Annonce
Annonce
- Votre rendez-vous numérique hebdomadaire -

La rédaction

En attendant que cet étrange hiver se décide à céder sa place au printemps, nous donnons beaucoup d’espace dans ce numéro aux chroniques botaniques de notre collaborateur Charles Lussier, qui nous parle des forêts exceptionnelles d’Armandie et de quelques-uns des trésors qu’elles recèlent. Nous sommes aussi heureux de vous présenter un article provenant de l’Organisme de bassin versant de la baie Missisquoi qui a décidé de reprendre ses collaborations avec Le Saint-Armand. D’ailleurs, ne vous…

- Des nouvelles de l'Armandie -

Pierre Lefrançois

Bedford et Dunham, les deux villes de l’Armandie, prévoient chacune construire, dès cette année, une nouvelle caserne pour accueillir leurs services respectifs de protection contre les incendies. Dans les deux cas, les bâtiments qui abritent les pompiers et les équipements destinés à combattre le feu ont pris de l’âge et peinent à répondre aux besoins croissants dans la région. Il est essentiel d’investir dans de telles infrastructures afin d’assurer des services adéquats en la matière…

- Chronique botanique d'Armandie -

Charles Lussier

La région du Haut-Richelieu et de la baie Missisquoi est connue pour ses basses terres argileuses propices aux grandes cultures comme le maïs et le soya. Dans la portion Est de celles du Saint-Laurent, la géomorphologie des embouchures des rivières et ruisseaux d’importance favorise la formation de marécages, de marais, de plaines inondables ou d’autres berges argileuses colonisées par nos grandes érablières argentées. En outre, les lisières de ces milieux humides constituent également l’habitat du…

- Chronique botanique d'Armandie -

Charles Lussier

   Le caryer ovale (Carya ovata, « Miller » K. Koch, var ovata) se distingue aisément des autres feuillus indigènes du Québec grâce au reflet gris acier de son écorce exfoliée et à son feuillage vert gris aux nervures ocres. C’est mon arbre préféré ! On le trouve dans les forêts riches et argileuses ou rocheuses, de Bedford au lac Saint-Pierre en passant par les rives du Richelieu, de l’Outaouais et du fleuve Saint-Laurent. C’est un arbre plutôt rare, que…

- Chronique botanique d'Armandie -

Charles Lussier

Un collègue botaniste venu herboriser un jour à Saint-Armand m’a confié qu’il considérait cette municipalité comme la Mecque des botanistes. Entre le cœur villageois et la baie Missisquoi, il y a ce que j’appelle la « flèche dolomitique missisquoienne », une dizaine de buttes de plus ou moins cinquante mètres de hauteur composées de dolomie, un calcaire double comprenant à la fois du calcium et du magnésium. Ce corridor de deux kilomètres de large qui s’allonge jusqu’à Bedford,…

- Environnement -

Julie Reinling, biologiste à l’OBVBM*

On ne soupçonne pas leur existence, et pourtant. Cachés sous les pierres, dans le sable ou la litière, une multitude de petits organismes peuplent le fond de nos rivières et rendent de grands services à la science. Cette communauté́, c’est le benthos. Également appelées macro-invertébrés benthiques, ces petites bêtes dépourvues de squelette sont visibles à l’œil nu. Ces insectes, mollusques, vers et crustacés, vivent au fond des cours d’eau et constituent un maillon important de…

- Chronique littéraire d'Armandie -

à propos de "L'impureté" de Larry Tremblay
Christian Guay-Poliquin

Né en 1954 à Chicoutimi, Larry Tremblay passe désormais ses étés bien caché dans un joli fond de rang de l’Armandie. Auteur de plus d’une trentaine d’œuvres, du théâtre à la poésie en passant par le roman, l’homme est un incontournable du paysage littéraire québécois. L’orangeraie, paru en 2013, a d’ailleurs remporté les honneurs chez nous avant d’être traduit en plusieurs langues. C’est la poignante histoire de jumeaux dans un pays en proie à la guerre et…

- Portrait d'artistes -

estampière généraliste…
Paulette Vanier

Dès le moment où l’on met le pied chez Nancy Retallack-Lambert, à Pigeon Hill (Saint-Armand), on sait qu’on entre dans la maison d’une artiste (de deux en fait, puisque son époux, Michel Lambert, a été designer avant de devenir organisateur d’expositions internationales pour la ville de Montréal). L’art est là, tout autour mais sans ostentation. Comme un effleurement sur la peau, un enveloppement discret de l’être, impression étrange et fugace qui m’a habitée tout au…

- Communiqué -- Culture -

Du 3 mars au 21 avril, notre collègue Paulette Vanier présentera sa première exposition de vannerie solo au domaine Trinity. 360, rue McGinnis (secteur Iberville) Saint-Jean-sur-Richelieu, QC J2X 3E8 Entrée libre. À noter que, à cette époque de l’année, le domaine n’ouvre ses portes que le dimanche, de 13 à 16 heures.    

Consulter un autre numéro: