Annonce
Annonce

Organisme de bassin versant de la baie Missisquoi : assemblée annuelle

Claude Montagne

Illustration : http://www.obvbm.org

Le mercredi 19 juin dernier se tenait l’assemblée annuelle de l’Organisme de bassin versant de la baie Missisquoi (OBVBM, nouvelle appellation) au Centre communautaire de Saint-Armand.

Près d’une cinquantaine de personnes assistaient à l’assemblée présidée par M. Daniel Racine qui siège au CA depuis déjà dix ans. Le mot d’accueil revenait au maire local Réal Pelletier nommé par la MRC dans le collège municipal jusqu’en 2011 avec trois autres élus municipaux dont Jacques Landry (Venise-en-Québec) et Albert Santerre (Saint-Ignace de Stanbridge).

L’OBVBM comprend quatre autres collèges : communautaire, citoyen, agricole et économique pour un total de treize personnes.

Mme Chantal d’Auteuil, directrice générale a présenté le rapport annuel de 59 pages très étoffé avec photos et cartes accessible sur Internet : www.robvq.qc.ca/obv/36. Le rapport a débuté par le message du président Racine qui a remercié son prédécesseur Pierre Leduc en poste depuis 2005. En janvier, ce dernier s’est vu décerné un prix de reconnaissance des partenaires américains.

Selon les résultats d’études menées par le ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Faune, la qualité de l’eau de la rivière aux Brochets se serait améliorée suite aux actions entreprises depuis 10 ans par les citoyens et les agriculteurs, particulièrement ceux qui sont en production animale et dont 98 % entreposent fumier et lisier dans un lieu étanche. Quant au traitement des eaux usées par les municipalités, il est presque complété. Enfin, grâce aux plantations, les riverains protègent eux aussi leur bande riveraine.

Le président a conclu son message en lançant un appel au financement des gouvernements pour assurer la réussite des projets qui reposent en grande partie sur l’accompagnement assuré par les responsables.

Le rapport contient aussi un message de la directrice générale, Chantal d’Auteuil, dans lequel elle précise que le changement du nom de l’organisme au bout de 10 ans permet de rafraîchir le logo tout en symbolisant le début d’un nouveau cycle dans les actions destinées à protéger le bassin versant. Dès septembre 2010, tous les intervenants pourront se rencontrer virtuellement sur le site Internet de l’organisme. Selon elle, c’est de la plus haute importance. La priorité pour les dix prochaines années consiste à réduire davantage encore les taux de phosphore et de sédiments.

Ensuite, Mme Claudine Beaudoin, conseillère aux opérations régionales du ministère des Affaires municipales,  a présenté le Guide de bonnes pratiques sur la planification territoriale et le développement durable. D’une centaine de pages, ce guide a été produit par l’Unité ministérielle de recherche et de veille de la Direction générale des politiques (www.mamrot.gouv.qc.ca). Il vise à fournir aux municipalités et aux MRC de bonnes pratiques et des stratégies faisant la promotion du développement durable de nos collectivités, dont la gestion durable des eaux de pluie. Selon ses auteurs, les municipalités pourraient en tirer des avantages, notamment une baisse des coûts de gestion de construction des infrastructures, une augmentation des revenus fonciers, une baisse de la consommation d’eau potable. Bref, ce guide publié cette année gagnerait à être consulté.

Enfin, Mme Maude Forté nous a entretenus de la question des eaux de ruissellement en milieu agricole. Sujet tout aussi intéressant sur lequel nous reviendrons dans un prochain numéro afin de compléter le reportage de cette assemblée de l’Organisme de bassin versant de la baie Missisquoi.

Plan d’action 2010 à 2016 proposé

Parmi les actions prioritaires soulignées à l’Annexe 1, nous trouvons en résumé :

  1. Signatures d’ententes pour finaliser les projets de traitement des eaux usées pour 2012 entre les conseils municipaux de Notre-Dame de Stanbridge, Stanbridge-East, Frelighsburg et les ministères des Affaires municipales et de l’Environnement afin de régler les derniers problèmes de conception et de financement.
  2. Négociation entre les ministères précités pour optimiser l’efficacité des installations existantes afin de faire baisser le taux de phosphore sous les 0,5 mg/l, objectif visé pour 2016.
  3. Conformité de toutes les installations septiques pour 2012 et mise aux normes pour 2014.
  4. Adoption par l’ensemble des municipalités de directives strictes visant à diminuer, d’ici 2014, le volume des eaux de ruissellement et l’apport de sédiments aux cours d’eau et aux lacs sur leur territoire. Les municipalités seront tenues d’adopter des directives spécifiques pour les entrepreneurs en construction relatives aux zones résidentielles, espaces commerciaux, entretien des routes et stabilisation des berges, y compris l’obligation de produire un plan de réduction de sédiments et un programme d’entretien.
  5. Obtenir un financement adéquat pour les agriculteurs qui changent leurs pratiques agricoles dans le but de conserver les sols.
  6. Établir un protocole de transmission rapide des fiches d’échantillonnage (qualité de l’eau et des cyanobactéries).
  7. Projet de caractérisation des eaux souterraines et des mesures de protection pour 2013.
  8. Effectuer la caractérisation de la biodiversité des propriétés riveraines et offrir de l’information sur les mesures de protection (à cet effet, voir l’Annexe 2 sur le site Internet précité).

Laisser un commentaire

Nous n’acceptons pas les commentaires anonymes et vous devez fournir une adresse de courriel valide pour publier un commentaire. Afin d’assumer notre responsabilité en tant qu’éditeurs, tous les commentaires sont modérés avant publication afin de nous assurer du respect de la nétiquette et ne pas laisser libre cours aux trolls. Cela pourrait donc prendre un certain temps avant que votre commentaire soit publié sur le site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avez-vous lu?
Consulter un autre numéro: