Annonce
Annonce
- À tire-d'aile -

Le merle d’Amérique

Jean-Guy Papineau

Le merle d’Amérique  (Photo : Jean-Guy Papineau)

Nommé à tort le rouge-gorge, le merle d’Amérique est le plus commun des neuf espèces de la grande famille des turdidés du Québec. Dans le monde, cette famille regroupe quelque 304 espèces. Avec son gros ventre rouge brique et sa tête plus noire que son dos grisâtre, on arrive à bien distinguer le mâle de la femelle, qui est plus terne avec un ventre orangé et une tête brunâtre. On reconnaît les jeunes qui sont tachetés de noir sur la poitrine en plus d’avoir quelques tâches de rousseur sur les flancs.

Dans notre région, les premiers merles d’Amérique arrivent en mars, les mâles migrent les premiers. Mais les femelles ne tardent pas trop et on peut les apercevoir peu de temps après. Les mâles reviennent sur leur même territoire de nidification année après année, sinon pas très loin de celui de l’année précédente. Il arrive qu’on puisse en voir durant l’hiver. Ces dernières années, j’en ai vu en janvier. Le réchauffement des températures en est la cause, car ces oiseaux ne migrent pas très loin derrière la frontière. De plus dans la région de Montréal, plusieurs oiseaux y passent l’hiver. Étant insectivore et aussi frugivore, s’il réussit à se trouver des arbres fruitiers, il peut passer l’hiver au froid et ce, sans petite botte, ni tuque.

La construction du nid commence dès la fin d’avril et dure environ 3 ou 4 jours. Le nid est constitué principalement de brindilles, d’une bonne couche de boue pour retenir les brindilles et il est tapissé d’herbe. La femelle seule construit le nid mais le mâle transporte également des matériaux. Les merles d’Amérique peuvent faire jusqu’à trois nichées par été. En moyenne, ils pondent trois ou quatre œufs turquoise, et l’incubation dure 2 semaines, tout comme le temps du nourrissage des jeunes au nid. La femelle s’occupe seul de l’incubation, mais le mâle reste à proximité. Elle demeure sur le nid par période d’une heure environ. Dès que les jeunes sont autonomes, le couple construit un nouveau nid dans un endroit différent mais sur le même territoire qui fait environ 1000 m carré.

Il est intéressant d’observer son comportement lorsqu’il sautille sur la pelouse à la recherche de vers : la tête se penche sur un côté puis sur l’autre ; ou lorsqu’il attrape un ver et qu’il le tire en se penchant vers l’arrière. Son comportement envers ses congénères est tout aussi intéressant. À leur arrivée, les mâles ne sont pas agressifs entre eux. Mais dès que les couples se forment, ils défendent leur territoire énergiquement ; les combats et les poursuites sur la pelouse sont parfois spectaculaires. Seul le mâle chante et fait sentir sa présence une demi-heure avant le lever du soleil. Son chant est plus insistant lorsque l’éclosion des œufs est imminente. Il émet également plusieurs cris. Lorsque vous êtes à proximité du nid, il émet un tik-tik sonore et agressif, et il lève également la queue. Il ira au nid dès que le danger est écarté. En octobre, les merles d’Amérique partent vers le sud pour aller à leur aire d’hivernage. Durant l’hiver, ils vivent en groupe jusqu’à leur retour.

  1. Bonjour, nous avons un merle très agressif envers nous loraque nous jouons dehors avaec notre enfant. Il plonge au dessus de notre tête et passe sous le petit gazebo lorsque nous mangeons. Son nid semble tout prêt de notre table à manger. Que pouvons-nous faire?

    1. Voici une explication obtenue d’un ami qui est un ornithologue amateur

      Simplement attendre que les jeunes merles quittent le nid, le couple fait probablement leur 2 ème nichée de l’année. Dès l’éclosion, les jeunes demeurent au nid de 2 à 3 semaines. Comme le nid est très solidement installé, il est pratiquement impossible de le déplacer. Continuer de faire ce que vous faites autour de votre maison, il se calmera probablement s’il voit qu’il n’y a pas de danger et surtout se ternir le plus loin possible du nid. Ce comportement est très rare chez les merles d’Amérique. J’ai constaté qu’il y a comme 2 races de merle d’Amérique, ceux qui vivent près des habitations et ceux qui vivent en forêt et ont peu en contact avec les humains. Ces derniers sont craintifs et agressifs parfois, comme je ne connais pas l’environnement auquel est assujetti ce nid, si la maison est près d’une forêt, c’est peut-être, je dis bien peut-être des merles plutôt forestiers. Mais ce n’est qu’une hypothèse.

  2. Bonjour, je suis curieuse de comprendre et surtout de « stopper » le comportement d’un merle chez nous depuis 2 jours. Il monte sur la voiture, picote dans le rétroviseur de la portière côté chauffeur, et par le fait même il défèque abondamment sur la portière… Il redescend au sol, puis remonte. Et il recommence, sans cesse… Il croit qu’il voit un autre merle? Il veut faire son nid? Bref, merci de nous éclairer…

    1. Je vous suggère de mettre un sac en plastique sur le miroir lorsque votre voiture est stationnée. Votre merle ne verra plus l’oiseau imaginaire qu’il attaque bêtement et il sera libéré de son obsession.

Laisser un commentaire

Nous n’acceptons pas les commentaires anonymes et vous devez fournir une adresse de courriel valide pour publier un commentaire. Afin d’assumer notre responsabilité en tant qu’éditeurs, tous les commentaires sont modérés avant publication afin de nous assurer du respect de la nétiquette et ne pas laisser libre cours aux trolls. Cela pourrait donc prendre un certain temps avant que votre commentaire soit publié sur le site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avez-vous lu?
Consulter un autre numéro: