Annonce
Annonce

Place aux jeunes : promenade à la campagne

Séjours exploratoires
Mathieu Voghel-Robert

Visite à la brasserie de Dunham (photo : Mathieu Voghel-Robert)

C’est une des premières journées ensoleillées de la fin de l’hiver. Malgré le froid de l’air, la lumière chauffe le visage à nous faire sentir le printemps. Un grand soleil canadien fait scintiller la campagne habillée d’une neige fraîchement tombée. La vue est bucolique. Les champs font rapidement place à la forêt et le Pinacle domine l’arrière-scène, Dunham dévoile ses charmes. « Est moins sale qu’à Montréal, ça éblouit ! » Le silence est brisé, mais les cœurs sont déjà conquis. Douze jeunes, âgés entre la fin vingtaine et la mi-trentaine, attendent de monter dans l’autobus qui les trimballera le temps d’un  Séjour exploratoire dans l’arrière-pays de Montréal, juste un peu passé Brossard.

Voilà 15 ans maintenant que la MRC Brome-Missisquoi offre des Séjours exploratoires dans le cadre du programme Place aux jeunes en région (PAJR), 15 ans que des jeunes, âgés entre 18 et 35 ans, viennent découvrir ou redécouvrir la région afin d’éventuellement s’y installer.

Cette année, la plupart sont de Montréal, et c’est un premier réveil à la campagne depuis longtemps. Chacun donne ses impressions autour de la table du Hameau l’Oasis de Dunham où ils ont passé la nuit. Certains évoquent la tranquillité des lieux, tandis que d’autres maudissent l’eau froide de la douche. Il n’y a pas de doute, le charme opère. Une rumeur de la veille veut que le maire de Saint-Armand ait laissé une forte impression.

Ils sont 12, mais c’est plus ou moins vrai. Trois beaux enfants accompagnent cette jeunesse assoiffée de grand air, en plus de l’agente de migration de PAJR, Brigitte Sauvageau, et des gens du Centre local de développement et du Centre jeunesse emploi. L’autobus arrive avec un peu de retard, mais après les difficultés à installer bébés, sièges de bébé, poussettes de bébé, voilà que le départ est donné sous le rugissement du vieux moteur.

Après le réveil en campagne profonde, voici que l’autobus nous mène dans la grande ville : destination Cowansville ! Premier arrêt : le Centre de la nature pour une balade au bord du lac qui donne l’occasion de discuter un peu.

La blonde de Jean-Mathieu a fait le Séjour l’automne dernier. Elle est de Cowansville, lui vient de Granby. « C’est un peu naturel pour nous de revenir ici », affirme-t-il. Ils sont à Montréal et ont terminé leurs études depuis quelques années déjà. Ce qui les empêche de plonger ? L’emploi. Il participe au Séjour surtout pour développer des contacts qui seront la clé pour franchir la barrière des offres d’Emploi Québec.

Mireille, elle, est de la Rive-Sud de Montréal, mais habite la grande ville depuis 15 ans. Elle a fait le pari d’un retour aux études avec une maîtrise en administration justement pour se donner des chances de s’installer en région. « Me faire dire que l’on ne trouve pas souvent des emplois reliés à nos intérêts et compétences, ça me refroidit un peu », déplore-t-elle. Malgré tout, l’optimisme y est toujours, et elle se donne un an ou deux. « La région est si belle ! »

Mais le lac n’a pas été la vedette. La piste cyclable et le gym extérieur « comme en Californie ! » ont marqué les esprits. La journée se poursuit avec un arrêt au gym, intérieur cette fois, Énergie Sud. Puis vient l’arrêt à La mie bretonne pour un petit lunch. Ensuite, c’est au tour de Cinab’Art avec les deux galeries adjacentes et le Marché de solidarité avant de prendre la route pour Flex-pipe à Farnham. Suivent une visite de Val Caudalies à Frelighsburg et finalement un arrêt à la Brasserie de Dunham. Les haltes sont l’occasion de découvrir la région, mais aussi des entrepreneurs, jeunes pour la plupart, qui racontent leurs expériences et font découvrir leur entreprise. C’est aussi l’occasion pour les participants de poser leurs questions, de témoigner de leurs inquiétudes.

Mais chaque fois, tel un mantra, ils reçoivent le même discours du « sans regret ». Bien que la plupart « ne l’ont pas eu facile », la satisfaction de l’accomplissement, surtout pour de jeunes entrepreneurs, prend le dessus sur les difficultés rencontrées. Leur enthousiasme est contagieux, et les visages souriants et comblés sont nombreux dans l’autobus qui nous mène d’une entreprise à l’autre. Il faut dire qu’avec cette première journée de chaud soleil printanier, les astres sont alignés pour une séduction réussie.

La région étant bien pourvue en produits du terroir, c’est déjà un peu pompette et le ventre plein que les participants arrivent à la Brasserie de Dunham pour le dernier arrêt de la soirée. Rencontre avec le propriétaire et le brasseur, deux jeunes passionnés, dégustation des produits de la maison et souper festif avec d’anciens participants bien implantés.

« J’ai souvent les mêmes commentaires des participants, qui me disent que c’est le fun de voir qu’il y a des jeunes de la région et des endroits où aller », témoigne Brigitte Sauvageau, agente de migration de la MRC. Elle sait de quoi elle parle, elle vient de s’acheter une maison dans le coin, qu’elle a découvert grâce au Séjour exploratoire il y a bientôt trois ans. Même si maintenant elle les organise, elle découvre chaque fois un peu plus pourquoi elle a décidé de s’y installer.

Laisser un commentaire

Nous n’acceptons pas les commentaires anonymes et vous devez fournir une adresse de courriel valide pour publier un commentaire. Afin d’assumer notre responsabilité en tant qu’éditeurs, tous les commentaires sont modérés avant publication afin de nous assurer du respect de la nétiquette et ne pas laisser libre cours aux trolls. Cela pourrait donc prendre un certain temps avant que votre commentaire soit publié sur le site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avez-vous lu?
Consulter un autre numéro: