Annonce
Annonce

La Fondation Claude de Serres : que des bénévoles !

Astrid Gagnon

Vous sortez de l’hôpital où vous prévoyez une intervention chirurgicale ? Un de vos parents a des limitations physiques et veut demeurer dans sa maison ou son appartement ? Vous avez eu un accident dont les séquelles compliquent vos déplacements à la maison et à l’extérieur ?

Peu importe la situation, vous aurez besoin d’outils pour assurer votre autonomie, qu’il s’agisse de béquilles, d’un déambulateur, d’un fauteuil roulant, d’une marchette, d’un banc de bain, d’une chaise d’aisance ou d’un lit électrique. Pour vous procurer ces équipements parfois coûteux et souvent nécessaires durant votre convalescence, vous pouvez vous adresser à la Fondation Claude de Serres, qui vous les prêtera gratuitement et sans limite de temps afin de vous aider à faire face à votre situation. Un objectif simple qui répond à un besoin évident.

Tous les citoyens et toutes les citoyennes de Bedford, Canton de Bedford, Frelighsburg, Notre-Dame-de Stanbridge, Pike River, Saint-Armand, y compris Philipsburg, Saint-Ignace-de-Stanbridge, Stanbridge East, Stanbridge Station ont accès à ce service. Ce qui fait l’envie d’autres municipalités qui se demandent pourquoi elles ne bénéficient pas d’un tel soutien.

Depuis bientôt 40 ans : au service de votre autonomie

La Fondation Claude de Serres, c’est une équipe de 13 personnes en provenance de la plupart des municipalités desservies qui veille sur sa mission et sa raison d’être. Membres du conseil d’administration, Francine Bernier et Ginette Courchesne assurent la permanence les mardis et jeudis, et répondent aux demandes des citoyennes et des citoyens. De leur côté, Guy Coupal, lui aussi administrateur, et sa conjointe, Sylvia Massari, entretiennent les équipements au fur et à mesure de leur arrivée à l’entrepôt.

Du travail de bureau en passant par les communications et les représentations jusqu’à l’entretien, tout le travail effectué à la fondation est bénévole. Aucun sou ne sort de ses caisses au bénéfice des membres, même pas pour un souper de Noël ou la participation à une activité de représentation. C’est une coutume dont la seule exception est d’offrir, en guise de reconnaissance, un repas aux personnes qui quittent l’organisme après de nombreuses années de dévouement.

À part le fait que cette fondation est nécessaire, efficace et appréciée, qu’est-ce qui anime donc ses membres ? « J’ai été choyée par la vie et, professionnellement, j’ai été beaucoup en contact avec le public. En m’engageant à la fondation, j’ai voulu mettre à profit mon expérience et apporter ma contribution au service des gens qui ont besoin d’aide, question de redonner un peu. Cela n’a pas été difficile puisque tout était déjà bien installé et que nous avons une équipe tout à fait dédiée à la cause », confie Francine Bernier, qui a accepté la présidence à la demande de Thérèse Bédard, femme pétillante et très appréciée qui en a assuré la permanence de 1981 à 2007.

Ginette Courchesne et Francine Bernier. Photo : Jacques Monté

« Au cours des dernières années, j’ai eu à m’occuper de plusieurs membres de ma famille qui, au sortir de l’hôpital, ont fait face à une perte d’autonomie importante. Quand tu vis de telles épreuves, tu n’as pas le temps de chercher les outils qui pourraient t’aider à prendre soin de tes proches. Je ne sais pas ce que j’aurais fait sans le soutien de la fondation. C’était donc normal que j’accepte de contribuer à un organisme qui m’a tant aidée et sur lequel la population de neuf municipalités peut compter », ajoute Ginette Courchesne.

La générosité est au cœur de la fondation

Si cette fondation a pu se maintenir depuis bientôt 40 ans, c’est grâce au travail d’équipe et au fait que son objectif est clair et que les donateurs sont convaincus de sa nécessité. « Que ce soient les municipalités, les entreprises privées ou les particuliers, ils nous donnent la preuve qu’ils croient en ce que nous faisons. Tout cela est motivant et nous les remercions. Les besoins sont grandissants, l’entretien et le renouvellement de l’équipement sont essentiels pour la sécurité », précise Francine Bernier en ajoutant que la fondation, en plus des levées de fond, organise aussi des activités-bénéfices.

 

 

Laisser un commentaire

Nous n’acceptons pas les commentaires anonymes et vous devez fournir une adresse de courriel valide pour publier un commentaire. Afin d’assumer notre responsabilité en tant qu’éditeurs, tous les commentaires sont modérés avant publication afin de nous assurer du respect de la nétiquette et ne pas laisser libre cours aux trolls. Cela pourrait donc prendre un certain temps avant que votre commentaire soit publié sur le site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avez-vous lu?
Consulter un autre numéro: