Annonce
Annonce

Le retour de Samuel de Champlain à la Baie Missisquoi

Jean-Pierre Fourez

400 ans plus tard, Champlain aborde à Philipsburg. « Les lieux ont bien changé », dit-il.

Il y a 400 ans, presque jour Iroquois (aujourd’hui rivière Richelieu). Pour marquer cet événement fondateur, la municipalité de Saint-Armand, représentée par Ginette Lamoureux-Messier, conseillère, a imaginé le retour de Champlain venant s’enquérir, au bout de quatre siècles, des suites de son passage.

Au diable les anachronismes ! Ginette Lamoureux-Messier pose en compagnie de Champlain et de Philip Ruiter, loyaliste et fondateur du village.

Sous un soleil radieux, après des inquiétudes météo en début de matinée, les discours d’usage et mots de bienvenue ont été prononcés par Réal Pelletier, maire de Saint-Armand, Arthur Fauteux, préfet de la M.R.C. Brome-Missisquoi, et Ginette Lamoureux-Messier, coordonnatrice de l’événement.

Soudain, un canot voguant sur le lac apparaît : à son bord, Champlain en personne. Il débarque sur la grève et trouve que les lieux ont bien changé… et les gens aussi ! Il est accueilli par un chant de bienvenue des Abénaquis, qui lui offrent du blé d’Inde et du pain banique cuit sur place devant leur tipi.

Parmi les artisans de cet événements : Isabelle Messier, responsable du Carrefour culturel de Saint-Armand, Ginette Lamoureux-Messier, conseillère municipale et organisatrice de l’événement, Réal Pelletier, maire de Saint-Armand, et Arthur Fauteux, préfet de la M.R.C. Brome-Missisquoi.

Puis notre hôte fait la tournée des kiosques thématiques et s’entretient, devant un public ravi, avec M. Philippe Fournier, historien et auteur de l’ouvrage Les Seigneuries de Champlain. Cette entrevue fictive nous apprend comment s’est déroulé le voyage de Champlain avec ses mille péripéties. Au kiosque de l’Organisme de bassin versant de la baie Missisquoi, Champlain a semblé désolé du triste sort réservé à son lac et a espéré que, à son retour dans 400 ans, l’eau sera à nouveau claire et buvable !

Champlain est ensuite allé rencontrer Philip Ruiter, loyaliste rebelle à l’origine de l’établissement de populations au bord de la baie (après les Amérindiens, bien sûr !).

Les nombreux visiteurs ont été passionnés et curieux de découvrir l’histoire de ce coin de pays dans une ambiance festive. Madame Messier explique qu’on ne pouvait pas ne pas fêter ce 400e anniversaire et qu’elle et son équipe ont mis les bouchées doubles pour que l’événement soit une réussite.

Mission accomplie. Un grand coup de chapeau à tous les artisans de cette journée mémorable et particulièrement, à Ginette Messier, Isabelle Messier, Charles Lussier, Philippe Fournier et aux comédiens qui ont tenu les rôles de Champlain (plus vrai que vrai) et de Philip Ruiter (tout droit sorti d’un livre d’histoire), aux Abénaquis d’Odanak qui se sont si aimablement prêtés au jeu de la reconstitution et à tous ceux qui, de près ou de loin, ont contribué à faire revivre une page de notre histoire.

Ginette Lamoureux-Messier, en compagnie de Charles Lussier, géographe

Laisser un commentaire

Nous n’acceptons pas les commentaires anonymes et vous devez fournir une adresse de courriel valide pour publier un commentaire. Afin d’assumer notre responsabilité en tant qu’éditeurs, tous les commentaires sont modérés avant publication afin de nous assurer du respect de la nétiquette et ne pas laisser libre cours aux trolls. Cela pourrait donc prendre un certain temps avant que votre commentaire soit publié sur le site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avez-vous lu?
Consulter un autre numéro: