Annonce
Annonce
- Communauté -

Dévitalisation du pôle de Bedford : amorces de solutions

Daniel Tétreault, président du comité de relance, en parle avec un de nos journalistes
Guy Paquin

Nous faisions état, dans notre dernier numéro, des difficultés vécues par Bedford et les municipalités environnantes formant le pôle de Bedford. Population décroissante et vieillissante, manque d’emplois de qualité et d’habitations à prix abordable, et infrastructures de loisirs insuffisantes sont quelques-uns des problèmes vécus chez-nous.

Daniel Tétreault, maire de Notre-Dame-de-Stanbridge et président du comité de relance du pôle, entrevoit des pistes ouvertes sur un avenir meilleur.

Développement industriel

On l’a dit et redit, nous manquons d’emplois de qualité, offrant des salaires alléchants. « Nous devons attirer des entreprises dans des secteurs de haute technologie, des gens qui développent des robots ou des façons nouvelles de valoriser le calcaire, ce genre de trucs. Si nous nous contentons de viser des industries à salaires proche du minimum, on va dépouiller les entreprises déjà en place de leurs salariés pour garnir les ressources humaines des nouveaux arrivants, dénuder Jean pour habiller Jacques.

« Je suis toujours persuadé que le projet d’un parc industriel dans le Canton de Bedford est viable. Nous n’avons pas réussi à convaincre le conseil municipal du Canton de nous vendre un terrain qui appartient à cette municipalité pour établir le parc, mais ce n’était que le premier round. Je n’ai pas lancé la serviette. Le maire du Canton, M. Saint-Jean, siège à notre table et nous devons mieux lui présenter le projet. J’ai confiance en son bon jugement. »

Logements

L’analyse de la situation du pôle qu’a effectuée la firme Raymond Chabot Grant Thornton (RCGT) fait état d’une trop grande uniformité dans l’offre de logis. « Ce dont nous manquons pour les jeunes familles que nous cherchons à attirer, ce sont des logis abordables, des logements de cinq pièces à 800 $ par mois, par exemple. Il y a des terrains disponibles à Bedford. Ça peut se faire. »

Tourisme

Question tourisme, Daniel Tétreault vante nos trésors encore trop peu connus. « Nous avons un patrimoine bâti unique, une histoire très séduisante. Faisons-la connaître. Seulement, préparons-nous à recevoir les visiteurs, Nous avons déjà des gîtes du passant (B & B), fort bien. Ce qu’il nous faut, c’est un bel hôtel avec bonne table, à Bedford, seul emplacement logique.

« Pour ouvrir l’accès à la région par le lac Champlain, nous devons refaire le quai de Philipsburg et partager les coûts entre les sept municipalités du pôle. C’est beau de dire que nous avons tout pour réussir, mais il faut aussi investir maintenant pour éviter de se retrouver plus tard avec un retard ruineux. »

Le maire mentionne également le quai-embarcadère de la rivière aux Brochets, une initiative de Notre-Dame-de-Stanbridge qui a permis à des dizaines d’amateurs de canot et de kayak de naviguer sur la rivière l’été dernier et de laisser leurs dollars dans la région.

Agro-alimentaire

Le rapport de RCGT insiste aussi sur la mise en valeur de nos ressources agricoles et agro-alimentaires. Il mentionne nommément l’idée d’offrir aux familles la possibilité de faire des jardins communautaires.

Daniel Tétreault abonde dans ce sens et en rajoute : « Deux choses sont possibles à court et à moyen termes. D’abord, un marché fermier. Pas dix, mais un et un bon, ouvert aux producteurs de tout le pôle. Ensuite, nous devons accueillir la relève agricole et les innovateurs agro-alimentaires. Graymont a cédé 31 hectares à la MRC, dans le Canton, pour qu’elle accueille de l’agriculture innovante. La MRC a lancé le Chantier d’accès à la terre et le terrain dans le Canton en fera partie. » C’est à suivre et Le Saint-Armand s’y emploiera.

Bénévoles

Pour que le développement régional progresse, Daniel Tétreault insiste sur l’implication des élus, mais pas que. « Il est essentiel que le milieu lui-même, les citoyens et les citoyennes, soient à la barre de ce navire. Je vois de petits comités de bénévoles, mettons trois par municipalité, qui joueraient un rôle important dans tout le processus. » Des intéressés ?

 

 

 

Laisser un commentaire

Nous n’acceptons pas les commentaires anonymes et vous devez fournir une adresse de courriel valide pour publier un commentaire. Afin d’assumer notre responsabilité en tant qu’éditeurs, tous les commentaires sont modérés avant publication afin de nous assurer du respect de la nétiquette et ne pas laisser libre cours aux trolls. Cela pourrait donc prendre un certain temps avant que votre commentaire soit publié sur le site.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avez-vous lu?
Consulter un autre numéro: