Annonce
Annonce

Au secours ! Le quai se meurt !

Monique Dupuis

Le quai actuel  (Photo : Monique Dupuis)

Êtes-vous allé récemment sur le quai de Philipsburg ? Avez-vous remarqué son état de délabrement ? Et pourtant…

Le quai, c’est l’histoire de Philipsburg et du peuplement des Cantons de l’Est, de la première douane en 1839, du transport des denrées, machineries, matériaux, animaux, etc. C’est aussi l’histoire de la carrière et de la ligne ferroviaire S t a n b r i d g e S t a t i o n –Philipsburg avec son embranchement jusqu’au quai permettant le transport du marbre par voie maritime.

Plus près de nous, le quai ce sont les loisirs, la pêche, la descente de bateaux, un endroit pour admirer les couchers de soleil.

C’est tout çà le quai, et bien plus si on prend la peine de l’entretenir.

Il y a 5 ou 6 ans, il y a eu, de la part de certains conseillers, une tentative d’amener le conseil municipal à investir dans son entretien. Peine perdue ; les travaux ont consisté à remplir les trous avec de la roche et à les boucher avec un peu d’asphalte. C’est ce qu’on appelle en latin du « patchage ».

Est-ce que nos élus se sont posé la question de savoir ce qui causait la formation de trous sur le quai ?

J’ai vu sur sa face est une brèche d’environ 15 cm de diamètre dans la structure d’acier, sous la ligne actuelle des eaux. Se pourrait-il que des brèches semblables ou plus grandes existent sur les autres faces et que ce soit cela qui entraîne la formation de trous à la surface, parce que le quai se vide dans le lac ?

Actuellement, les gouvernements fédéral et provincial investissent dans les infrastructures ; ne devrait-on pas profiter de l’occasion pour faire la réfection du quai et en assurer la pérennité ? Ne pourrait-on pas dans le même projet rendre l’endroit plus accueillant et fonctionnel pour les petites embarcations ?

Voici quelques suggestions :

  1. Vision du futur  (Illustration : Jean-Pierre Fourez)

    se débarrasser des « mauvaises herbes » : érable à giguère, chiendent, etc., en les remplaçant par des plantes basses belles à regarder et qui ont un pouvoir filtrant sur l’eau ;

  2. mettre en place à l’intérieur du quai des débarcadères avec marches pour les petites embarcations ;
  3. imposer des frais minimum d’utilisation de la descente de bateau et du stationnement ; Philipsburg est l’un des derniers quais de la région où la descente de bateau est gratuite. Les sommes ainsi collectées pourraient servir à l’embauche pour les mois d’été d’un étudiant dont le rôle en serait d’accueillir les visiteurs, de percevoir les frais et de voir à la propreté des lieux ;
  4. enfouir les fils électriques de la rue Champlain jusqu’au pourraient mâter avant la mise à l’eau ;
  5. ajouter des bancs et des poubelles en les fixant de façon efficace mais moins visible ;
  6. demander une contribution à Environnement Canada et à l’Agence des services frontaliers du Canada pour leur utilisation du quai.

Si vous avez d’autres idées à suggérer pour assurer la pérennité de notre quai, reflet de l’histoire de ce magnifique coin de pays, n’hésitez pas à les partager avec les autres résidents de la municipalité, par exemple en écrivant au Journal.

Laisser un commentaire

Nous n’acceptons pas les commentaires anonymes et vous devez fournir une adresse de courriel valide pour publier un commentaire. Afin d’assumer notre responsabilité en tant qu’éditeurs, tous les commentaires sont modérés avant publication afin de nous assurer du respect de la nétiquette et ne pas laisser libre cours aux trolls. Cela pourrait donc prendre un certain temps avant que votre commentaire soit publié sur le site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avez-vous lu?
Consulter un autre numéro: