Annonce
Annonce

Bassin versant de la baie Missisquoi : premier forum de discussion

(printemps2004) Activités agricoles et forestières
Josiane Cornillon

Le samedi 20 mars se tenait à Notre­Dame-de-Stanbridge un forum de discussion, organisé par la Corporation Bassin Versant Baie Missisquoi. Des présentations se sont succédées toute la matinée, suivies chacune d’une courte période de questions, sur la situation des activités agricoles et forestières dans le bassin versant. Après le dîner, les participants se sont divisés en trois groupes pour faire la liste des obstacles qui nuisent à l’amélioration rapide de la qualité des eaux dans le bassin versant et trouver des solutions possibles.

Problèmes et solutions

Parmi les problèmes recensés, pour les activités agricoles, on a cité la difficulté de changer rapidement les mentalités et les pratiques tant au gouvernement (qui n’a pas réagi assez vite et qui ne dégage pas les fonds nécessaires) que chez les agriculteurs et dans la population, la concentration sur le maïs grain, le manque de relève, l’endettement et les situations de détresse émotionnelle chez les agriculteurs, la fragilité particulière du bassin, le manque de vision à long terme, le manque de solutions économiques viables, la position du syndicat des agriculteurs qui protège ses membres au détriment de l’environnement, la surabondance de lisier, etc. ; et pour les activités forestières, la valeur agricole des terres supérieure à la valeur forestière, les problèmes de juridiction dans l’application des règlements, le manque de sensibilisation des agriculteurs et de la population, etc. Parmi les solutions avancées, pour l’agriculture : diminuer les contraintes administratives, gagner l’adhésion d’un plus grand nombre d’agriculteurs à l’obligation de mettre en place un plan agroenvi­ronnemental de fertilisation (PAEF) dans leur ferme, faire appliquer les plans et en assurer le suivi, modifier les programmes d’aide pour favoriser l’agriculture durable, réduire les intrants, multiplier les bandes riveraines, apporter une aide technique, poursuivre les recherches, favoriser les fumiers solides et l’agriculture biologique, etc. ; pour les activités forestières : prononcer un moratoire sur le déboisement, protéger les forêts existantes, historiques, en danger ou exceptionnelles, assurer la biodiversité, ne pas déboiser pour le lisier mais le traiter, etc.

Cette rencontre fut extrêmement riche en enseignements, une occasion de faire le point et de mesurer le chemin parcouru et celui qu’il reste à parcourir.

Nous vous donnerons dans le prochain numéro un compte rendu de la 2e consultation sur les activités munici­pales et industrielles.

Retenez les dates des deux colloques à venir :

le 22 mai, à Venise-en-Québec, au Casino Champlain, 29, avenue Venise Ouest. Thème : Les activités récréotouristiques et socio­culturelles ;

le 19 juin, à Bedford, à la Salle communautaire, 14, rue Philippe-Côté. Thème : Qualité des eaux et santé. Venez nombreux.

Laisser un commentaire

Nous n’acceptons pas les commentaires anonymes et vous devez fournir une adresse de courriel valide pour publier un commentaire. Afin d’assumer notre responsabilité en tant qu’éditeurs, tous les commentaires sont modérés avant publication afin de nous assurer du respect de la nétiquette et ne pas laisser libre cours aux trolls. Cela pourrait donc prendre un certain temps avant que votre commentaire soit publié sur le site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avez-vous lu?
Consulter un autre numéro: