Annonce
Annonce
- Exodus -

La ville ou la campagne ?

Des jeunes parlent de leur exode vers la ville
Jonathan Benoit

On ne choisit pas où l’on naît mais généralement on a la possibilité de choisir où on sera plus tard. L’idée a été lancée, de la part d’un des membres de ce journal, d’écrire un article concernant l’exode rural. Mais pas n’importe quel exode, l’exode des jeunes ! Pourquoi tant de jeunes quittent-ils Saint-Armand pour la grande ville ? Par profession, par curiosité, par défi… Par le biais de nos souvenirs et de notre vie passée à Saint-Armand, nous ouvrons cette chronique dans le but d’exposer le phénomène de l’exode rural à travers les yeux de deux jeunes qui ont quitté Saint-Armand pour Montréal, il y a de cela trois ans, soit après leurs études secondaires.

À défaut d’avoir une grande théorie sur l’exode rural à vous proposer, je vous ferai part de mon expérience personnelle. Mon intérêt pour la « grande ville » apparaît dès le plus jeune âge, alors que mes parents m’y amenaient pour des sorties de tous genres. Je me rappelle que je regardais du pont Champlain les immenses édifices approcher à toute allure. J’étais incroyablement excité à l’idée que nous nous faufilerions dans cette ville frénétique, gigantesque et vertigineuse. C’est la première impression que j’ai eue, ma curiosité avait été vivement suscitée. Quand j’ai terminé mes études secondaires, j’avais un choix à faire quant à l’endroit de prédilection pour : poursuivre mes études, m’établir, travailler et où il y aurait le plus de possibilités pour m’épanouir. Quels étaient les choix qui s’offraient à moi ? Quitter Saint-Armand pour Montréal ou poursuivre mes études dans un cégep environnant ; et si les études ne m’intéressaient plus, qu’allais-je faire ? Pour moi le choix était clair, j’avais envie de me diriger dans un milieu où la culture foisonnait, où il y aurait sans cesse des activités, où je pourrais me nourrir de diversité et de nouveauté. C’est alors que j’ai choisi Montréal. Pour conclure, je dirais ceci : je pourrais retrouver cette même effervescence à la campagne, en m’impliquant à l’essor de cette dernière, mais le goût de l’aventure était plus fort. Toutefois, si j’ai préféré la ville à la campagne, je ne la renie pas pour autant, ses espaces verts et son air pur me manquent.

Laisser un commentaire

Nous n’acceptons pas les commentaires anonymes et vous devez fournir une adresse de courriel valide pour publier un commentaire. Afin d’assumer notre responsabilité en tant qu’éditeurs, tous les commentaires sont modérés avant publication afin de nous assurer du respect de la nétiquette et ne pas laisser libre cours aux trolls. Cela pourrait donc prendre un certain temps avant que votre commentaire soit publié sur le site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avez-vous lu?
Consulter un autre numéro: