Annonce
Annonce

La Missisquoi Carriage Factory

Charles Lussier

Sur l’illustration, on voit la baie Missisquoi avec quelques bateaux

Au milieu du 19″ siècle, la région à l’est de la baie Missisquoi est composée d’un réseau de petits bourgs industriels où les activités économiques sont très diversifiées. Les descendants loyalistes et américains y sont les principaux gestionnaires.

Avec son site de premier ordre à la moitié Est du littoral de la baie Missisquoi, Philipsburg (nommée Missisquoi Bay à l’origine) faisait partie de cette maille reliée par un réseau routier très développé. Son port d’entrée avec ses entrepôts donnait accès au marché américain en plein développement via le Canal du lac Champlain – rivière Hudson, aménagé dès 1830. Ce géosystème fluvial était dirigé vers la ville de New York, en très forte expansion. Pour notre région, les multiples chemins mènent à Bedford, Mystic, Riceburg, Stanbridge East où se développent des industries de pointe.

Un bel exemple industriel fut la Missisquoi Carriage Factory qui produisait des voitures à chevaux et des traîneaux. Fondée en 1860, l’entreprise produisit selon des documents consultés et la publicité jointe, les meilleurs véhicules pour l’époque au Québec voire même au Canada. Ses exportations atteignaient la Nouvelle-Zélande. Ses bâtiments étaient situés en plein cœur du village de Philipsburg, à la jonction nord-est des rues Philips et de la Foundry Hill (aujourd’hui la rue James avec sa côte). Son propriétaire était le notable Jonathan W. Eaton, juge local de paix, maire de Philipsburg, propriétaire d’un magasin général et président de la Missisquoi ce and Rouville Fire lnsurance Company (aujourd’hui La compagnie d’Assurance Missisquoi située à Frelighsburg). Son fils, Wyatt Eaton, fut un peintre portraitiste de reconnaissance internationale. La population de Philipsburg était d’environ 500 personnes en 1857-58. L’entreprise employait plusieurs ouvriers reconnus pour être très qualifiés.

Aujourd’hui, plusieurs des bourgs cités ne présentent que de minces reliquats des infrastructures industrielles et architecturales qui les composaient autre fois. Pour les employés de la Missisquoi Carriage Factory qui travaillaient à Philipsburg, aux abords de la baie Missisquoi, voici ce qu’on écrit dans un répertoire d’entreprises des cantons de l’Est de 1867 sur le territoire où ils se situaient :

« Missisquoi bay is one of the most beautiful sheets of water that can well be conceived, abonding in fish of the finest varieties, while its marshes afford excellent shooting’\ …

La baie Missisquoi offre un havre peu profond, bon pour l’esprit.

Source :

  1. The Eastern Gazetteer and General business directory. A commercial direcship of Canada. Printed and published by tory Smith and & Co., guide to St. John, the 1867, 133 p.
  2. Montgomery, G. 1950. Missisquoi Bay (Philipsburg, Que.), Granby Printing and Publishing Co. Ltd. Granby, Missisquoi Québec, Bay 134 p.

Remerciements et salutations à monsieur Sherman Young, ancien maire de Frelighsburg.

Laisser un commentaire

Nous n’acceptons pas les commentaires anonymes et vous devez fournir une adresse de courriel valide pour publier un commentaire. Afin d’assumer notre responsabilité en tant qu’éditeurs, tous les commentaires sont modérés avant publication afin de nous assurer du respect de la nétiquette et ne pas laisser libre cours aux trolls. Cela pourrait donc prendre un certain temps avant que votre commentaire soit publié sur le site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avez-vous lu?
Consulter un autre numéro: