Annonce
Annonce
- Des nouvelles de Saint-Armand -

L’auberge Aux Trois Érables… dans le GÉO !

La rédaction

À la fin de l’année 1980, après avoir été cuisinier à Rennes, Saint-Malo, Paris et sur la Côte d’Azur, Bernard Delacour, fidèle à son instinct de Breton, traverse l’Atlantique et s’installe à Montréal, où il devient le premier cuisinier du café-théâtre La Licorne, alors situé rue Saint-Laurent, au sud de Sherbrooke.

En 2007, de passage à Sanary, dans le sud de la France, Bernard retrouve Nathalie Rippert qui avait été son aide-cuisinière 38 ans plus tôt dans le village voisin de Six-Fours-les-Plages. Obéissant aux impératifs de Cupidon, Bernard ramène Nathalie en Nouvelle-France et, en 2009, le couple acquiert une belle maison passablement délabrée sur le rang des Érables, à Pigeon Hill dans la municipalité de Saint-Armand.

Huit ans durant, animés par le pro-jet de créer leur propre auberge-restaurant, le couple s’emploiera à rénover la propriété de fond en comble, se faisant un point d’honneur de n’utiliser que des matériaux d’origine locale : pin, pruche, mélèze, cèdre.

Au printemps 2017, enfin satisfaits de leur travail de rénovation, Nathalie et Bernard ouvraient officiellement leur auberge-restaurant, qu’ils baptiseront Aux trois érables, clin d’œil complice aux trois majestueux érables qui font face à la maison et à l’ombre desquels notre couple de rénovateurs allait se rafraichir aux jours les plus chauds de l’été.

Aujourd’hui, les clients de l’auberge ont le choix entre trois chambres, situées à l’étage de la maison fraichement restaurée. Confortables et insonorisées, chacune d’elles dispose d’une salle de bain privée. Au rez-de-chaussée, derrière deux grandes portes ornées de vitraux réalisés par Michæl Laduke, un artisan-verrier de Stanbridge East, la salle à manger attend non seulement les pensionnaires de l’auberge, mais également les gourmands de passage.

Trop heureux de troquer ses outils de charpentier-menuisier pour ses couteaux et ses fidèles casseroles de cuivre, Bernard a remis sa toque de chef et s’applique, depuis bientôt dix mois, à retrouver ses réflexes de cuisinier pour concocter des merveilles culinaires qu’il décline soit à la carte, soit au menu quatre services de la table d’hôte. Pour consulter le menu du jour, il suffit de se rendre sur le site Internet de l’auberge.

En juillet dernier, dans son numéro 461 consacré au Québec, le célèbre magazine GÉO venait confirmer que Nathalie et Bernard étaient en bonne voie de gagner leur pari. Dans ses pages centrales, au bas d’une grande carte du Québec se dépliant en quatre volets, une petite étoile attire l’attention des lecteurs. Au bout de la ligne fléchée qui réfère à cette étoile, un commentaire : « La petite auberge dans la prairie – Pivoines au printemps ou foins d’automne… Bâtie en 1848, l’auberge Aux Trois érables, dans Brome-Missisquoi, est idéale pour profiter de la campagne. »

Auberge Aux trois érables
192, chemin des Érables,
Saint-Armand, QC J0J 1T0
450 248-3715

www.aubergedestroiserables.com

Laisser un commentaire

Nous n’acceptons pas les commentaires anonymes et vous devez fournir une adresse de courriel valide pour publier un commentaire. Afin d’assumer notre responsabilité en tant qu’éditeurs, tous les commentaires sont modérés avant publication afin de nous assurer du respect de la nétiquette et ne pas laisser libre cours aux trolls. Cela pourrait donc prendre un certain temps avant que votre commentaire soit publié sur le site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avez-vous lu?
Consulter un autre numéro: