Annonce
Annonce

Sauvons notre poste frontière !

Claude Benoit

Photo : www.tekiano.com

La bataille pour le maintien du poste frontière de Morses Lines est aussi une bataille canadienne. Dès le printemps prochain, l’Agence des services frontaliers du Canada y diminuera de moitié les heures d’ouverture. Les postes de Glen Sutton et d’East Pinacle seront touchés de la même manière. C’est toute la région qui risque ainsi d’être transformée en cul-de-sac. Selon l’ASFC, près d’une centaine de personnes en moyenne chaque jour passent la frontière à Morses Lines.

Les autorités américaines ont fait connaître en juin dernier leur intention d’entreprendre les procédures visant à fermer le poste de Morses Lines au Vermont. Une importante mobilisation de la communauté des deux côtés de la frontière tente de faire reculer la Custom and Border Protection Agency. Déjà plus de mille signatures ont été recueillies pour une pétition et des résolutions ont été adoptées par les municipalités des deux côtés de la frontière.

La diminution des heures d’ouverture prévue par l’ASFC a pour effet de couper l’herbe sous le pied de notre communauté.  Sans trop savoir de quoi il en retourne, le fédéral intervient en appui aux restrictions à la frontière alors que nous lui demandons exactement le contraire.

Dans les semaines qui viennent, nous devrons nous appliquer à démontrer à quel point la fluidité de la circulation et le caractère pratique des procédures douanières sont essentiels au développement de notre communauté.

Notre territoire possède une histoire, des intérêts culturels et économiques de même qu’une écologie commune. Rappelons que, sous le régime français, la seigneurie à laquelle notre village doit son nom s’étendait jusqu’à St-Alban au sud, et Enosburg Falls à l’est.

Saint-Armand a été la porte d’entrée pour la colonisation des Cantons-de-l’Est. Les familles canadiennes-françaises qui, plus tard, sont venues prendre le relais ont souvent continué au sud de la frontière. Nous avons tous quelques cousins américains.

Encore aujourd’hui, plusieurs concitoyens québécois travaillent de l’autre côté ou y ont de la famille ; il s’agit d’une destination normale pour le commerce, les activités culturelles, les loisirs ou même la simple promenade.

L’ancienne seigneurie couvre une bonne partie du bassin de la baie Missisquoi. Le sauvetage du poste de douane demandera une mobilisation de toute la population du territoire, qu’elle soit américaine ou québécoise.

Au cours des dernières années, l’accessibilité de la frontière a constitué une véritable assurance pour les agriculteurs québécois et américains.

Fermer la frontière viendra aussi mettre un frein au travail de développement touristique qui se fait actuellement de concert entre les Vermontois et les Québécois, et auquel participe d’ailleurs le maire Pelletier.

La frontière est le plus grand atout de Saint-Armand. Sans elle, notre région ne serait qu’un autre cul de sac de l’arrière pays. La frontière doit rester ouverte. Il s’agit d’un service public de premier plan.

Laisser un commentaire

Nous n’acceptons pas les commentaires anonymes et vous devez fournir une adresse de courriel valide pour publier un commentaire. Afin d’assumer notre responsabilité en tant qu’éditeurs, tous les commentaires sont modérés avant publication afin de nous assurer du respect de la nétiquette et ne pas laisser libre cours aux trolls. Cela pourrait donc prendre un certain temps avant que votre commentaire soit publié sur le site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avez-vous lu?
Consulter un autre numéro: