Annonce
Annonce

Multiplier les plantes, le plus vieux métier du monde…

Paulette Vanier

Récolter ses propres semences constitue souvent le seul moyen de préserver une variété que l’on apprécie. Quoique la chose soit relativement facile, pour réussir, il faut connaître certains principes de base de même que les exigences particulières des diverses plantes potagères. La prochaine série d’articles s’attachera donc à vous initier aux arcanes du plus vieux métier du monde.

Premier principe : il faut renoncer à multiplier toute variété hybride (c’est-à-dire dont le nom s’accompagne du symbole F1 dans le catalogue), les résultats obtenus étant totalement imprévisibles. En fait, pour la plupart, les variétés de plantes potagères sont des hybrides, mais il s’agit d’hybrides stabilisés (ou fixes), c’est-à-dire dont les caractères génétiques ont été fixés au fil des générations et sont reproductibles. Par contraste, les caractères génétiques de l’hybride F1, ou hybride de première génération, sont instables ; ses descendants peuvent ressembler au « père », à la « mère » ou être porteurs d’une mixture aléatoire de gènes appartenant à l’un ou à l’autre des deux parents.

Par exemple, vous semez des plants de tomates en vous servant de graines récoltées sur un fruit de l’année précédente, vous leur donnez tout le TLC* dont elles ont besoin pour se développer harmonieusement, mais vous découvrez en fin de saison que leur fruit est immangeable, que leur taille s’est réduite comme une peau de chagrin ou que pas un seul n’a eu le temps de mûrir avant les gels.

Second principe (corollaire du premier) : pour les mêmes raisons, évitez de semer les graines de fruits que vous avez achetés à l’épicerie. Il y a de fortes chances que ce fabuleux melon, sucré à souhait, qui s’entend comme cochon avec un porto de 10 ans, soit le produit d’une plante hybride non stabilisée, et que ses descendants goûtent au mieux le carton mouillé, au pire un vieux bas delaine oublié dans la cave.

Cela dit, il n’est pas toujours évident de trouver des variétés à pollinisation libre (ou hybrides fixes), les grandes entreprises de semences préférant offrir des F1. D’une part parce que les F1 se vendent beaucoup plus cher, qu’ils restent la propriété exclusive de l’entreprise qui les a croisés et que la clientèle de cette dernière constitue un marché captif, mais aussi parce que la résistance de ces variétés aux maladies, aux insectes, à l’humidité, à la chaleur et au froid, lorsqu’elle existe, est temporaire. Les grainetiers doivent donc constamment sélectionner de nouvelles variétés présentant une certaine résistance, d’aussi courte durée fut-elle. Par contraste, les variétés qui sont dans le commerce depuis des décennies, présentent une résistance relative, à la condition qu’on accepte quelques défauts de fabrication. Nous y reviendrons.

Les groupes d’échange de semences constituent votre première ligne d’attaque (ou de défense). Les petites entreprises vouées à la préservation des v a r i é t é s anciennes suivent de près. À découvrir, tout particulièrement une entreprise québécoise située à Repentigny (voir ressources ci-dessous).

Troisième principe : bien qu’il existe des techniques pour isoler les plantes de diverses variétés, il est préférable, quand on commence, de s’en tenir à une seule variété par espèce potagère (une variété de tomate, une de concombre, une de poivron, etc.) Alors, allez-y mollo ! Faudrait pas mettre en péril le plus vieux métier du monde par une impulsivité débridée ou un enthousiasme incontrôlé.

*TLC : tender loving care

Ressources :

Pour en savoir plus : La conservation des semences du patrimoine. Guide de production domestique des semences, une brochure de 48 pages illustrée, du Programme semencier du patrimoine, qui publie également une version anglaise (How to save your own seeds). Coût : 12 $.

Programme semencier du patrimoine,
boîte postale 36, Station Q Toronto, Ontario
M4T 2L7 Canada
Téléphone : (905) 623-0353
www.semences.ca/fr.html

Seeds Saver’s Exchange,
3094 North Winn Road Decorah, Iowa, Etats-Unis
tél. : (563)382-5990
fax : (563) 382-5872
http://www.seedsavers.org/

Semences Solana
17, place Léger
Repentigny, Québec
J6A 5N7 Canada
http://solanaseeds.netfirms.com/accueil.html

Laisser un commentaire

Nous n’acceptons pas les commentaires anonymes et vous devez fournir une adresse de courriel valide pour publier un commentaire. Afin d’assumer notre responsabilité en tant qu’éditeurs, tous les commentaires sont modérés avant publication afin de nous assurer du respect de la nétiquette et ne pas laisser libre cours aux trolls. Cela pourrait donc prendre un certain temps avant que votre commentaire soit publié sur le site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avez-vous lu?
Consulter un autre numéro: