Annonce
Annonce
- Culture -

Festifolies : François Marcotte passe la main

Après une sixième saison de Festifolies, le festival culturel d’Armandie se trouve à un point tournant : François Marcotte, idéateur, créateur et directeur général de l’événement, a décidé de tirer sa révérence. Il l’a récemment annoncé aux membres du conseil d’administration de l’organisme à but non lucratif (OBNL) qui gère les Festifolies.

Pour ceux et celles qui ne connaissent pas François Marcotte, rappelons qu’il était membre de l’équipe de ceux qui ont fondé le journal Le Saint-Armand en 2003 et que, en 2005, il créait le Festival des films du monde de Saint-Armand (le FEFIMOSA) qui a connu trois éditions de 2005 à 2007. De 2011 à 2013, il organisait les Journées de la Culture de Saint-Armand, au bord du quai de Philipsburg. En 2014, il lançait finalement les Festifolies en Armandie, qui consistaient en trois jours de spectacles et d’événements culturels festifs juste avant la Saint-Jean Baptiste et dont l’objectif était d’animer la vie culturelle et communautaire dans la région en proposant un programme d’activités familiales interactives et de découverte, ce grâce à la créativité d’artistes de la région et du reste du Québec.

Lorsqu’on lui demande pourquoi il a décidé de quitter, l’homme part d’un grand éclat de rire avant d’expliquer que c’est avant tout pour se libérer du stress qu’il a pris cette décision. « Ma décision était d’ailleurs prise avant la tenue de l’édition de 2019 des Festifolies. Après toutes ces années d’organisation de grands événements culturels, je sentais le besoin de prendre une pause. Je me rendais compte que ces activités me pesaient lourd et me coutaient cher en termes de stress. J’avais envie de prendre un peu de temps pour moi-même. C’est ce que je fais maintenant et j’en suis très heureux. Je ne regrette rien. »

Et comment va la santé des Festifolies ? « Non seulement l’OBNL n’a pas de dettes, dit fièrement François, mais les livres montrent même un petit bénéfice qui pourra, je l’espère, contribuer à assurer la continuité. Je tiens d’ailleurs à remercier les membres bénévoles du conseil d’administration de l’organisation qui ont su m’appuyer durant toutes ces années. Je les ai assurés que je contribuerai volontiers à aider la personne qui prendra le relais, si les administrateurs décident de poursuivre les activités et de continuer à présenter un festival annuel. »

Ça intéresse quelqu’un ou quelqu’une ?

Laisser un commentaire

Nous n’acceptons pas les commentaires anonymes et vous devez fournir une adresse de courriel valide pour publier un commentaire. Afin d’assumer notre responsabilité en tant qu’éditeurs, tous les commentaires sont modérés avant publication afin de nous assurer du respect de la nétiquette et ne pas laisser libre cours aux trolls. Cela pourrait donc prendre un certain temps avant que votre commentaire soit publié sur le site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avez-vous lu?
Consulter un autre numéro: