savoir que les lichens ne croissent que de quelques millimètres par an, ou que le trille met environ huit ans à produire sa première fleur.

Éduquer donc, mais aussi accepter et respecter les différences de points de vue. Imaginez la scène : un petit groupe de marcheurs contemplatifs, sortant d’une promenade dominicale dans une forêt magique, rencontre au tournant un convoi de moto-cross, tous plus bruyants et provocateurs les uns que les autres. Les groupes se matent, se jaugent, curieux mais en garde, prêts à l’assaut ou à la fuite. Au sentiment d’agression d’abord ressenti chez les bucoliques succède une appréciation du plaisir évident que les cowboys éprouvent au volant de leurs machines. Et vice-versa. Un salut respectueux clôturera la brève réunion de deux groupes, opposés en apparence. On aurait tout aussi bien pu imaginer une confrontation, elles sont fréquentes dans ce genre d’amalgame et le résultat est alors pour le moins non constructif.  Auraient-ils pu prolonger la rencontre ? Dresser dare-dare un feu de camp et échanger, bière à la main, sur leur amour respectif de la forêt ? Peu probable mais possible, pourvu que chacun des êtres présents reste humain et écoute autant qu’il parle.

Les forêts sont précieuses et indispensables. Elles sont une source à laquelle peut s’abreuver la profondeur de l’être.  Elles sont des lumières pouvant  éclairer les caves, vaseuses, où sont tapis tant d’humains.  Profitons-en sagement.

Laisser un commentaire

Nous n’acceptons pas les commentaires anonymes et vous devez fournir une adresse de courriel valide pour publier un commentaire. Afin d’assumer notre responsabilité en tant qu’éditeurs, tous les commentaires sont modérés avant publication afin de nous assurer du respect de la nétiquette et ne pas laisser libre cours aux trolls. Cela pourrait donc prendre un certain temps avant que votre commentaire soit publié sur le site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avez-vous lu?
Consulter un autre numéro: