Annonce
Annonce
- Des nouvelles de Dunham -

Les riverains du lac Selby : des citoyens qui s’impliquent

La rédaction

Le 25 juillet dernier, les membres de l’Association pour la protection de l’environnement au lac Selby (APELS) tenaient leur assemblée générale annuelle. À cette occasion, 55 personnes se sont réunies en personne pour faire le point sur l’état des lieux et adopter le plan d’action pour l’année en cours.

François Charbonneau, le président de l’association, a expliqué que le lac connaissait des jours difficiles depuis le début de l’été. En raison du manque de précipitations, tant l’hiver dernier qu’au printemps, le niveau d’eau reste bas, si bien que les poissons meurent par centaines du fait du manque d’oxygène dans l’eau. De plus, les algues prolifèrent dans plusieurs secteurs, les trainées de pollen s’accumulent sur les rives, les colonies de phragmite sont en croissance en une vingtaine d’endroits, le myriophylle à épi est de plus en plus présent, quoique pas encore hors de contrôle, des amas d’algues brun-mauve flottent au gré du vent et de grandes quantités d’algues coupées (résultat d’une activité humaine) jonchent les rives.

Heureusement, le lac n’a pas connu d’efflorescences de cyanobactéries malgré les deux canicules que nous avons connues depuis le début de l’été. Cela fait d’ailleurs quelques années qu’on n’y observe pas ces algues bleu-vert. On n’a pas non plus observé d’invasions d’espèces exotiques fauniques, comme la moule zébrée, la crevette à tête rouge, la gobie à taches noires, ou botaniques, comme la châtaigne d’eau, laquelle colonise de nombreux plans d’eau au Québec.

« Même si le lac Selby ne fait pas partie des 200 pires lacs parmi les 867 répertoriés dans la province*, a expliqué le président, sa situation est très préoccupante et on ne doit pas la laisser dégénérer à un point de non-retour, ce qui demanderait des investissements massifs sur plusieurs années. Notre lac est petit, peu profond et donc fragile ! Il faut être vigilants ! C’est pour cela que nous sommes en relation avec diverses associations de lac et organismes régionaux pour trouver les meilleures solutions. »

Le plan d’action adopté par les membres comprend la poursuite des tests sur la qualité de l’eau, l’installation de bouées en zones densément peuplées d’algues, le ramassage systématiques des algues coupées sur les rives, l’arrachage manuel de la phragmite (corvées à prévoir), puis le bâchage des sites colonisés, la mise en place d’un partenariat avec les associations de six lacs du bassin versant de la Yamaska aux prises avec les mêmes problèmes, l’identification par vignettes des 357 embarcations nautiques dénombrées autour du lac, le contrôle des embarcations étrangères et leur lavage systématique avant la mise à l’eau, la présence d’une escouade nautique (pompiers de Dunham) sur le lac afin d’assurer le respect des règles, le faucardage (fauchage de plantes aquatiques) d’urgence en zones denses, le bâchage du myriophylle à épis par jute biodégradable et enfin, l’installation d’aérateurs sous-marins dans les fosses du lac.

*Voir le site du Réseau de surveillance volontaire des lacs (RSVL)
https://www.environnement.gouv.qc.ca/eau/rsvl/index.htm

Au centre d’art de Dunham

Du 4 août au 8 septembre, le centre d’art (3638, rue Principale) accueille l’exposition La Vie Secrète des Fleurs (2M/1lb) qui présente les œuvres picturales de Jenniferlee, résidente de Dunham.

Imaginez que vous êtes une abeille ou un papillon planant au-dessus d’une fleur au pollen et nectar abondant. Dans cette exposition, composée d’acryliques sur canevas parfois rendus en teintes vives, parfois en noir et blanc, Jenniferlee présente une série d’œuvres portant sur la beauté et l’éloquence extraordinaire des fleurs, qu’elle compare à des divas d’opéra. Son objectif ? Attirer le visiteur dans la fleur et lui permettre de s’émerveiller devant chacun de ses détails complexes.

Cette exposition parle de la relation symbiotique entre les fleurs, les abeilles et les êtres humains. Sensuelles, séduisantes et parfumées pour le plaisir de nos sens, les fleurs font partie intégrante de l’environnement qui permet la vie. Chaque tableau de la série porte un chiffre sur le côté du canevas : il indique que cette fleur constitue l’un des deux millions d’arrêts dont les abeilles ont besoin pour nous donner une livre de miel, d’où le 2M/1lb du titre. Le vernissage aura lieu le 14 août, de 14 à 16 heures.

Nature et Création

Près de 200 œuvres réalisées par 75 artistes sont présentées au vignoble du Domaine des Côtes d’Ardoise (879, rue Bruce) sur un parcours extérieur d’un kilomètre. On pourra les voir jusqu’à la fin octobre 2021.

 

 

Laisser un commentaire

Nous n’acceptons pas les commentaires anonymes et vous devez fournir une adresse de courriel valide pour publier un commentaire. Afin d’assumer notre responsabilité en tant qu’éditeurs, tous les commentaires sont modérés avant publication afin de nous assurer du respect de la nétiquette et ne pas laisser libre cours aux trolls. Cela pourrait donc prendre un certain temps avant que votre commentaire soit publié sur le site.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avez-vous lu?
Consulter un autre numéro: