Annonce
Annonce

Miam-miam… la popote arrive

La Popote de Bedford a vingt ans
Marie-Hélène Guillemin-Batchelor

C’est avec un beau souper anniversaire que la Popote roulante de Bedford fêtera ses 20 années de service dans notre région.

J’ai eu le plaisir de m’entretenir avec celle qui depuis 20 ans s’occupe de cet organisme.

Élégante, svelte et pleine d’énergie, Gisèle Lauzon m’accueille dans son oasis, c’est-à-dire la salle à manger et la cuisine attenantes de la Popote roulante de Bedford.

Mais qu’est-ce que la Popote roulante ? C’est un organisme qui, grâce à une aide financière du gouvernement, prépare des repas chauds et les livre dans toute notre région, couvrant le même territoire que le CLSC : Bedford, Canton-de-Bedford, Stanbridge East, Saint-Ignace-de-Stanbridge, Notre-Dame-de-Stanbridge, Stanbridge Station, Pike River, Saint-Armand (Philipsburg).

Il existe environ 300 popotes roulantes au Québec.

   L’histoire a commencé en Angleterre, durant la Grande Guerre, alors que des femmes bénévoles ont eu l’idée de se regrouper pour préparer des repas et les porter aux personnes en détresse en raison des nombreux bombardements. À la fin de la guerre, ces services d’utilité primordiale ont continué pour toute  la population et sont devenu des Meals on Weels, des repas sur roues, qui a été joliment traduit par « popote roulante ». En 1954, l’idée a traversé l’Atlantique et fait son chemin jusqu’à Montréal où la première Popote a vu le jour à Westmount.

C’est en 1993 que la Popote roulante a pris son essor à Bedford avec Gisèle Lauzon comme présidente, Gertrude Campbell et Marie-Anne Poutre et beaucoup de bénévoles, le but étant d’améliorer la condition de vie des personnes âgées ou en perte d’autonomie provisoire ou permanente et faciliter le maintien à domicile. Comme le dit Gisèle Lauzon : « Faire des repas chauds et les livrer permet aux personnes non seulement de se nourrir mais aussi d’avoir un contact humain. »

La Popote organise aussi des repas communautaires dans la belle grande salle, chaque premier et troisième mercredis du mois, de septembre à juin. Il y a souvent de la musique et des activités.

Gisèle Lauzon m’explique le fonctionnement de la popote : on s’y inscrit pour recevoir des repas en précisant les allergies alimentaires. Les repas sont livrés chaque mardi, jeudi et vendredi pour Bedford. Chaque mardi et jeudi pour les autres municipalités.

Les menus comportent toujours une soupe du jour, un plat principal (viande, poisson ou pâtes et des légumes variés), plus un dessert. Le coût : 5,50 $ tout compris avec la livraison. On peut même acheter des plats surgelés pour se faire une réserve.

Gisèle est très fière de cette organisation qui est plus qu’une nécessité dans nos régions. Elle procure environ 2000 repas. Il y a 141 journées de livraison par année, et 433 couverts sont servis pour les 19 repas communautaires par an. Oui, il y a de quoi être fière.

Le tout se fait avec l’aide d’une vingtaine de bénévoles et de deux salariés : la cuisinière et le coordonnateur. Souvent, avec le dynamisme incroyable de ses 80 ans, Gisèle met encore la main à la pâte, préparant des légumes ou autre. « Autrefois, on avait jusqu’à quarante bénévoles », dit-elle. Aujourd’hui il y a moins de clients à servir, car beaucoup de gens âgés partent dans des maisons de retraite.

Ce qui est dommage, c’est qu’un grand nombre de personnes ne savent pas qu’ils peuvent avoir recours aux services de la Popote roulante. Cela gagne à être connu. « J’aimerais que chacun de nous sensibilise son entourage pour utiliser le service de la Popote… », dit-elle. « Il n’est pas nécessaire d’être complètement non fonctionnel pour recevoir des repas ! ». Cela signifie que si on a un bras dans le plâtre ou une impossibilité de se déplacer pour faire ses courses, on peut faire appel à la Popote roulante. Super pratique, bon à savoir et en plus, pas cher.

Souvent ces organismes sont mal perçus par la population. On est trop fier pour les utiliser, on pense qu’ils sont là pour les gens qui vivent du bien-être social ou les itinérants. C’est totalement faux et, en plus, c’est mal connaitre les objectifs de cet organisme. Il faut plutôt s’enorgueillir d’avoir le privilège de disposer d’un tel système, assumé par des bénévoles de notre communauté.

Gisèle Lauzon rêve. Elle rêve que l’organisme auquel elle a donné 20 ans de sa vie puisse continuer d’exister pour le jour où vous et moi en aurons besoin. Quand on sera dans l’incapacité de faire sa propre popote !

En attendant, il serait bien de fêter les 20 années de la Popote roulante de Bedford en participant au souper d’anniversaire organisé avec cœur par Gisèle Lauzon, le samedi 16 novembre, et qui rendra hommage à tous ceux et celles qui ont œuvré dans l’organisme.

Pour réserver, pour s’inscrire ou pour participer :

La Popote roulante de Bedford
52, rue du Pont à Bedford
450) 248-7053

Laisser un commentaire

Nous n’acceptons pas les commentaires anonymes et vous devez fournir une adresse de courriel valide pour publier un commentaire. Afin d’assumer notre responsabilité en tant qu’éditeurs, tous les commentaires sont modérés avant publication afin de nous assurer du respect de la nétiquette et ne pas laisser libre cours aux trolls. Cela pourrait donc prendre un certain temps avant que votre commentaire soit publié sur le site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avez-vous lu?
Consulter un autre numéro: