Annonce
Annonce

LA PÉDIATRIE SOCIALE ARRIVE À BEDFORD… EN AUTOBUS

Jean-Pierre Fourez

Tout le monde a entendu parler de la clinique de pédiatrie sociale du Docteur Julien, qui œuvre depuis longtemps dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve à Montréal. La Fondation du Docteur Julien est très en vue avant Noël lors de la guignolée des médias, qui vise à recueillir des dons pour financer une partie importante de ses activités. Loin des médias, il se fait au quotidien un travail considérable dans ce centre, qui est un modèle du genre dans le domaine de la protection infantile.

CPS Main dans la Main
CPS Main dans la Main

Année après année, cette approche connait une vive croissance, si bien que onze centres de pédiatrie sociale en communauté (CPSC) ont vu le jour au Québec et sont certifiés par la Fondation du Docteur Julien dont ils respectent les principes.

Cette pratique humaine et accessible mise sur la participation active de l’enfant, qui a son mot à dire sur ses difficultés et qui est écouté. Ce n’est plus le médecin seul qui « soigne » l’enfant mais plutôt une équipe multidisciplinaire composée de professionnels et d’intervenants de la santé, du droit, des services

sociaux et de divers secteurs de la communauté, tels que les écoles, garderies et autres organismes. Sans oublier les indispensables bénévoles, qui apportent une aide précieuse.

« Main dans la main », c’est le nom du centre de pédiatrie sociale en communauté de Cowansville qui s’est donné pour mission (comme l’énonce son document de présentation) d’accompagner et soutenir les enfants de 0 à 14 ans en situation de grande vulnérabilité dans la région de Brome–Missisquoi afin d’assurer leur épanouissement et leur développement optimal dans le respect de leurs droits et de leurs besoins et dans leur meilleur intérêt. L’approche est basée sur l’apprivoisement, le partage et la compréhension dans le but d’assurer une action efficace de tous sur la trajectoire du développement des enfants dans un concept de responsabilité commune partagée.

À l’origine de ce projet, Me Ysabelle Proulx, avocate médiatrice en matière familiale, a eu l’idée en 2012 de créer un organisme de ce type pour la région de l’Estrie. C’est ainsi qu’un groupe de travail s’est formé pour mettre au monde Main dans la Main, qui offrira ses premiers services cliniques moins de deux ans plus tard.

Lors de notre rencontre avec elle, Isabelle Labrecque, directrice générale, a insisté sur le fait que l’originalité de cette pratique vient du partenariat avec l’enfant, en interrelation constante avec son milieu de vie, en misant sur ses forces et sur les personnes significatives qui l’entourent afin de remédier aux lacunes de son développement. Les mots d’ordre sont : apprivoisement, partage, compréhension et respect.

À qui s’adressent ces services ?

Comme dans plusieurs régions du Québec, il existe dans Brome-Missisquoi des problématiques d’ordre sanitaire et social : grande pauvreté, toxicomanie, enfants victimes ou témoins de violence, difficultés d’accès à la justice, problèmes à établir des liens avec la communauté unilingue anglophone.

Les références pour consultations à Main dans la Main émanent le plus souvent des médecins de famille, mais aussi des écoles, des avocats, des milieux de loisirs et souvent des parents eux-mêmes.

Le CPSC dessert principalement la communauté de Cowansville, mais a aussi des antennes à Sutton, Lac Brome, Bedford et Farnham.

Quelques chiffres pour Brome-Missisquoi :

Revenu moyen des parents après impôts : 29 748 $

Population totale : 55 621 habitants

Population de 0 à 14 ans : 8655 enfants dont un nombre important en grande vulnérabilité.

Après deux années de fonctionnement, 66 familles et 115 enfants ont été vus ou sont encore suivis au CPSC. L’objectif est d’arriver, avec le temps, à aider davantage d’enfants et de familles.

Une pratique différente

Le document de présentation du CPSC Main dans la Main explique clairement en quoi la pédiatrie sociale se distingue des autres services du réseau de la santé :

  • milieu accueillant, sécurisant, stimulant, désinstitutionnalisé ;
  • structure flexible (décloisonnement des spécialités) ;
  • équipe multidisciplinaire (tous les intervenants concernés se retrouvent autour de la table à chaque rencontre) ;
  • écoute et priorisation des besoins de l’enfant ;
  • interventions sans limites de temps ;
  • milieu de vie où les enfants reçoivent du soutien par le biais d’ateliers d’aide aux devoirs, d’ateliers d’art-thérapie ou de musique, de zoothérapie et d’activités ou sorties spéciales.

Ces conditions exceptionnelles favorisant une proximité relationnelle sont alimentées par un réseau de partenaires impliqués et de bénévoles engagés.

Sur la route/On the road

Les municipalités de la région de Brome-Missisquoi ont un accès limité aux services de transport, si bien que le CPSC Main dans la Main a décidé d’aller vers sa clientèle.

Depuis octobre 2015, un autobus scolaire réaménagé en véhicule récréatif (qui a été prêté par le Dr Markus Gottke et sa femme Jocelyne) fait office de clinique mobile. Une fois par mois, ce bus passe à Bedford. À bord, on y trouve Sophie Giugovaz, médecin de famille, et Sylvain Cummings, agent de relations humaines. Ils rencontrent les familles et les enfants référés au préalable par des organismes du milieu de Bedford.

Ces deux intervenants parlent avec enthousiasme de cet aspect original de leur travail et vantent les mérites d’un système décloisonné qui génère des actions plus cohérentes. Au cœur de leur action, il y a la responsabilisation de la cellule familiale, l’engagement des personnes significatives auprès de l’enfant et l’amélioration constante du tissu social. Ils rappellent également que, dans notre société, on doit s’assurer que les droits de nos enfants sont respectés (Convention relative aux droits de l’enfant, convention internationale de l’Organisation des nations unies signée en 1989).

Le Dr Julien a montré depuis longtemps les limites du système actuel de santé infantile, et son approche illustre bien que, pour être efficace, il faut tenir compte de tous les moyens et de toutes les personnes qui peuvent contribuer à rendre l’enfant moins vulnérable en brisant l’isolement des familles, en intervenant rapidement et en favorisant l’accès aux services disponibles.

Pour de plus amples renseignements :

Centre de pédiatrie sociale en communauté Main dans la Main 215, rue Sud, Cowansville (Québec) J2K 2X5

Téléphone 450-260-1414 Isabelle Labrecque, directrice générale

dg@cpscmaindanslamain.org

Vous pouvez voir un petit dessin animé sur ce service à :

https://www.youtube.com/watch?v=P0NLMcOdWsk

Pour de l’information sur la pédiatrie sociale en général, consultez le nouveau portail :

http://pediatriesociale.fondationdrjulien.org

Les sept principes et les droits rattachés

Droit de connaître tes droits

Le modèle se base sur la Convention relative aux droits de l’enfant qui énonce une stratégie globale d’intervention à travers sept grands principes, pour que l’enfant puisse se développer pleinement.

  1. Égalité (Naître égaux en droit)

Droit à l’égalité et au respect de tes différences quelle que soit ton origine, ta culture, ta religion, ta langue, que tu sois fille ou garçon, riche ou pauvre, que tu sois en bonne santé ou handicapé… Tous doivent être traités avec justice.

  1. Meilleur intérêt

Les adultes doivent respecter et faire respecter les droits de tous les enfants. L’intérêt supérieur de l’enfant gouverne les décisions qui le concernent.

  1. Liberté et droits civils

Droit à une identité : nom, prénom, nationalité, droit de vivre, droit à la liberté d’opinion, de t’exprimer, d’être informé ; droit de donner ton avis à propos de tout ce qui te concerne ; droit à la vie privée.

  1. Famille

Droit de connaître et de vivre avec tes parents, dans la mesure du possible, droit de vivre dans une famille qui s’occupe de toi. La communauté entière doit s’impliquer auprès des enfants pour soutenir leur famille.

  1. Naître et grandir en santé

Droit à une alimentation suffisante et à boire de l’eau potable, droit d’être en bonne santé et d’être soigné, droit aux meilleurs soins de santé possible, droit à un environnement qui permet de grandir et de développer ton potentiel, droit à des vêtements, à un endroit sûr où tu peux vivre.

  1. Éducation et loisirs

Droit à l’éducation, d’aller à l’école, de savoir lire, écrire, compter, de comprendre le monde qui t’entoure et par la suite, apprendre un métier, droit d’apprendre à vivre en paix, à protéger l’environnement et à respecter les autres personnes, droit d’apprendre à vivre dans un esprit de tolérance, d’égalité, d’amitié entre tous et de respect du milieu naturel, droit de jouer, de rêver, de rire, de chanter, de danser, de te reposer, droit de participer aux activités artistiques et culturelles.

  1. Protection

Droit d’être protégé contre la violence, les mauvais traitements, physiques et psychologiques,droit d’être protégé contre le travail qui nuit à ta santé ou t’empêche d’aller à l’école,droit d’être protégé contre les abus, contre toute forme d’exploitation. Aucun adulte n’a le droit d’être violent avec toi, que ce soit tes parents ou toute autre personne à qui tu es confié, droit de vivre en paix, droit d’être aidé si tu es blessé, négligé ou maltraité.

Laisser un commentaire

Nous n’acceptons pas les commentaires anonymes et vous devez fournir une adresse de courriel valide pour publier un commentaire. Afin d’assumer notre responsabilité en tant qu’éditeurs, tous les commentaires sont modérés avant publication afin de nous assurer du respect de la nétiquette et ne pas laisser libre cours aux trolls. Cela pourrait donc prendre un certain temps avant que votre commentaire soit publié sur le site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avez-vous lu?
Consulter un autre numéro: