Annonce
Annonce
- Des nouvelles de Dunham -

Le projet de brasserie-terrasse de la Brasserie Dunham

La rédaction

Le 26 novembre 2020, le conseil municipal de la ville de Dunham adoptait une résolution visant à autoriser la vente à la Brasserie Dunham d’une portion du terrain municipal situé derrière l’hôtel de ville. Cette partie dont la surface est 1900 mètres carrés serait cédée à l’entreprise au coût de 13 500 $ afin qu’elle y aménage une brasserie-terrasse de type beergarden (de l’allemand, « brasserie en plein air »). La résolution a été adoptée à la majorité des voies, avec une seule objection, celle du conseiller Léo Simoneau. Le 2 mars, la municipalité adoptait un projet de règlement modifiant le zonage en vue d’aller de l’avant avec cet agrandissement de la brasserie. Cette fois encore, le conseiller Simoneau s’est opposé au reste du conseil, mais en vain. Nous lui avons demandé ses motifs.

Selon lui, « la municipalité subventionne ainsi une entreprise au possible détriment de commerces avoisinants ». Il se demande si la présence d’un bar-terrasse est souhaitable à proximité du parc qui existe déjà à cet endroit. Il craint que l’endroit attire davantage de motocyclistes au détriment de la tranquillité du voisinage. De plus, il pense que l’accès à ce lieu, entre l’hôtel de ville et le bureau de poste, est trop étroit et risque de créer des problèmes de congestion, voire de sécurité publique. Finalement, il estime que le prix demandé par la ville pour la vente de cette partie du terrain est « au moins dix fois inférieur au prix du marché ».

« On subventionne les vignobles, on subventionne la brasserie et on augmente les dépenses pour le tourisme. Pas surprenant que nos taxes augmentent ! Et elles augmenteront encore s’il n’y a pas de changement » estime Léo Simoneau, qui dit souhaiter la tenue d’un référendum à ce sujet. Il invite donc les citoyens à se présenter aux prochaines élections municipales, qui se tiendront le 7 novembre prochain.

Le point de vue du maire

Le maire Pierre Janecek, qui a l’appui des autres membres du conseil, dit que son administration a « fait des comparaisons avec des municipalités avoisinantes pour établir le prix de ce terrain : c’est enclavé derrière l’hôtel de ville, un voisin et la brasserie, c’est donc à potentiel de développement fort limité ».

Il se veut par ailleurs rassurant quant aux inconvénients qu’évoque le conseiller Simoneau, expliquant que la brasserie ayant un permis de bistro, on y servira de la nourriture et que, par conséquent, les enfants y seront admis ; « ce sera un endroit de type familial, pas juste un bar », insiste-t-il.

« Le projet s’inscrit dans le cadre du plan de réaménagement du parc derrière l’hôtel de ville. Notre objectif est de bonifier la force d’attraction touristique du village et de la brasserie », souligne-t-il, ajoutant que « des restrictions et exigences sont prévues telles que clôtures, enseignes appropriées et aménagements paysagers ».

Bref, il semble que, pour l’heure, la majorité des membres du conseil municipal estiment que le projet est souhaitable pour l’ensemble de la population de Dunham. Une consultation publique (par écrit en raison de la pandémie) s’est tenue du 17 mars au 1er avril et « le processus suivra son cours selon les étapes prévues par la loi », explique le maire.

 

 

  1. Bonjour
    Cette manœuvre du conseil municipal de Dunham reflète assez bien sa gouvernance et le rapport qu’il entretient avec ces citoyens. Histoire à suivre.
    Jacques Landesque

Laisser un commentaire

Nous n’acceptons pas les commentaires anonymes et vous devez fournir une adresse de courriel valide pour publier un commentaire. Afin d’assumer notre responsabilité en tant qu’éditeurs, tous les commentaires sont modérés avant publication afin de nous assurer du respect de la nétiquette et ne pas laisser libre cours aux trolls. Cela pourrait donc prendre un certain temps avant que votre commentaire soit publié sur le site.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avez-vous lu?
Consulter un autre numéro: