Annonce
Annonce

Le Missisquoi

Dominic Soulié, coordonnateur du Centre historique de St-Armand

Nous sommes heureux de pouvoir profiter de cette belle vitrine que nous offre Le Journal pour entrer dans l’intimité de vos foyers ! Vous pourrez nous lire où bon vous semblera, l’important pour nous étant de vous parler d’histoire …

Oyez ! Oyez ! La vérité, disons-la haut et fort : Soyons fiers ! Il y a vraiment de quoi l’être ! La municipalité de Saint-Armand d’aujourd’hui (Philipsburg, Saint-Armand et Pigeon Hill) est le berceau de la colonisation des Cantons-de-l’Est.

La genèse du développement et l’établissement d’activités économiques et agrico­les ont eu lieu ici, à partir de chez nous, au bord du lac Champlain. Le saviez-vous ?

Il y a tant de richesses historiques sur notre territoire que c’en est étourdissant … même pour les historiens !

Mieux encore, non seulement l’histoire de Saint-Armand est-elle phénoménale de par sa richesse et sa diversité, mais il reste encore un nombre impressionnant de sujets à explorer, à documenter, dont certains de façon urgente, avant qu’il ne soit trop tard et que ne se perdent des bâtiments, documents et anecdotes (tradition orale) inédits et irremplaçables.

Mais pour cette première chronique, respirons par le nez. .. Et interrogeons-nous sur l’origine du nom « Missisquoi •. Le plus ancien document qui fasse mention de « Missisquoi » est la concession faite le 6 avril 1733 au Sieur de Lusignan d’une sei­gneurie dans la baie de  » Missiskouy •.

En 1815, le géographe Souchette l’appelle Missisqui Bay. Philip Ruiter, premier colon et organisateur des squatters loyalistes arrivés à Philipsburg en 1784 signe des billets et lettres de créance avec Missisquoi Bay sous son nom. En 1853, lors de la division du Bas-Canada en dis­tricts, la législature adopte pour la première fois l’orthographe utilisée depuis : « Missisquo ».

Mais que veut dire ce mot ? Plusieurs versions ont été avancées sur l’origine du nom. Plusieurs chercheurs se sont penchés sur la question et MM. John P. Noyes (Cowansville), Ernest Racicot (Sweetsburg), Désiré Girouard et d’autres en ont donné chacun une version.

Un missionnaire chez les Abénakis déclara que ce mot, écrit Masipskoik, voudrait dire : pointe de cailloux. M. Racicot, de son côté, a appris que le mot Missisquoi signifie en Algonquin : beaucoup d’oiseaux aquatiques. En effet, la baie de Missisquoi est couverte d’outardes et de canards au printemps et à l’automne. Mais comme la rivière Missisquoi est remplie de cailloux, on a fini par accepter, plus ou moins, la version du missionnaire des Abénakis …

Voilà pour Missisquoi.

Dans les prochaines chroniques, nous parlerons de la princesse Salm-Salm, de Philipsburg. Un dossier sur l’étonnante histoire de cette jeune fille fatiguée des travaux ménagers qui sauta à bord d’une caravane de cirque ambulant passant par ici dans les années 1860 et qui connut un destin hors du commun.

Nous parlerons aussi du dossier de « l’ancienne école », de pierre de Saint-Armand, située en plein cœur du village, cachée depuis un siècle derrière un autre bâtiment, et qui serait peut-être une des plus vieilles au Québec ! Ce que nous découvrirons ensemble, au fur et à mesure que les recherches avanceront.

Vous aurez compris, je crois, qu’il n’est pas nécessaire d’être un historien diplômé pour s’intéresser à l’histoire de notre municipalité … Tout le monde veut savoir ce qui s’est passé ici, qu’il s’agisse d’actions héroïques, de faits cocasses ou d’événements troublants, il n’y a qu’une histoire de Saint-Armand … Et sans doute plusieurs versions. À nous de les redécouvrir, de les documenter davantage pendant qu’on peut encore le faire … Et nous le pouvons : beaucoup de gens ont chez eux des objets, des vieux papiers, des documents, et les souvenirs des plus âgés sont d’une importance majeure pour la transmission de notre patrimoine commun, notre histoire.

Pour l’instant, nous sommes à votre entière disposition pour tout dossier ou information concernant l’histoire de Saint-Armand, et vous invitons à nous contacter pour tout renseignement au 248-3393.

Vous pouvez également nous écrire au Centre Historique de St-Armand, situé au 166, rue Quinn,

à Philipsburg (Québec) JOJ 1NO.

Laisser un commentaire

Nous n’acceptons pas les commentaires anonymes et vous devez fournir une adresse de courriel valide pour publier un commentaire. Afin d’assumer notre responsabilité en tant qu’éditeurs, tous les commentaires sont modérés avant publication afin de nous assurer du respect de la nétiquette et ne pas laisser libre cours aux trolls. Cela pourrait donc prendre un certain temps avant que votre commentaire soit publié sur le site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avez-vous lu?
Consulter un autre numéro: