- Aînés -- Des nouvelles de Bedford -

La résidence Villas des Rivières ne fermera pas !

La rédaction

À l’issue d’une année de rencontres et d’efforts multiples, le comité santé du pôle de Bedford (CSPB) a enfin trouvé une solution permettant d’assurer la continuité des services aux Villas des Rivières. « Elles ont été construites comme une RPA (résidence pour personnes âgées) et elles resteront une RPA afin de répondre aux besoins des citoyens du pôle de Bedford » affirmait récemment madame Pierrette Messier, porte-parole du CSPB.

Rappelons que, en décembre 2021, les résidents des Villas apprenaient avec stupéfaction et angoisse que plusieurs d’entre eux risquaient d’être déplacés vers un lieu inconnu et ce, dès le premier juillet 2022. Une lettre de l’Office d’Habitation de Brome-Missisquoi (OHBM), lequel gère cette RPA, venait de leur annoncer que les soins requis par les résidents en perte d’autonomie ne pourraient plus être assurés par l’institution, faute des fonds nécessaires et en raison de la pénurie de main d’œuvre spécialisée en la matière.

Des citoyennes et citoyens de Bedford et des environs formaient alors le CSPB dans le but d’orchestrer une mobilisation générale et de prévenir de telles coupures au sein des services de santé dispensés dans le pôle de Bedford. On se souviendra que, il y a une vingtaine d’années, les forces vives de Bedford s’étaient unies pour créer la RPA. La ville de Bedford et la Fondation Lévesque-Craighead avaient alors collaboré à la mise en place des structures et à la collecte des fonds nécessaires à la création d’une véritable institution publique et communautaire, au service des gens de la région de Bedford. C’est ce patrimoine local que, il y a un an, le CSPB se donnait pour mission de protéger.

Une menace bien réelle

Partout au Québec, on assiste à une véritable hécatombe dans l’univers des RPA. Dans toutes les régions, on signale une vague de fermetures des résidences qui, depuis deux ans, tend à s’accentuer. Le nombre de celles qui ferment leurs portes ou qui « changent de vocation » en devenant des condos ou des habitations à loyer modique (HLM) ne cesse d’augmenter. Celles qui sont encore ouvertes souffrent d’une pénurie de main d’œuvre plus ou moins marquée qui cause des ruptures de services occasionnelles, récurrentes, voire chroniques. Plusieurs de ceux et celles dont la résidence a été fermée ou a « changé de vocation » ne trouvent pas à se reloger dans une RPA qui peut offrir des services aux personnes en perte d’autonomie. Ils finissent souvent par occuper un lit d’hôpital, ce qui contribue à accentuer la crise qui accable notre système de santé.

Rien d’étonnant à ce que toutes sortes de rumeurs se soient mises à courir dans la région. On racontait que les Villas des Rivières n’accepteraient plus de résidents en perte d’autonomie, que l’établissement allait fermer, que ses appartements seraient transformés en condominiums de luxe ou en complexe de HLM. Cependant, la porte-parole du CSPB se fait rassurante : une solution a été trouvée et l’institution est sauvée.

La solution

Avec l’appui de la ville de Bedford et de plusieurs autres municipalités voisines, ainsi qu’avec le soutien de l’assemblée des maires de Brome-Missisquoi et de la députée provinciale Isabelle Charest, on a fini par obtenir la collaboration de l’OHBM et du CIUSSS de l’Estrie.

Le 30 septembre dernier, lors d’une rencontre à laquelle participaient des représentants de l’OHBM, du CIUSS de l’Estrie, des résidents des Villas et de leurs familles, ainsi que des représentants de la ville de Bedford et du CSPB, on a confirmé que la résidence continuerait à fournir une surveillance 24 heures sur 24, 7 jours par semaine et qu’elle maintiendra une gamme de services, y compris notamment les repas à la salle à manger avec service aux tables et la distribution des médicaments. Les résidents ayant besoin de services médicaux de plus grande importance seront pris en charge par l’équipe des soins à domicile de La Pommeraie. Au bout d’une année marquée par l’anxiété, les résidents respirent donc un peu mieux tandis que ceux qui y logeront prochainement peuvent se féliciter d’avoir choisi cette RPA.

« Nous devons un grand merci, insiste Pierrette Messier, à tous les membres du CSPB pour leurs patients efforts, au maire de la ville de Bedford dont la présence faisait une différence à la table des discussions, et à la population pour son appui indéfectible à nos initiatives. Les membres du comité maintiendront leur vigilance et suivront de près l’implantation de la solution adoptée. »

Voir nos articles précédents au sujet de ce dossier :

Villas des Rivières de Bedford : des résidents déplacés ? « Décision aberrante » s’indigne le maire Dubois, Guy Paquin, paru dans V19N4 – févr.-mars 2022
https://journalstarmand.com/villas-des-rivieres-de-bedford-des-residents-deplaces-2/

Villas des Rivières, le véritable problème, Guy Paquin, paru dans V19N5 – avril-mai 2022
https://journalstarmand.com/villas-des-rivieres/

Villas des Rivières : revenir à la case départ, Guy Paquin, paru le V19N5 – avril-mai 2022
https://journalstarmand.com/villas-des-rivieres-revenir-a-la-case-depart/

Villas des Rivières : pas de progrès, Guy Paquin et Pierre Lefrançois, paru dans V19N6 – juin-juillet 2022
https://journalstarmand.com/villas-des-rivieres-pas-de-progres/

Bedford au cœur du système de santé de la région immédiate ?
Pierre Lefrançois, paru dans V20N2 – octobre-novembre 2022
https://journalstarmand.com/bedford-au-coeur-du-systeme-de-sante-de-la-region-immediate/

 

  • Autre

Laisser un commentaire

Nous n’acceptons pas les commentaires anonymes et vous devez fournir une adresse de courriel valide pour publier un commentaire. Afin d’assumer notre responsabilité en tant qu’éditeurs, tous les commentaires sont modérés avant publication afin de nous assurer du respect de la nétiquette et ne pas laisser libre cours aux trolls. Cela pourrait donc prendre un certain temps avant que votre commentaire soit publié sur le site.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avez-vous lu?
Consulter un autre numéro: