Annonce
Annonce

Dossier - Mot du président -

- Mot du président -

François Charbonneau

Tel le personnage Charlie, bien connu pour se cacher dans divers décors, (créé par le Britannique Martin Handford, Where is Waldo ? – Où est Charlie ?), Armand, notre Charlie à nous, s’est faufilé un peu partout dans la région au cours des dix-sept années d’existence du journal. Il s’est en effet retrouvé dans les ateliers de nos artistes et artisans locaux, dans nos petits et grands commerces, dans nos vignobles et nos vergers, aux fêtes foraines,…

- Mot du président -

Proverbe de Jean de La Fontaine
François Charbonneau

Les relations entre les gens sont rudement mises à l’épreuve alors que le fléau de la COVID-19 s’étire. Les rapports des consommateurs entre eux et avec les commerçants commencent à se dégrader : impatience dans les files d’attente, envers le personnel (souvent jeune) qui gère la situation, regards haineux lancés à ceux qui ne portent pas de masque ou, à l’inverse, attitude satirique envers ceux qui en portent un, susceptibilité palpable à l’égard de tout…

- Mot du président -

François Charbonneau

On espère vivement que ça ira mieux bientôt. La COVID-19 cause à chacun de nous une certaine souffrance, plus ou moins dramatique selon les cas. Des « anges » de toutes catégories s’activent héroïquement, mais les besoins sanitaires et sociaux sont grands pour tous, en particulier pour les ainés et pour diverses minorités (itinérants, immigrants, personnes isolées, etc.). Tous s’accordent pour dire que ça ne sera plus pareil après et que les traces et conséquences seront profondes…

- Mot du président -

François Charbonneau

We can only hope that things will get better, and soon. To a greater or lesser degree, we are all suffering the effects of the COVID-19 pandemic. On the upside we have our everyday heroes, our angels, on the downside we are grappling with huge health and social impacts that affect us all but particularly affect the elderly, the homeless and other vulnerable members of society. I think it’s safe to say that nothing will…

- Mot du président -

François Charbonneau

Est-il possible de changer le monde ? Détérioration du climat et de l’environnement, maladies liées à la pauvreté, attaques virales et autres misères qui frappent nos sœurs et nos frères en Afrique, au Yémen, en Syrie, en Haïti, en Amérique du Sud et même en Amérique du Nord, en Europe et en Asie, dans les pays les plus productifs du monde, y compris chez nous, poches de pauvreté, violence faite aux femmes, aux enfants, aux immigrants,…

- Mot du président -

François Charbonneau

Can we really change the world ? A world of climate emergency, poverty-related diseases and ongoing crises in Africa, Yemen, Syria and Haiti ? The list goes on. The plight of refugees worldwide remains largely ignored while human misery continues to spread regardless of geopolitical borders. Wealthier and industrialized nations seem helpless in the face of social injustice : violence against women, hate crimes, teenage suicide in indigenous communities, elder abuse… Can we really make this world a…

- Mot du président -

François Charbonneau

Nous vivons une époque où tout change si rapidement, notamment la technologie tous azimuts à laquelle aucun segment de la société n’échappe, y compris l’information. Il en va de même pour l’usage que nous en faisons et notre manière de partager ce que nous en avons retenu, obnubilés que nous sommes par la quantité de matière à traiter. C’est ma hantise ! Ai-je manqué quelque chose ? Qui a dit ça ? Est-ce fiable ? Je lisais récemment…

- Mot du président -

Éric Madsen

On dit qu’une année de la vie d’un chien équivaut à sept années chez l’humain. Disons qu’un an, pour un journal, équivaudrait au quart de l’âge du meilleur ami de l’homme. Un petit calcul permet donc de dire que le journal que vous tenez dans vos mains a l’âge respectable de 26 ans et 3 mois. Sérieusement, le journal entamait sa seizième année d’existence lors du dernier numéro. Ici, fanfare, trompette et confettis. Au commencement…

- Mot du président -

Éric Madsen, président du conseil d’administration

Au soir du 5 novembre dernier, nombreux sont ceux que les résultats des élections municipales ont surpris… Moi le premier ! Certains intouchables ont mordu la poussière, des piliers se sont effondrés, des majorités ont fondu, voire disparu, et un peu partout dans la Belle Province, les femmes ont fait sauter le fameux plafond de verre. Lendemain de veille difficile pour certains, matin qui chante pour d’autres. À Saint-Armand, le vent de renouveau a soufflé fort…

- Mot du président -

Éric Madsen

Certes, je n’ai ni le verbe ni la connaissance d’un Gérald Fillion, d’un Éric Pineault ou d’un chroniqueur économique chevronné, mais j’ose croire qu’ils seraient d’accord avec moi. Alors que le commerce en ligne est en croissance exponentielle, que les grandes chaînes d’alimentation font des pieds et des mains pour renouveler sans cesse les mêmes produits, que les grandes surfaces et les Dix-30 de ce monde grugent le territoire, que des fleurons du Québec passent…