Annonce
Annonce
- Poésie -

Blâmons pas les professeurs

Émile Coderre (Jean Narrache)

Émile Coderre

Moi, j’ai pas fait un cours classique ;
j’été rien qu’à l’école du rang.
Ça fait qu’c’est ça qui vous explique
que j’pass’ pour être un ignorant.

Mais à l’écol’ d’l’expérience,
j’ai r’çu mon diplôme à coups d’pied
où c’est qu’l’instruction puis la science
rentr’nt jamais sans nous estropier.

Ça fait qu quand y’en a qui parolent
contr’ nos grand’s universités,
nos collèg’s puis nos p’tit’s écoles,
j’os’ rien dir’ ; j’suis pas fûté.

Seul’ment, avant de mettr’ la faute
sur les maîtr’s, les prêtr’s puis les Sœurs,
faudrait ben se d’mander, nous autes,
quels élèv’s qu’ont les professeurs.

Pensons, avant de j’ter la pierre,
à tous ceux qui doiv’nt se saigner
en travaillant à p’tit salaire
pour se dévouer à enseigner.

Si l’z’enfants qu’on envoie instruire
sont des vrais cruch’s et des nonos,
les professeurs ont beau s’détruire,
y’en f’ront jamais des Papineau…

Quand un’ bonn’ poul’ couv’ des œufs d’dinde,
— mêm’ la meilleur’ d’votr’ poulailler, —
faut pas la blâmer ni vous plaindre
qu’ça soit des dind’s que vous ayez !

Émile Coderre

Tiré du livre J’parle tout seul quand Jean Narrache, Éditions de l’Homme, Montréal, 1961  (précédemment publié en 1932 sous le titre Quand j’parl’tout seul)

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Nous n’acceptons pas les commentaires anonymes et vous devez fournir une adresse de courriel valide pour publier un commentaire. Afin d’assumer notre responsabilité en tant qu’éditeurs, tous les commentaires sont modérés avant publication afin de nous assurer du respect de la nétiquette et ne pas laisser libre cours aux trolls. Cela pourrait donc prendre un certain temps avant que votre commentaire soit publié sur le site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avez-vous lu?
Consulter un autre numéro: