Annonce
Annonce
- DERNIÈRE HEURE -

Ministre ou lobbyiste ?

Pierre Lefrançois

Contrairement au bon sens le plus élémentaire, Pierre Fitzgibbon, ministre de l’Économie et de l’Innovation du Québec, a décidé de favoriser Bell Canada plutôt que l’organisme à but non lucratif (OBNL) IHR Télécom dans le travail de complétion de la desserte en connexion Internet à haut débit dans trois secteurs encore mal desservis de la MRC du Haut-Richelieu. Rappelons qu’IHR a déjà déployé un réseau de fibre optique qui couvre la presque totalité de la MRC du Haut-Richelieu et qu’il fait présentement la même chose dans Brome-Missisquoi, malgré les entraves que Bell ne cesse de mettre à ce déploiement. Quand le ministère a lancé des appels à soumissions pour compléter le travail dans le Haut-Richelieu, IHR en a naturellement déposé une pour chacun des trois secteurs visés.

À la surprise générale, c’est Bell Canada qui a obtenu les trois mandats. Le Saint-Armand a immédiatement demandé au ministère de divulguer les détails de ces trois mandats, en vertu de la loi sur l’accès à l’information du Québec. Or, le ministère a refusé au journal l’accès aux documents qui nous permettraient de voir clair dans ce que Bell a obtenu comme mandat.

Si nous souhaitons voir ces contrats, c’est que nous soupçonnons Bell de proposer autre chose qu’une connexion de fibre optique directement au domicile comme ce qu’IHR est en train d’implanter dans Brome-Missisquoi et comme il l’a déjà fait dans le Haut-Richelieu. Il se peut que nous soyons sur le point de nous faire rouler royalement ! Se peut-il qu’on cherche à nous imposer une connexion sans fil, plus polluante et moins robuste que la fibre optique qui arrive directement à la maison ? Si ce n’est pas le cas, qu’on nous démontre le contraire, mais les autorités ont plutôt décidé de taire la vérité. Le journal conteste bien sûr cette décision et a déposé un recours dans ce sens devant la commission d’accès à l’information du Québec. Une démarche qui prendra probablement plusieurs mois avant d’aboutir.

Une explication possible ?

Avant de faire de la politique, Pierre Fitzgibbon a travaillé pour le compte de Telesystem International Wireless Corporation, une entreprise active dans le domaine de la connectivité sans fil et appartenant à Charles Sirois, un milliardaire qui, par ailleurs, cosignait en 2011 le manifeste à l’origine de la fondation de la Coalition pour l’avenir du Québec. L’autre signataire était, bien sûr, François Legault.

Il n’y a rien de mal à avoir été à l’emploi d’une entreprise de connectivité sans fil mais, lorsqu’on est ministre de l’économie et de l’innovation, il y a quelque chose de gênant à favoriser des entreprises qui vont à l’encontre de ce qu’il est convenu de faire pour assurer la prospérité collective, c’est-à-dire déployer la fibre optique aussi rapidement que possible.

L’attachée politique de madame Isabelle Charest, députée de Brome-Missisquoi et membre du cabinet du gouvernement Legault, m’écrivait il y a quelques jours qu’il est impensable d’annuler les contrats récemment accordés à Bell. Si c’est le cas, cela signifie que Pierre Fitzgibbon a commis une gaffe irréparable. Ce n’est tout de même pas rien ! Bien qu’il soit ministre, cet homme pense comme un lobbyiste et se comporte comme tel. Il ne donne pas l’impression d’être au service des citoyens, mais plutôt de se préoccuper des intérêts de quelques grandes entreprises.

S’il ne recule pas rapidement sur ses positions, il se pourrait qu’il doive éventuellement démissionner et que le gouvernement Legault se trouve dans l’obligation de repenser substantiellement sa politique relative à la desserte de connectivité à Internet. Ce qui serait hautement souhaitable, l’acharnement de Bell à retarder indûment le déploiement de la fibre dans Brome-Missisquoi, comme dans bien d’autres endroits au Québec, d’ailleurs, étant tout simplement inacceptable.

Quoi qu’il en soit, nous savons que des citoyens songent à intenter une action collective contre les dirigeants de cette entreprise et contre les gouvernements qui ne font rien pour les empêcher de faire obstacle au déploiement de la fibre optique, alors qu’ils en ont parfaitement le pouvoir. Bien qu’ils soient élus pour protéger nos droits, ils font passer les intérêts commerciaux de Bell avant cette obligation impérative. Il nous semble que l’attitude actuelle du gouvernement Legault risque de provoquer le déclenchement d’un tel recours collectif. Tout simplement parce qu’il serait tout à fait justifié et qu’il aurait, à notre avis, de bonnes chances d’être accueilli favorablement par la Cour.

L’aveuglement du ministre risque de nous coûter collectivement très cher…

************

Élisabeth Lafrance, une citoyenne de Saint-Armand, a récemment lancé une pétition demandant aux élus d’assumer leur responsabilité en faisant ce qu’il faut pour retirer à Bell la capacité de retarder le déploiement de la fibre optique. Vous pouvez signer la pétition à l’adresse suivante :

https://www.change.org/p/isabelle-grenier-retirer-bell-du-projet-de-déploiement-de-la-fibre-optique-au-québec?source_location=topic_page

  1. M. Fitzgibbon est le même ministre qui serait prêt à vendre nos informations médicales à des compagnies pharmaceutiques au détriment de notre sécurité personnelle. Ce monsieur peut devenir dangereux pour les citoyens et citoyennes du Québec. À suivre…

Laisser un commentaire

Nous n’acceptons pas les commentaires anonymes et vous devez fournir une adresse de courriel valide pour publier un commentaire. Afin d’assumer notre responsabilité en tant qu’éditeurs, tous les commentaires sont modérés avant publication afin de nous assurer du respect de la nétiquette et ne pas laisser libre cours aux trolls. Cela pourrait donc prendre un certain temps avant que votre commentaire soit publié sur le site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avez-vous lu?
Consulter un autre numéro: