Annonce
Annonce
- Aînés -

Une année 2016 bien remplie pour les nouveaux adeptes de Karaté chez les aînés

La rédaction

En février 2016, débutaient à Saint-Armand, les activités de karaté pour les aînés de la région. Tout au long de l’année, les élèves ont démontré une grande assiduité à l’entraînement et ont bien progressé dans cet art martial.

Les cours sont adaptés aux limitations physiques de chacun puisque, avec l’âge,  apparaissent les « tamalous » (t’as mal où ?) : douleurs au genou, à la hanche, au dos, etc. Il s’agit d’orienter l’art du karaté vers l’amélioration de sa santé physique et mentale, et non vers sa détérioration.

À la fin mai, les karatékas féminins du groupe ont été invitées à présenter le fruit de leur apprentissage aux membres d’Avante, une association dynamique de femmes anglophones de Bedford. L’événement a été fort enrichissant.

Durant la saison estivale, l’entraînement s’est poursuivi à l’extérieur, au parc de Philipsburg. On pouvait entendre, chaque mardi matin, les kiai ! des aînés, qui profitaient du beau temps pour s’entraîner face à la Baie Missisquoi. Même s’il est fort agréable de pratiquer à l’extérieur, le défi de maintenir sa concentration malgré les distractions environnantes s’en trouvait augmenté.

En septembre, la Fadoq de Bedford accueillait le groupe de karatékas dans une démonstration. Ils ont exécuté des coups de pied, coups de poings et katas, enchaînements de mouvements bien précis simulant un combat contre plusieurs adversaires simultanément. Au grand plaisir de leur instructrice, Monique Létourneau, ils ont réussi à dominer leur stress et à exécuter les mouvements avec précision sous les yeux d’un auditoire attentif.

À l’automne, les pratiques de karaté ont repris au centre communautaire de Saint-Armand. Occasionnellement, le groupe se divise en deux, pour permettre aux débutants d’apprendre les mouvements de base tandis que les initiés peaufinent leur technique. Notons que les termes de karaté sont en japonais et les explications durant les pratiques sont données aussi bien en anglais qu’en français.

Même si la pratique du karaté exige de la discipline et la volonté de se perfectionner, une atmosphère joviale et de camaraderie s’est formée dans le groupe comme le mentionne Nancy Allen : « Although, I’ve joined the group in September only, I’ve received a warm welcome and everybody offers to help me whenever needed. »

Les bienfaits du karaté se font sentir chez les participants comme en témoignent certains d’entre eux. « Mon équilibre s’est grandement amélioré durant l’année. C’est vraiment encourageant », a confié Christiane Dion qui assiste aux pratiques depuis le tout début. « Même si c’est tout un défi, je mémorise maintenant le premier kata en plus d’avoir meilleure concentration », nous apprend Monique Loranger, une élève assidue. « Le karaté continue de me garder en forme pour pratiquer d’autres activités physiques comme le vélo », ajoute Richard Raymond.

« Les progrès réalisés par mes élèves sont tout à fait remarquables, confie Monique Létourneau avec fierté. Non seulement ils sont plus en forme, mais ils ont davantage confiance en eux et savent affronter plus calmement les défis qui se présentent à eux dans leur quotidien. C’est passionnant de constater comment ces éternels ados s’entraînent avec sérieux et détermination, de les voir progresser et améliorer leur santé et leur vivacité d’esprit. »

Les cours reprennent en janvier 2017. Les aînés de toute la région sont invités à se joindre au groupe.

Laisser un commentaire

Nous n’acceptons pas les commentaires anonymes et vous devez fournir une adresse de courriel valide pour publier un commentaire. Afin d’assumer notre responsabilité en tant qu’éditeurs, tous les commentaires sont modérés avant publication afin de nous assurer du respect de la nétiquette et ne pas laisser libre cours aux trolls. Cela pourrait donc prendre un certain temps avant que votre commentaire soit publié sur le site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avez-vous lu?
Consulter un autre numéro: