Annonce
Annonce
- Gens d'ici -

Aux 2 clochers

le resto qui tient contre vents et marées
Paulette Vanier

Martine Leduc et André Marchand

En chemin pour le Vermont, où ils vont camper, Martine Leduc et André Marchand passent un jour par Frelighsburg et se disent que ce serait un bel endroit où vivre. Bien que diplômés en administration hôtelière de l’Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec, ils ne se destinent pas nécessairement à la restauration. Mais ne voilà-t-il pas que, un jour, une petite annonce dans La Presse pique leur intérêt : un restaurant est à vendre dans ce beau village qui, justement, leur a tellement plu. Nous sommes en décembre 1988.

Le jeune couple débarque de Montréal, emménage dans ce qui tient lieu aujourd’hui de gîte du passant, mais était alors une maison à deux logements et, durant trois mois, aménage le local qui a connu quelques vocations – dont celui de dépanneur et de station d’essence – avant de s’assumer résolument comme restaurant.

Au bout de sept ans à louer l’endroit et à offrir aux clients de bons repas à prix raisonnables, André et Martine se disent qu’il est temps pour eux de passer à l’étape suivante, à savoir acquérir le bâtiment. Après une période relativement longue de négociations avec le propriétaire de l’époque – et durant laquelle ils envisagent sérieusement de partir, le prix demandé étant trop élevé pour eux – ils en arrivent à une entente acceptable. Chose dite, chose faite et, en 1996, ils obtiennent officiellement les clés du bâtiment.

En 2017, ils y sont toujours, ce qui est plutôt admirable dans une industrie volatile où ouvertures et fermetures se succèdent à un rythme effréné. Mais ce qu’il y a de plus remarquable peut-être, c’est le nombre de jeunes qui y ont tenu leur premier emploi. Plus de 70. En fait, une bonne partie des jeunes du coin se sont initiés au monde du travail dans les cuisines ou dans la salle à manger du resto, qui pour faire la plonge, qui pour couper les légumes, qui pour servir aux tables. Certains y sont restés dix ans. Parfois, ce sont tous les enfants d’une même famille qui y ont fait leurs premières armes, quatre chez Mme UneTelle, trois chez M. Quidam, deux chez Mr. Somebody. Bref, ce restaurant est une véritable pépinière de jeunes désireux de voler de leurs propres ailes, mais qui ne sont pas tout à fait prêts pour le grand envol vers les terres à la fois fascinantes et mystérieuses de l’indépendance. Certains hésitent d’ailleurs entre repli et essor, et reviennent au resto après l’avoir quitté, deux ou trois fois dans certains cas. Toujours sous la houlette d’André et de Martine, à la fois patrons et mentors, mais aussi parents-substituts et dépositaires des secrets et chagrins d’ados en train de se construire une personnalité propre.

Sous le regard bienveillant, aussi, de Louiselle Côté, la doyenne des serveurs et serveuses, qui assure le service aux tables depuis plus de vingt ans avec tout ce qu’il faut de discrétion, d’humour et de professionnalisme pour compléter le tableau de ce commerce sympathique et chaleureux où l’on sert une nourriture savoureuse mais sans prétention.

http://www.restaux2clochers.ca

 

Laisser un commentaire

Nous n’acceptons pas les commentaires anonymes et vous devez fournir une adresse de courriel valide pour publier un commentaire. Afin d’assumer notre responsabilité en tant qu’éditeurs, tous les commentaires sont modérés avant publication afin de nous assurer du respect de la nétiquette et ne pas laisser libre cours aux trolls. Cela pourrait donc prendre un certain temps avant que votre commentaire soit publié sur le site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

PartagezShare on FacebookEmail this to someonePrint this page
Avez-vous lu?
Consulter un autre numéro: